Fin de cycle pour le tandem Bush-Blair

Publié le par cc jung in effect

Le départ de Tony Blair intervient au moment même où son mentor, George Bush, atteint des sommets d’impopularité dans les sondages parus outre-atlantique. Bush s’inscrit, bien malgré lui, dans la lignée d’un Nixon honni par son propre peuple. L’histoire risque de finir mal pour l’Empereur de pacotille tout comme son illustre prédécesseur. Voilà une concordance de destins assez remarquable qui indique assez nettement la fin d’un cycle politique et qui sonne également comme l’aveu d’un échec, celui d’une alliance fondée sur l’imposture, la communication outrancière et la collusion des différents pouvoirs aux USA. Voilà qui n’est pas sans rappeler une méthode de gouvernance qui est portée aux nues…pour le moment, chez nous.
 
Pauvre bas Bush dans les sondages, la chute est vertigineuse. L’Empereur du Bien continue sa plongée abyssale dans les profondeurs de l’impopularité et rien ne semble pouvoir enrayer la dégringolade. Tout ceci ressemble fort à la fin d’un cycle entamé au lendemain des fameux et fumeux attentats du 11 septembre 2001. Il faut dire que la guerre en Irak a fait des dommages collatéraux inattendus dans les rangs de la légion hétéroclite des croisés de l’or noir au mysticisme de pacotille. La belle aventure des déments adorateurs de l’Armagueddon et des VRP du « choc des civilisations » s’est échouée lamentablement dans les dunes mésopotamiennes tandis que le savant montage mensonger s’écroulait comme un château de cartes improbable. Le bel édifice de la PNAC imaginé par les néo-conservateurs de Washington et de Tel-Aviv ressemble désormais plus à une carcasse rouillée et corrodée en plein désert qu’à un biblique char de combat rutilant tiré par de fougueux étalons. Au moment même où le médiocre imposteur George Bush « est approuvé par seulement 26% de la population interrogée, ce qui fait de lui le président des Etats-Unis le plus impopulaire depuis Richard Nixon » (Lien N. Observateur), le fidèle et poudré ami Blair tire sa révérence sous les huées de ses compatriotes (lien Reuters) à jamais reconnaissants pour sa conception atypique de la démocratie qui consiste à faire exactement... l’inverse de la mission que lui ont confié ses électeurs.
 
Blair aura été finalement un bon premier ministre pour… l’administration Bush et un vassal dévoué et exemplaire. On peut légitiment se demander jusqu’où va le degré de sincérité et de crédulité de l’acolyte anglais puisque ce dernier semble avoir mordu au-delà du raisonnable à la farce évangélique des charlatans du Pentagone à moins qu’il ne s’en soit inspiré tout simplement. Voilà en effet notre pénitent qui se transforme en grenouille de bénitier sur fond de conversion, d’encens et de myrte (lien AP). Certes, le futur converti a beaucoup de choses à se faire pardonner et qu’il n’est plus vraiment en odeur de sainteté dans son pays mais cette évanescente bouffée mystique ressemble plus à une mise en conformité avec les canons du cercle des évangélistes néo-conservateurs puisque l’on annonce que l’ancien premier ministre prépare une…reconversion dans le monde des affaires, sans doute dans le conseil d’administration d’un fond de pensions proche du Pentagone et de l’administration Bush. Un poste à la mesure de l’œuvre accomplie en somme et une reconnaissance implicite pour son sens de la collaboration zélée.
 

