Paris Hilton ou le dérapage de l'actualité

Publié le par cc jung in effect

C’est bien connu, l’actualité fonctionne selon la loi des séries. Celle de ce week-end est ainsi marquée par le sceau de l’automobile qui fonce, qui percute, qui enflamme les imaginations à Londres et à Glasgow et qui tue en France. Cette irruption soudaine d’un véhicule fou dans les titres et les esprits vient littéralement écraser cette autre actualité totalement artificielle et anesthésiante que l’on nous bassine à longueur de temps, celle de la jet-set personnifiée par Paris Hilton.
 
Dingue ! C’est le premier mot qui vient à l’esprit en songeant à la journée de samedi, à ce début de week-end tonitruant où la planète a semblé soudainement prise d’un accès de rage motorisée et de fureur. La semaine avait été auparavant consacrée aux adieux de l’imposteur anglais Tony Blair et au bon mot de l’un des lieutenants de Nicolas Sarkozy, M. Devedjian de la maison « Occident » (Lien le Monde). La planète bruissait de ces futilités coutumières qui emplissent l’actualité pour mieux occulter les horreurs que l’on doit à l’Empire du bien et à ses alliés entre autres, pour mieux masquer le pillage planétaire qui bat son plein et pour divertir la galerie abrutie. Il s’agissait par exemple de deviser à l’infini sur les déboires alcoolisés de Paris Hilton et sur son séjour pénitentiaire. On saluait au passage la rebuffade de cette présentatrice de télévision face à cette parodie de hiérarchisation de l’information (lien AFP). Mika Brzezinski, fille du célèbre conseiller de Jimmy Carter et accessoirement présentatrice de la chaîne câblée américaine MSNBC, a en effet tout bonnement refusé de cautionner cette mascarade grotesque en ouvrant l’antenne avec l’affaire "Paris Hilton". Et puis tout s’est emballé brusquement, la douloureuse réalité s’est chargée de réajuster les niveaux de lecture de ce monde en perdition.
 
C’est dans la station balnéaire d’Ibiza que le premier signe est apparu sous la forme d’une alerte à la bombe, non pas celle de Malibu pour rester dans le registre jet-set mais plus vraisemblablement dans le style ETA qui vous prédit des vacances passionnantes et un accueil chaleureux (lien Libération – Reuters). Ce terrorisme planétaire, on avait presque failli l’oublier… Il y avait eu bien sûr le complot impérial de la semaine et le tirage au sort avait désigné cette fois-ci la Grande Bretagne, une manière de rappeler à ce Gordon Brown fraîchement élu et sensiblement moins docile que le bon Blair, qu’il faisait bien partie de l’axe des confédérés de l’alliance du bien et que la « lutte contre le terrorisme » devait rester un axe de gouvernance majeur. Après les laits en poudre et autres sodas à l’explosif liquide qui devaient faire tomber des escadrilles entières d’aéronefs au dessus de l’Angleterre comme une bruine de kérosène, les mortifères farceurs d’Al Quaida avaient visiblement opté cette fois pour les grosses berlines allemandes. Des attentats d’accord mais avec la manière… Al Quaeda et la jet-set, même combat…
 
De grosses Mercedes blanches abandonnées dans le très fréquenté secteur de Picadilly Circus (quartier de Haymarket Street), cela ne devrait pas éveiller l'intérêt des soupçonneux passants dans un pays en état d’alerte terroriste permanente et qui a vécu sous la pression de l’IRA. Quoi de plus normal que d’imposantes voitures allemandes de couleurs claires abandonnées innocemment au milieu de la foule ? Cette fois-ci, les terroristes ont apparemment joué de malchance, ils avaient pourtant bien fait attention à ne pas laisser des Corans en évidence et des cassettes de prêche islamiste comme en Espagne (attentats d’Atocha en mars 2004). C’est une fumée suspecte émanant du premier véhicule découvert à Picadilly qui a mis la puce à l’oreille des promeneurs, une mise à feu laborieuse et fumeuse (des fumigènes ?) qui nous évoque l’épisode cocasse du terroriste rasta Reid qui voulait mettre le feu à ses basket piégées à l’aide d’allumettes faute d’un briquet en état de marche ou d’un détonateur classique, le tout dans un cockpit d’avion en direction de paranoïa land (USA). Là aussi, une méthodologie bien singulière pour la nébuleuse si diabolique.
 

