Les clowns du Sarko Circus

Publié le par cc jung in effect

La convention de l’UMP vient de s’achever à Marseille avec la consécration sans surprise de l’Empereur à talonnettes. Entouré de gardes et de bardes, le vieux professionnel de la politique a tenté de vendre sa pâtée idéologique en invoquant une idée de « rupture » pour mieux se démarquer du bilan calamiteux d’un gouvernement dont il fait partie depuis si longtemps. En tête de gondole du cirque itinérant de l’UMP, les brillants symboles fanés du renouveau, Doc Gynéco et Johnny…
 
On appelle cela un joli coup de pub mais Nicolas Sarkozy est coutumier du fait. Le très charismatique candidat de l’UMP vient d’engranger deux recrues de choix dans son brillant casting de pré-campagne, Johnny Hallyday et Doc Gynéco. Voilà donc un assemblage hétéroclite, people et populaire de nature à imager le puissant courant qui « porte » celui que la France espère tellement, les jambes flageolantes et le souffle court comme l’imagine Villepin… Passons sur Johnny Hallyday, phénomène de foire discographique et momie requinquée à coups de bistouri et de chair fraîche, futur patriote belge pour ne pas payer d’impôts et grand dribbleur devant l’éternel fisc, idole des beaufs et tête de gondole aux Guignols pour s’attarder sur le Doc.
 
Autant Johhny Hallyday est censé représenter la France d’en bas, celle des « petits blancs » de banlieue pour colorer le propos, autant le Doc Gynéco complaisamment propulsé sur le devant de la scène, doit se comprendre comme une caution un tantinet rebelle de la banlieue haute en couleurs. Les stratèges de la communication qui s’adressent ici à la France profonde, s’imaginent ainsi embraser un spectre large en exhibant l’icône et le cône sur pattes. Etrange destinée que celle de Bruno Beausire (de son vrai nom), né à Clichy-sous-bois et membre fondateur du très fameux groupe de rap radical, Ministère amer. Le même qui a fait tant frémir les forces de l’ordre avec des titres comme « Brigitte, femme de flic », de véritables brûlots qui promettaient de faire la peau aux vilains de la BAC et compagnie. Un jeu de cache-cache entre bandes rivales qui donnent de retentissants rodéos entre les plots en béton du 93 et d’ailleurs. Le rebelle anti-flic s’est transmuté en plus fervent soutien du « premier flic de France », une pirouette renversante, digne du hip-hop dont il fut un des symboles.
 
Curieuse évolution pour cet apôtre caricatural du spliff, jamais en pétard, comme une pâle imitation de Gainsbarre en roue libre version Wailers, traînant son ennui entraînant sur les plateaux de télévision, sifflotant avec Tapie des airs de gangster, comme un passement de jambes infini. « "Avec lui, on a décidé peut-être d'avoir une idée sociale de droite qui pourrait stopper cette idée de vivre toujours avec des aides et peut-être redynamiser des endroits ou des quartiers où les gens ne vivent à 100% qu'avec des aides sociales." » nous assène le brillant renfort du petit dernier (lien). Cette reconversion qui porte bien son nom est assez typique finalement de tous ces banlieusards qui s’imaginent tenir une revanche sur la vie et le destin en reniant même le creuset d’où ils sont issus et en se faisant plus royaliste que le Roi lui-même. « Une idée sociale de droite » ? Il faudra nous expliquer ce non-sens brumeux tout comme le couplet un rien méprisant sur les gens qui vivent « à 100% qu'avec des aides sociales ». Voilà une vision bien misérabiliste pour le natif de Clichy-sous-bois, ville tristement célèbre où le ministre de l’intérieur a effectivement mis le feu… en ouvrant les vannes du genre Karscher…
 
 

Sarkozy Circus vous présente son numéro favori...

« Par contre, s'il y a des gens d'extrême droite, des anti homos, des anti tout, on a besoin de leur voix » Doc Gynéco
 
 
Là où Djamel et Thuram ont un certain poids et une réelle autorité dans une optique électorale, Doc Gynéco, qui avait depuis longtemps perdu sa « street credibility », ne représente pas grand chose que lui-même, un pseudo rappeur exhibé comme une caution tout juste rigolote pour les JT, un phénomène de foire médiatique qui ne s’est pas fait que des amis en bavassant des inepties. « "Les banlieusards, c'est des clowns. Ils sont choqués d'avoir entendu 'racaille' ou 'kärcher' quand tous les jours entre eux ils s'insultent" » a cru bon d’ajouter le brillant jongleur de mots. Voilà toute la crise existentielle des banlieues expliquée en deux temps et trois mouvements par un ex-banlieusard mais toujours clown dans le grand cirque Sarkozy.
 
Il se défend pourtant d’être utilisé, ce qui démontre sa légendaire lucidité, en affirmant que «  ce n’est pas à lui de diriger les votes de ceux qui savent pour qui voter. Par contre, s'il y a des gens d'extrême droite, des anti homos, des anti tout, on a besoin de leur voix" (lien). Si l’on lit bien sur les lèvres, il s’agit de récupérer les voix « d'extrême droite », les homophobes et les « anti-tout » pour qu’ils intègrent le grand barnum en tongues. L’UMP a donc besoin de toutes ces voix très recommandables pour bâtir la « France d’après », ce qui nous donne une certaine idée de ce qui nous attend… En attendant, la convention du grand parti pour le petit candidat vient de s’achever avec les refrains habituels. Peu ou pas d’entorses au culte de la personnalité pour l’écurie de l’Empereur à talonnettes, les voix dissidentes sont priées de…se taire comme nous l’apprend l’Express (lien), encore un indice de l’idéal démocratique du plus fidèle allié de Bush dans l’Hexagone.
 
Bien sûr, le miroir aux alouettes est ressorti de sa boite, les élections approchent et les promesses d’un chômage à 5 % n’engagent que les idiots qui s’amusent à croire les populistes (lien). Il y en a apparemment une flopée si l’on en croit les sondages (lien). Après tout, le Doc Gynéco et Johnny représentent peut-être bien la quintessence de notre nation et Nicolas Sarkozy, le sauveur bien-aimé qui tombe à pic dans notre époque. Et dire que l’on se moque si souvent de la stupéfiante naïveté de l’électorat américain…
 

 
Liens :
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
See U
 
 
CC Jung

Publié dans Omegactualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Zigoto 07/09/2006 15:00

Je pense aussi que le recrutement de Doc Gynéco peut faire beaucoup plus de mal que de bien au candidat UMP, et je m'en félicite !