 
Les seigneurs de cette guerre sont les spécialistes en communication
 
 
La porosité entre ces deux mondes, celui du business et de la politique, laisse quand même songeur quant au degré d’imbrication de ces deux leviers de pouvoir. Ces « reconversions » au plus haut niveau (Gerhard Schröder a fait de même) apportent un nouvel éclairage sur une collusion de plus en plus évidente entre ces milieux affairés de la politique et celui des affairistes de l’économie. Si vous ajoutez à cette synergie douteuse la dynamo des médias au pouvoir d’amplification absolu, le tour est joué pour que le citoyen devienne définitivement le dindon de la farce démocratique. Il est alors mûr pour que l’on lui vende tout et n’importe quoi, prêt à se laisser intoxiquer jusqu’à la nausée et parfois même, prêt à justifier l’injustifiable en répétant servilement ce qu’il a entendu ou vu. « Ainsi, une nouvelle manière de faire la guerre était née, cynique, amorale, parfaite dans l’art d’impliquer et de persuader des millions de gens: la guerre médiatique. Les seigneurs de cette guerre sont les spécialistes en communication et en images qui entretiennent d’étroites relations avec le pouvoir. Ils produisent une communication plus sophistiquée que celle de la propagande de guerre classique car ils ont recours à la psychologie subtile utilisée à grands frais par les agences de publicité pour lancer des produits sur le marché » explique justement Jean Toschi Marazzani Visconti (Lien Mondialisation sur la guerre médiatique). Tout est désormais de la pure communication et du marketing sémantique et sémiologique conplètement découplés de l’idée même de la réalité, l’élection de Nicolas Sarkozy en est le dernier exemple édifiant. On est passé du bourrage des crânes au lavage du cerveau puis au « reformatage » selon les mots mêmes du bonimenteur victorieux.
 
Le « formatage » de la population, voilà un vœu de programmation mentale à forte connotation fasciste qui nous vient tout droit du Nouvel Ordre mondial (voir ressources du site, premiers articles proposés). On l’aura bien compris, tous les moyens doivent être mis en œuvre pour servir la cause : les milieux d’affaires, les politiques, les intellectuels dévoyés et les médias pour distiller le poison à haute dose. Le président Bush ambitionne de durcir encore la législation en matière d’immigration pour faire plaisir à l’aile très à droite de son parti ? Rien de plus simple, le sujet est porteur dans les sociétés occidentales en pleine crise identitaire : Il suffit de faire passer le message nauséabond… Cette fois, c’est un chroniqueur de CNN qui s’est dévoué à la place de l’habituel tambour militant de Fox News.« Lou Dobbs a répété dans deux de ses émissions que les immigrants étaient responsables d’une recrudescence de la lèpre aux Etats-Unis, où 7000 cas auraient été recensés en trois ans. En fait, c’est 7000 cas en trente ans. Il y a en tout 150 lépreux aux Etats-Unis, un pays de 300 millions d’habitants, ce qui ne permet pas d’évoquer le début d’un danger pour la santé publique » s’indigne le correspondant de l’Express aux USA (lien New York Coste). L’immigration est donc un danger pour la santé, l’identité et la cohésion nationales, un refrain qui nous est si familier dans notre étroit hexagone bleuté… Plus cela est gros et plus cela passe, voila le spectre de la lèpre brandi pour chasser l’estranger. On prétend que nous vivons dans une ère de surinformation mais il s’agit assurément de "surintoxication" médiatique à tous les niveaux.
 
Paranoïa ? Délire de persécution et fièvre conspirationniste ? Mais bien sûr… Lorsqu’un esprit aussi éclairé que l’ancien conseiller de Jimmy Carter, Zbigniew Brzezinski, parle de la possibilité de nouveaux attentats d’ampleur aux USA pour manipuler à nouveau l’opinion outre-atlantique en désignant les Iraniens comme les instigateurs de la manœuvre, on peut légitimement s’inquiéter. On peut également faire remarquer que les campagnes d’intoxication massive lessivent régulièrement et insidieusement les cerveaux en jouant sur tous les stéréotypes et les codes colportés par les canaux de la propagande présentée comme un « divertissement » grand public (cinéma, télévision, jeu vidéo, magazines). Le méchant avait autrefois l’accent russe dans toutes les super productions d’Hollywood, il porte désormais une barbe et un turban et parle perse (Iran) ou arabe (Al Qaida, les musulmans). L’amère ironie de cette déferlante campagne de diabolisation en cours à l’encontre de la communauté musulmane, c’est qu’elle est bien souvent orchestrée par les innombrables relais des évangélistes (en guerre de religion, certes) et par les puissants amis d’un état israélien gangrené par l’extrême droite et l’extrémisme religieux. Amère ironie parce que « les stéréotypes physiques attribués aux arabes, tout particulièrement dans les dessins humoristiques de presse, ont été bien souvent traités d’une manière qui évoque douloureusement les campagnes antisémites de l’époque nazie » insiste justement Brzezinski (lien sur la « guerre à la terreur », Mondialisation). Israël ne se prive pas d’instrumentaliser la Shoah pour parvenir à ses fins mais utilise les mêmes procédés que ses bourreaux d’autrefois. L’histoire n’a pas servi de leçon…
 