Les "kamikazes malgré eux"

 
Ce projet est d'inspiration islamiste
 
 
Pour en revenir au « complot des Mercedes », les Anglais sont sans doute passé à côté d’un carnage « inimaginable » selon la formule consacrée et imaginative. Déjà les enquêteurs et la presse claironnent du drame sanglant évité de justesse, parlent d’un pays assiégé et citent des complots à la pelle en préparation. Le journal Le Monde titre carrément sur les « attaques de Londres » même si l’on cherche vainement à cette heure, les V2 nazis et les traces d’un bombardement massif de la Luftwaffe déchaînée. Pour l’instant, on ne peut que constater que seul le parking de Scotland Yard est encombré de deux Mercedes « piégées » (lien). « "Le sentiment que ce projet est d'inspiration islamiste (...) se renforce progressivement", a déclaré un responsable des services de renseignement nous informe le même journal de « référence » (lien). Al Quaeda, islamiste, mais c’est bien sûr ! Les fins limiers sont déjà sur les traces des barbouzes barbus, le « Comité Cobra » est entré dans la danse et le Figaro nous raconte la véritable « chasse à l’homme » qui s’organise sous l’œil impavide des caméras de Big…Ben (lien). Un véritable safari contre le gibier musulman terroriste en somme qui avait abouti dans des circonstances similaires…à la sommaire exécution d’un électricien…brésilien. Une troublante affaire maquillée en bavure hallucinante (voir ressources du site).
 
Là, les choses ont le mérite d’être claires comme toujours, c’est Al Quaeda, on reconnaît sa marque (Mercedes ?), l’attentat à la voiture piégée de luxe est sans doute copyrighté par la nébuleuse islamiste. « Qu'ils soient passés à des attentats à la voiture piégée est le signe du nouveau degré de maturité et de sophistication atteint par Al Qaïda en Grande-Bretagne. » assure John Stevens (conseiller de Gordon Brown) qui parle d’importation de la méthode terroriste irakienne (lien Libération – Reuters). Un « nouveau degré de maturité et de sophistication » ou une chape de plomb supplémentaire qui s’abat sur le pays ? Le constat alarmiste masque en effet une contradiction flagrante et une entourloupe dans cet argumentaire parfaitement loufoque. Quid des « kamikazes malgré eux » (cherchez l’erreur ici aussi) du 7 juillet 2005 qui ont fait 52 morts ? On ne change pas un mode opératoire qui a fait ses « preuves » pour un « projet d’attentat » qui cumule les erreurs et les approximations (voitures étrangères, véhicules abandonnés en plein centre ville, fumée suspecte, etc). Si la filière irakienne était impliquée, on ne parlerait pas d’attentats déjoués mais du lourd bilan des victimes tant ces fanatiques du C4 démontrent leur indéniable savoir-faire chaque jour en Mésopotamie. Peu importe en fait puisque le message est bien passé, le nouveau premier ministre anglais vient d’annoncer dans la foulée des « attaques », d’un ton dramatique, que l’opinion publique devrait se préparer à un durcissement du dispositif sécuritaire, pour son bien et sa sécurité bien entendu (lire le piquant article de De Defensa, « Alice…» en lien) .
 
C’est l’éditorialiste des Dernières nouvelles d’Alsace Jean-Claude Kiefer qui résume le mieux la manœuvre en cours : « Plus insidieusement, " Big Brother ", épaulé par tous les progrès de l'informatique et de l'électronique, profite de la situation. On filme et on fiche à tout va. Quelquefois à bon escient. Souvent par paranoïa. Elle atteint des paroxysmes aux Etats-Unis qui exigent toutes les données des passagers transatlantiques européens - y compris leurs numéros de cartes de crédit - pour les stocker pendant quinze ans, sans le moindre droit de regard. Et dire que l'Union européenne est sur le point d'accepter. En plus, avec obséquiosité. » (lien Revue de presse Nouvel Obs). Chaque attentat manqué ou réussi fait avancer le pion d’un état totalitaire et sécuritaire, une forme de fascisme électroniquement camouflé et rampant qui injecte son poison brunâtre à chaque nouvelle morsure comme un cobra pervers…
 
