USA : le mensonge empire

Publié le par cc jung in effect

Comment va notre Empire du Bien ? Bien si l’on en croit le Congrès qui vient de voter un budget pour célébrer les victoires en Irak et en Afghanistan ( !!!! ). Mal si l’on en croit les nouvelles glanées sur tous les fronts, si l’on en juge par la régularité des scandales qui éclaboussent l’administration Bush. Entre la vision fantasmée d’un Empire qui rayonne sur le monde en apportant joie et félicité et le chaos et le fracas qu’il génère, il y a un immense fossé qui s’élargit chaque jour un peu plus.
 
Par quoi commencer ? Telle est la légitime appréhension de tout rédacteur qui s’attaque à l’actualité de l’Empire tant cette dernière est riche et variée. Il faut dire qu’entre les catastrophiques nouvelles du front, les dénégations obstinées de l’administration Bush et la valse permanente des scandales qui la secouent, la tâche s’avère très ardue. Autant procéder donc avec méthode en passant en revue les innombrables péripéties de l’Empire du Bien.
 
Et si l’on commençait par la Mésopotamie, civilisation millénaire aux mille et une nuits qui se trouve profondément plongée dans l’obscurité depuis la délivrance par les gentils organisateurs du Moyen-Orient à l’accent yankee. Soudainement débarrassés d’un dictateur sanguinaire mis au pouvoir par la CIA, les Irakiens s’imaginaient sans doute une autre destinée que ce bain de sang permanent dans lequel ils baignent quotidiennement. La litanie des enlèvements, des attentats et des règlements de comptes (liens) ne semble jamais cesser et il faut une sacrée endurance pour démêler les arcanes de la violence qui secoue cet immense pays frappé de la malédiction…pétrolière. En proie à une résistance farouche, les troupes d’occupation américaines n’ont rien trouvé de mieux pour contrer cette opposition locale que l’arme à double-tranchant du contre-terrorisme.
 
Comme le soulignait naïvement Daniel Pipes, un des penseurs néo-conservateur proches de la Maison-Blanche, une bonne guerre civile permettrait de desserrer l’étau autour des GI’s qui tombaient comme des mouches. Rien de plus facile à faire dans un pays tiraillé par des antagonismes ethniques et religieux que la main de fer de Saddam Hussein permettait de contenir. Un ou deux Zarquaoui, des mercenaires que l’on grime à l’occasion en bédouins (comme ces soldats anglais déguisés en arabes qui ont été capturés à Bassorah par une patrouille irakienne, le coffre de leur véhicule bourré d’explosifs), des attentats monstrueux contre les lieux de culte réciproques (attentats contre les mosquées de part et d’autre, assurément la marque de terroristes musulmans…) et le tour est presque joué. Les escadrons de la mort qui agissent dans l’ombre pour le compte de l’occupant sont un secret de polichinelle dénoncé par Marwan Bicharra dans le Figaro (lien). Sauf qu’entre deux tueries, les milices chiites et sunnites n’oublient pas l’élément déclencheur de la boucherie comme en témoigne le nombre de soldats américains et britanniques tués en nette hausse. Personne n’est épargné et le sang éclabousse tout le monde (liens)… Mauvais calcul mais vraie guerre civile.
 
 

 
Oléoduc pétrolier pour saigner les réserves de la mer Caspienne
 
On passera très rapidement sur le cas afghan en rappelant juste que le sanctuaire des Talibans et d’Al Quaida s’est transformé en un narco-état gangrené par la corruption et une sourde violence (liens) sous l’occupation impériale et qu’une nouvelle guerre de libération occupe ces infatigables combattants montagnards. Après des décennies de guerre civile, l’occupation soviétique, la tutelle des fous de Dieu, ils combattent désormais une nouvelle occupation, celle de l’Empire et de ses associés aux arrières-pensées d’oléoduc pétrolier pour saigner les réserves de la mer Caspienne. Le pétrole n’est jamais très loin des agissements en apparence incontrôlés de Bush et compagnies (Chevron, Halliburton).
 
Cette démonstration par l’absurde de la capacité de nuisance du complexe militaro-industriel qui se frotte les mains et qui encaisse, n’est pas de nature à infléchir le mouvement de balancier de l’Empire. Le cocktail qui mêle des intégristes religieux, des affairistes notoires et des militaires est terriblement explosif. Ce fameux complexe militaro-industriel que redoutaient tous les observateurs de la politique américaine, est en train de voir le jour au vu et au su de tout le monde. Les guerres et le chaos qui en découlent n’ont désormais plus d’autre utilité que de faire tourner la monstrueuse machinerie des budgets, d’enrichir les commanditaires et d’écraser toute forme de résistance au pillage planétaire. La guerre froide aura accouché d’un prédateur unique, vorace et impitoyable. Finalement, le Nouvel Ordre Mondial tant vanté ressemble à s’y méprendre à une résurgence d’un autre ordre mondial hégémonique et brutal, celui des Nazis qui devait durer mille ans. Triste comparaison historique qui s'impose de plus en plus (lien De Defensa).
 