Pearl Harbor bis...

 
C’est la tactique du mensonge par omission
 
 
Autre exemple signifiant qui relativise la prétendue surinformation qui file à la vitesse d’une fibre optique, certaines nouvelles n’existent pas ou presque dans les médias traditionnels même s’il s’agit de scoops ahurissants. C’est la tactique du mensonge par omission, le pas vu à la télé ou pas entendu à la radio donc l’évènement n’a jamais eu lieu. Combien de personnes sont au courant de la tentative ratée des services US pour faire exploser une bombe au sommet du G8 et remettre de l’huile dans les rouages grippés de la lutte contre le fantomatique et utile terrorisme (lien Voltaire) ? Qui se soucie de savoir que les chercheurs qui oeuvrent pour démonter la trouble mécanique du 11 septembre 2001 sont harcelés, intimidés ou tout simplement abattus à titre d’avertissement clair (lien Mondialisation) ? Ce fait historique majeur ne mérite pas des éclaircissements ? Il est plus que primordial de savoir si ces attentats sont l’œuvre d’une « conspiration islamiste ou (un) nouveau Pearl Harbor », non (lien Mondialisation) ? De même, il parait curieux que l’on passe sous silence les manigances de la CIA à propos de l’attentat de Lockerbie, le revirement à propos de l’implication de la Libye et les preuves truquées fournies aux enquêteurs (lien Voltaire). Il est vrai que les conclusions de l’enquête relative à ce terrible évènement pourraient révéler de bien vilaines choses comme le fait que certaines compagnies américaines servent de charters pour le transport de drogue à l’échelle mondiale…
 
Le premier cartel mondial de la dope est domicilié à Langley et pas en Colombie et la prétendue guerre mondiale contre la drogue est une fumisterie grotesque mais faisons semblant de croire au discours officiel répressif envers les "fourmis" insignifiantes. Dans la série des transports aériens, il convient d’évoquer également ces nouveaux « inimaginables » attentats, ceux fomentés par quatre dangereux terroristes contre l’aéroport JFK (liens AFP - Mondialisation). Le filon est tellement épuisé que ces intrigues imaginées finissent par disparaître aussi vite qu’elles sont apparues à la Une des journaux… La saturation gagne et l’imprégnation mentale atteint ses limites.
 

Porn again

 
 
Le mythe de l’ « American way of life » est en train de voler en éclats
 
 
Tout ceci ressemble effectivement à une fin de cycle, la machine semble désormais tourner en rond et il est grand temps de passer à autre chose de pire ou de meilleur, allez savoir. Il y a bien encore Dick Cheney qui s’agite dans les coulisses et qui ourdit de savants complots pour attaquer l’Iran et faire un gigantesque feu d’artifices final (lien Mondialisation) mais le cœur n’y est plus trop. Même les Républicains se montrent désormais réticents à l’encontre des inepties de l’administration Bush (lien Agoravox) et l’on sent bien que chacun est désormais plus préoccupé de sauver les meubles que d’apporter un semblant de caution à une lamentable équipe de loosers à qui l’on doit un Vietnam bis en Irak, une nouvelle guerre froide totalement artificielle (lien Figaro) et le mortifère symbole de Guantanamo.
 