Pour mieux enfoncer le clou dans la plaie des peurs, un nouvel « attentat » vient d’avoir lieu à Glasgow, une prouesse pyrotechnique qui évoquerait plus un vidéo gag tragique qu’une nouvelle preuve du « degré de maturité et de sophistication » d’Al Quaida niché au cœur de la perfide Albion (liens Reuters – AFP – Nouvel Obs). Un véhicule a percuté l’entrée du terminal de l’aéroport de Glasgow, voilà déjà un procédé plutôt curieux mais la suite est plus délirante encore :  « Après le choc, au moins un des deux individus a aspergé le véhicule d'essence et mis le feu au 4X4, déclenchant un incendie à l'entrée de l'aéroport. C'est alors que les deux hommes ont été interpellés par la police. » (Lien Le Monde). C’est sans doute cela la méthode irakienne revisitée…quelque chose qui ressemble à un mauvais gag perpétré par des « terroristes » burlesques et tragiques qui finiront certainement à Guantanamo ou en hôpital psychiatrique, ce qui revient au même finalement… Les spéculations fusent de partout sur ces épisodes étranges mais la finalité des analyses aboutit dans le même sens. Ces terroristes « amateurs » et « motivés » sont des poissons-pilotes d’Al Quaeda forcément, en dépit des nombreuses invraisemblances (lien Reuters sur les amateurs motivés…, il faut bien quelques contorsions sémantiques pour colmater les brèches du scénario bancal).
 
 

Les "attaques de Londres"

La malédiction automobile
 
 
Voilà là tout une actualité de week-end emplie de bombes, de flammes, de choc violent, de casse, de feu et de…voitures. L’automobile s’est intégrée dans le circuit informatif de ce début d’été meurtrier comme un cortège funèbre mais vrombissant. La France s’est d’ailleurs mise au diapason du dérapage incontrôlé puisqu’une fête de village un peu trop arrosée en Alsace s’est terminée dans un bain de sang et de tôles froissées (Yahoo.news – Le Monde). Une réminiscence de ce qui venait de se passer à Marseille avec un véhicule de la police au dessus des lois et du code élémentaire de la route (lien Reuters). Comme si la malédiction automobile avait décidé de frapper fort, c’est un hélicoptère qui s’est crashé un peu plus tard en marge du Grand prix…de Formule 1 de France (lien Le Monde). Encore une couche de dérapage incontrôlé ? C’est un feu de la Saint Jean qui tourne mal dans les Vosges, le feu de joie a fini bien tristement (lien AFP). Cette accumulation d’attentats, de flammes, d’accidents et de rodéo sauvage laisse un goût acre de fumée et de désolation dans cette actualité à l'odeur de soufre et de douleur à mille lieux des flashs et crépitements de notre Paris libérée. En fait, c’est tout le champ lexical de l’information qui baigne continuellement dans cette atmosphère de tragédie et de violence exaltée, une manière de conforter notre insécurité en amalgamant le sensationnel des titres à la sordide réalité de la marche du monde. Les « attaques de Londres » du très sérieux Monde remplacent avantageusement les algarades de l’héritière blonde. C’est l’info spectacle qui prime en prime time et en Une.
 
Voici plus sûrement un florilège de titres qui devrait nous permettre de toucher du doigt la vraie température mondiale, non pas celle des courbes d’audience de Paris Hilton et du Koh Lanta 7 mais cette actualité brutale qui concerne la Fonction publique en France, un service public que l’on est en train d’évider pour mieux ouvrir des perspectives alléchantes au marché privé. Dix mille personnes en moins dans l’éducation nationale, il s’agit effectivement d’une « saignée » qui devrait faire du bien à nos têtes blondes et de moins en moins crépues (lien Nouvel Obs). A la une du même site recommandable (Nouvel Observateur), on apprend que les forces de l’Otan qui promettaient de « gagner les coeurs et les esprits » en Afghanistan, emplissent les fosses communes avec une régularité confondante. Là, ce sont 65 nouvelles victimes civiles qui ont apprécié les bienfaits de l’Empire (lien) tandis que deux raids à Bagdad faisaient 26 morts à ajouter à la centaine de tués par jour dans les attentats divers (lien). Voici la plus belle illustration de la justesse du concept de « démocratisation forcée » au napalm et de la « lutte contre le terrorisme » qui…le renforce en permanence. Vous connaissez déjà la réponse éplorée de la communication impériale : les vilains se cachent dans la populace au lieu de porter un gyrophare sur la tête et de se signaler joyeusement au milieu d’une place désertée, une guerre n’est hélas (soupirs) jamais « propre » et puis, tous les morts sont des « activistes » sous le feu de Tsahal (lien Le Monde sur les habituelles victimes palestiniennes du jour), des « membres présumés d’Al Quaida » et des « insurgés » sous les balles US. Quant aux bambins déchiquetés que l’on peut difficilement faire passer pour des as de la gâchette et de la bombe téléguidée, ils sont tout bêtement, les victimes indirectes du terrorisme. Pas de chance…
 