Un peu outrancier ? Imaginons un pays où les citoyens vivent dans la peur entretenue, où la loi martiale restreint toutes les libertés individuelles, où les murs et les écouteurs téléphoniques ont des oreilles (lien), une contrée où la torture est légalisée et encouragée, un pays qui érige un mur immense pour se « protéger » de ses voisins (lien), un pays où les élections sont notoirement truquées, un pays où la manigance et le mensonge sont des lignes de conduite politique (lien sur Mme Rice et la « divine surprise » du 11 septembre / lien sur le budget alloué aux succès afghan ????), un pays qui en envahirait d’autres pour s’emparer de leurs richesses en semant le chaos et la désolation sans oublier que cet état se proclame « Empire ». Mille dictatures de l’Est, mille coupe-gorges du Tiers-monde vous viennent à l’esprit et une seule référence unifie ces indices propres aux juntes militaires, l’Allemagne nazie. Et pourtant, il s’agit des Etats-Unis. Le même modèle si cher à Nicolas Sarkozy et que défend si âprement le Pape, un ancien pensionnaire des Jeunesses hitlériennes…
 
 

 
 
Tout le monde criera au scandale, au camp de concentration, à l’extermination et au génocide
 
Poursuivons ce jeu de rôle qui dit bien plus de choses qu’à l’accoutumée. Prenons une population qui serait enchâssée dans un confetti de terrain. Elle serait entourée de toutes parts de barbelés, de guérites, de murs gigantesques avec des soldats qui n’hésitent pas une seconde à tirer sur tout ce qui bouge, femmes, enfants, vieillards. Cette même population qui survit dans cette gigantesque prison à ciel ouvert, subit sans discontinuer des rafles, des enlèvements et des raids meurtriers. Les rares résistants sont abattus, on appelle cela des « assassinats ciblés » et les récalcitrants sont estampillés « terroristes ».
 
Cette population est privée de toute ouverture sur l’extérieur, privée d’argent, de ressources, d’électricité pendant que les murs de la prison avancent chaque jour inexorablement pour rendre la situation encore plus insupportable. N’oubliez surtout pas d’y ajouter une surpopulation hallucinante (une des plus fortes densités de population au monde au km² ). Si vous choisissez comme « figurants » dans ce jeu de rôle macabre, des Juifs, des Tziganes et des homosexuels, tout le monde criera au scandale, au camp de concentration, à l’extermination et au génocide dans une belle unanimité en se souvenant des pires heures de notre histoire. Seulement, il se trouve que ce sont les militaires d’Ehud Olmert qui trônent dans les miradors, qui verrouillent les issues et qui ne font pas de quartier. Les hélicoptères qui lancent des missiles ou arrosent la foule sont ceux de Tsahal et les obus qui s’abattent sur Gaza comme une pluie d’été un peu étrange, viennent des mortiers de cette même armée. Et ceux qui tentent de survivre dans la fosse en se disputant comme des lions enragés, ce sont les…Palestiniens. Des Palestiniens ? Alors, on parle de « feuille de route », de couper encore plus les rares vivres, de terrorisme, d’activistes avant de regarder bien vite ailleurs lorsque le spectacle devient trop indécent (liens). Après tout, l’état hébreu est le plus fidèle allié de l’Empire du Bien dans la région, on ne va pas lui tenir rigueur d’un mouvement d’humeur passager qui dure depuis…soixante années.

 
 
Liens :
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
(Le Figaro)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
« (…) Je laisse à d'autres le soin de montrer que la torture, dans les faits, ne marche pas, que les aveux obtenus sous la contrainte - comme ceux arrachés au corps exténué d'un malheureux fanfaron argentin dans quelque cloaque de la capitale chilienne, en 1973 - ne valent rien. A d'autres aussi de soutenir que nous ferions mieux de n'infliger cela à quiconque est entre nos mains si nous ne voulons pas qu'un jour un autre pays, une autre organisation, un autre groupe décident de traiter nos prisonniers de la même façon.
 
(…) Ce sont tous ceux qui ont détourné le regard et prétendu ne pas savoir, tous ceux qui ont consenti tacitement à ces atrocités pour pouvoir dormir tranquilles, tous les citoyens qui ne sont pas descendus dans la rue par millions pour exiger la démission de celui qui a suggéré, même à demi-mot, l'idée que la torture est, à notre époque, incontournable et qu'il va nous falloir entrer dans ses ténèbres. Sommes-nous si moralement défaillants, si sourds, si muets, si aveugles pour ne pas comprendre ? Sommes-nous si apeurés, si amoureux de notre propre sécurité, si terrés dans notre douleur pour accepter de livrer des individus à la torture au nom de l'Amérique ? (…) »
 
 
See U
 
CC Jung
 
 
 
 
 
 

Publié dans L'Empire du Bien

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

xav 08/10/2006 12:35

Bonjour,
Félicitations pour votre site qui est vraiment bien conçu! J'ai créé un annuaire de blogs et si vous souhaitez vous y inscrire voici l'adresse: http://netblog.site.cx  !
Bonne continuation