Guantanamo, voilà le vrai symbole de l’Empire du bien avec ses oranges amères, sa torture légalisée, ses suicides étranges, les enlèvements, les bavures, les vols secrets pour alimenter les tortionnaires en chair fraîche, soit tout l’attirail d’une…dictature sanguinaire et violente (liens). Triste spectacle de la « première démocratie au monde » et triste silence complaisant de la communauté internationale devant cette dégénérescence caractérisée. Triste vision d’une Amérique « numéro 1 »… des inégalités sociales (lien Mondialisation) qui saborde chaque jour un peu plus sa crédibilité, qui enferme tous ses énormes problèmes derrière les barreaux (Bellaciao), qui rejette la raison et la science pour embrasser l’irrationnelle « vérité » des évangélistes (lien l’Express), qui se flingue à tout va (Nouvel Observateur) et qui se suicide quelque part symboliquement. C’est le mythe de l’ « American way of life » qui est en effet en train de voler en éclats sous nos yeux et avec lui, toutes les belles illusions incluses dans ce package idéologique dont nous sommes les héritiers, quelque part. L’Europe, en panne en dépit des gesticulations diverses et des effets de manche, n’est toujours pas prête à prendre la relève du fait de sa trop grande proximité avec l’Empire en toc tandis que la Chine et l’Inde pointent déjà leurs nez. Voilà encore une occasion ratée pour le vieux continent qui ne se représentera pas de si tôt. Le jeu est ouvert désormais à tous. Il était temps finalement.
 
 

 
Liens :
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Terrorisés par la « guerre contre la terreur » Zbigniew Brzezinski (Mondialisation)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Les enlèvements et les tortures par la CIA : des « faits de la vie » (Mondialisation - Pagina/12)
 
 
« (…) Bellinger, conseiller juridique de la secrétaire d'État Condoleezza Rice, Pour Bellinger, les requêtes des tribunaux italiens et allemands sont hors de propos : les enlèvements et tortures de citoyens innocents « sont simplement des faits de la vie » (…) ».
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Le goulag dans le capitalisme avancé (Tlaxcala – Bellaciao)
« (…) Selon le Centre International d'Études sur les Prisons, dans le monde il y a 9 millions de personnes condamnées pour des délits de tous types. Mais 2.200.000 d'entre elles se trouvent incarcérées aux USA. Cette donnée fait du voisin du nord la nation avec la population carcérale la plus importante du monde (5% de la population mondiale mais 24% de la population carcérale) (…) ».
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 
 
 
Ressources du site :
 
 
Ephémère Empire - La libre entreprise de domination - L'impact désastreux de la PNAC - Le Nouvel Ogre Mondial - La folie planifiée de Bush Jr - Bush : comme si de rien n'était... - Olmert, Carter et l'omerta - Un petit flash-back impérial... - Moyen Orient : une destruction planifiée - Gaza : les murs des lamentations - Apocalypse...bientôt ! - Big brother chez Big Ben - Les bienfaits de l'Empire enfin chiffrés - La loi de la jungle et de la junte - La plus grande démocratie... - Les 2 tours et la diagonale du Fou - Notre Néo-cons à nous... - L'odeur du pétrole et la nausée - Merveilleux Empire du bien - USA : le mensonge empire - Le 11 septembre tue encore - Quelques évidences sur le 11 septembre… - 11 septembre : des étudiants pas comme les autres -  Bush : c'est reparti pour un tour de passe-passe - L’Afghanistan, pays pivot, pays pavot... - Terrorisme : à qui profite le crime ? - L'Empire a de...l'imagination - Terrain miné -Le mur qui les mange  -  La morale de l'Empire - Liés à l'Empire pour le pire et le meilleur - La curieuse histoire de la fin de Zarquaoui - La mort du fantôme Zarquaoui - La bannière étiolée - Mortelles comparaisons - Guerre de chiffres - L'Empire va droit dans le mur - La bannière étiolée -Iran : propagande une étoile - Charters pour l'enfer - Naissance d'une junte militaro-industrielle - L'encombrant fantôme Saddam - La mascarade barbue - Ajouter du chaos au chaos
 
 
 
 
See U
 
CC JUNG

Publié dans L'Empire du Bien

Commenter cet article