Futur collier émetteur, l'implant...

 
 
Leurs colliers émetteurs personnalisés
 
 
Quoi d’autre de palpable dans l’actualité qui bat comme un pouls sanglant ? Une inhabituelle cérémonie d’accueil pour le premier ministre ivoirien Guillaume Soro à Bouaké peut-être. C’est à coups de roquettes que le chef des Forces nouvelles a été reçu dans son fief au centre du pays (lien), l’akwaba de rigueur (équivalent de l’aloha hawaïen) a bien changé. En Colombie, ce sont onze députés otages qui ont péri dans une attaque gouvernementale contre les Farc (lien), prouvant ainsi par le pire que la méthode musclée est une erreur monumentale et qu’Ingrid Betancourt risque plus de mourir sous les balles « amies » qu’autre chose. En Grèce, la météo flambe (lien) tandis qu’en Italie, Big Brother affine ses statistiques. Plus besoin de compter une foule avec la marge d’erreur classique entre le comptage des RG et celui des organisateurs de la manifestation. Les gentils bipèdes avides de modernité clinquante ont presque tous leurs colliers émetteurs personnalisés et leurs fréquences respectives (lien Le Monde). Pour le reste, on vous laisse découvrir la sélection avec des créationnistes nocifs et fanatiques qui gangrènent l’Europe, une guerre des bananes lancée par les fous d’outre-atlantique dixit De Defensa, deux exemples de propagande anti-Chavez et anti-iranienne des mêmes dérangés, le dopage qui est en train d’euthanasier le sport de compétition avec ses mutants toxicomanes et enfin Michel Rocard qui ne fait plus rire. Bref, on est loin, très loin de Paris Hilton qui squattait les Unes…
 
 

 
 
Liens :
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Les attentats déjoués à Londres (revue de presse - Nouvel Obs)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 
 
Ressources du site :
 
Manipulation - London calling - Le Tonitruant Blair et sa communication - Trouble double jeu - Big brother chez Big Ben - Terrorisme : à qui profite le crime ? - L'Empire a de...l'imagination - Attentats virtuels mais vraies retombées - Londres : c'était presque Al Quaida - Le pire de l'Empire du Bien - Interférences - Morceaux choisis -  La mort de Ben Laden ou la fin d'une alliance ? - La presse lorraine est hardie - Les 2 tours et la diagonale du Fou - Bush : c'est reparti pour un tour de passe-passe - La curieuse histoire de la fin de Zarquaoui - La mort du fantôme Zarquaoui - Voix discordante et faits concordants - 3 petites oranges amères - Irak : la Compagnie Zarkaos...- La grande famille d'Al Qaïda... -  Bidonnage sur toute la ligne -  La bannière étiolée- Iran : propagande une étoile - La technique du chaos - Naissance d'une junte militaro-industrielle - Guerre de chiffres - Iran, Irak, mêmes mensonges, même effet - Le 11 septembre tue encoreLe Mollah motard  -  La libre entreprise de domination - L'impact désastreux de la PNAC - Le Nouvel Ogre Mondial - La folie planifiée de Bush Jr - Olmert, Carter et l'omerta - Un petit flash-back impérial... - Moyen Orient : une destruction planifiée - Gaza : les murs des lamentations
 
 
See U
 
DJ CC Jung
 
 

Publié dans Omegactualité

Commenter cet article