Le scoop barbant de Nicolas S

Publié le par cc jung in effect

Le mythe du sauveur
 
A l’occasion d’un gala de soutien à Dominique Perben, candidat déclaré à la municipalité lyonnaise en 2008, Nicolas Sarkozy a déclaré, à la surprise générale, qu’il briguait la magistrature suprême. Se posant en ultime recours pour sauver le pays, en sportif accompli prêt pour le défi, en figure gaulliste, en rassembleur émérite, en chef de parti exemplaire, en confident sincère, en élu du destin, en sérial-killer politique assagi, le président de l’UMP (ex RPR) a confirmé ses ambitions présidentielles. Un vrai scoop pour une opinion française largement en sa faveur, convaincue de tenir là un homme d’exception et un homme de rupture avec 30 années de vie politique au compteur et des responsabilités exercées au plus haut niveau, avec des résultats probants.
 
Les italiques sont de DJ Jung
 
LYON (AFP) - Le président de l'UMP Nicolas Sarkozy a concédé sans fard ses ambitions présidentielles jeudi soir à Lyon, déclarant lors d'un meeting: "les Français savent que j'y pense, donc j'y pense" (quelle profondeur ! quelle verve ! quelle envolée !)
 
 
"J'en reçois, des conseils, de ceux qui me disent +n'en parle pas, tu n'y penses pas, et tu fais comme si ça ne t'intéressait pas+", a-t-il dit. "Les Français savent que j'y pense, donc j'y pense", a-t-il déclaré devant environ 6.000 militants UMP lors d'une réunion de soutien à Dominique Perben, candidat déclaré à la municipalité lyonnaise en 2008. (et Dominique Perben dans tout cela ? Et bien, il a servi de prétexte…)
 
"Quand on a décidé de mener un combat, on y pense à chaque minute de sa vie", a-t-il également lancé.
"Quand on rentre sur le central de Roland-Garros le jour de la finale, la meilleure façon d'arroser les bâches, c'est de jouer petit bras: je crois profondément que quand on a choisi un grand dessein, une grande ambition, une grande aventure, on n'a pas le droit de refuser de prendre de risque" (c’est curieux cette petite manie récurrente, cette utilisation métronomique de l’adjectif « grand », c’est sans doute pour paraître être à la hauteur…), a-t-il poursuivi, ironisant sur ceux qui le mettent en garde contre son "tempérament".
 

Tirer le débat vers le...bas

 
 
"Ma capacité à tuer les autres"
 
 
Lors de ce meeting, Nicolas Sarkozy a rappelé que les militants voteraient en janvier 2007 pour désigner leur candidat à la présidentielle. "Vous me jugerez non pas sur ma capacité à tuer les autres, comme tant de fois je l'ai vu faire dans la politique, mais au contraire à ma capacité à susciter de nouvelles équipes, à trouver des partenariats avec des hommes et des femmes avec qui j'ai un certain nombre de désaccords", a-t-il ajouté. (Après avoir parlé d’extermination des candidats la semaine passée, voir ressources du site, il parle d’une « capacité à tuer les autres ». Tout un programme)
"Si vous êtes satisfaits de ce qu'est la France aujourd'hui et si vous pensez que le vaste monde a tort et que nous avons raison, alors il faut changer de président de l'UMP", a affirmé Nicolas Sarkozy. (Le DJ Jung a sans doute les platines qui tournent à l’envers mais la logique du discours lui paraît bien confuse pour ne pas dire incompréhensible)
 
Plusieurs jeunes protestataires, dont quelques uns ont entonné "Maréchal, nous voilà", ont été expulsés de la salle sans violence. (Travail-famille-Patrie serait le triptyque idéologique ? Ce serait plutôt Chômage-immigrés-Police mais cette articulation appartient au FN qui a oublié de déposer le copyrigth et qui se retrouve aujourd’hui privé de son bien le plus précieux, les voleurs de bonnes valeurs sont passés par là…)
 
 
Article original :
 
 
 
La marche de l’Empereur :
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Ressources du site :
 
 
 
 
 
See U
 
CC Jung
 
 

Publié dans les dépêches orange

Commenter cet article