Les débuts prometteurs de Nicolas S

Publié le par cc jung in effect

Le cap des 100 jours de pouvoir vient d’être franchi par notre nouveau président, Nicolas Sarkozy. A écouter et lire les média, l’état de grâce n’en finit plus et le pays baigne dans une atmosphère de douce euphorie et de peopolisation haut de gamme. C’est simple, le palais de l’Elysée semble s’être transformé en une annexe luxueuse des productions Endemol avec ses égéries, ses seconds rôles et son coq triomphant. Mais, pour peu que l’on s’intéresse d’un peu plus près à la méthode Sarkozy et à ses nombreuses zones d’ombre, le bilan apparaît plus que contrasté d’autant que l’économie s’est chargée de faire éclater la bulle bleue tout comme un hypnotiseur réveille sa victime d’un claquement de doigts sec. Clignotants économiques au rouge, chiffres désastreux, gouvernement fantôme, Conseil constitutionnel en embuscade tout comme les syndicats, la rentrée s’annonce palpitante pour la troupe du Sarko Circus…
 
Difficile quand on prétend traiter l’actualité de ne pas s’arrêter un instant devant l’incontournable Monsieur Sarkozy tant l’omniprésident se démène pour occuper tout l’espace médiatique, bien aidé en cela par une presse honteuse de flagornerie et de servilité. Le cap des 100 jours de gouvernance vient donc d’être franchi et ce que l’on peut dire pour résumer notre pensée, c’est que le bonimenteur n’a pas été transfiguré par son nouveau grand rôle puisque la méthode reste la même, le personnage n’a pas varié d’un iota à la seule différence près que le phénomène autoproclamé a désormais une onde de choc plus conséquente.
 
La méthode ? Pourquoi changer celle qui lui a si bien réussi ? La gesticulation érigée en camouflage idéal pour masquer l’inertie et les coups tordus fonctionnent à plein régime, la stratégie a fait ses preuves Place Beauvau et l’a conduit au trône élyséen. L’intrigant est partout et nulle part comme un avion furtif qui pilonnerait sans relâche les méninges de tout et chacun via le tambour médiatique en sautillant sur l’échiquier de l’actualité comme un cavalier fou. Le voilà au Tour de France, en canoë, en baskets, aux USA, en bateau, en conférence de presse inopinée, au téléphone, au barbecue, il se répand dans un flot de communiqués de presse, distille telle ou telle confidence, agresse des photographes, enterre un prélat, console la veuve d’un marin, s’empare des dossiers devant les caméras bienveillantes, vogue sur l’actualité, surfe sur le moindre fait-divers, promet encore et toujours, virevolte, va et vient, transperce la mappemonde en aller-retour trépidant, squatte les unes de tous vos journaux et occupe les JT à lui tout seul ! Et quand ce n’est pas lui qui pollue allègrement le flot informatif, c’est Madame Sarkozy qui prend le relais, ses moindres minauderies deviennent le sujet de préoccupation principale des rédactions affairées à lustrer à tout va. Effarant spectacle auquel on assiste, médusés : un croisement de cauchemar médiatique entre Berlusconi, 1984, Blair, la propagande soviétique d’époque et une émission de télé-réalité sans fin.
 

La Real politik...

 
Des éclaircissements dans ce ténébreux dossier
 
 
Comme tout prestigitateur de haut vol, notre président n’aime pas trop que l’on aille scruter en coulisses et encore moins regarder dans ses manches profondes et son haut de forme d’où il extirpe sans répit des couleuvres que l’on est prié d’avaler docilement. Ainsi, l’épisode libyen a constitué une bonne entrée en matière pour ceux qui s’imaginaient que la fonction ferait l’homme en défaisant le candidat démagogue. La fin et la soif de reconnaissance justifient les moyens pour des individus de ce type et peu importe que l’on vende du nucléaire à l’un des plus fameux soutiens au terrorisme international, que l’on refourgue nos engins de mort (lien Le Monde) à un tortionnaire (lien Le Monde sur les aveux du fils Kadhafi) et que la polémique enfle au rythme du dévoilement de ce peu ragoûtant marchandage (lien AFP sur le contrat d’armement). La Gauche peut bien réclamer des éclaircissements dans ce ténébreux dossier (lien Libération), chacun sait qu’il s’agit d’un coup d’épée dans l’eau puisque l’envoyée très spéciale de la présidence se situe bien au dessus des limbes de notre constitution et de notre fonctionnement républicain (lien sur l’Elysée/Cécilia Sarkozy). C’est le privilège d’appartenir à la « race des seigneurs » sans doute.
 
Comme l’indique en personne le chef suprême, il n’y a pas eu d’échanges dans ce dossier libyen mais la France a décroché des contrats d’armement juteux… avant que le même ne succombe à la tentation démagogique et narcissique en assurant que personne ne pourrait lui reprocher de donner plus de travail aux ouvriers français… Il faut donc dire merci pour cet exercice de real politik qui sent mauvais et se prosterner bien bas devant les icônes qui sentent encore la peinture fraîche. Aux dernières nouvelles, la Libye s’apprêterait à construire un nouvel aéroport, le dossier a été confié à un cabinet français d’études et…le groupe Vinci figure parmi les lauréats… Voilà une bonne nouvelle pour le CAC 40 tout comme la palme décrochée par un consortium français pour Tchernobyl et le gros contrat d’EADS et de Thalès à Abou Dhabi (liens Reuters). Le complexe militaro-industriel français a le vent en poupe depuis quelques temps, voilà une situation qui n’est pas sans rappeler un certain George W B avec le résultat probant que l'on sait… Un ami, un modèle, une référence absolue.
 

Gardez l'oeil ouvert...

 
 
C’est quand même bête, il existe une constitution en France…
 
 
Toutes ces annonces ne devraient pas trop réjouir le citoyen lambda qui a élu Nicolas Sarkozy pour revaloriser son pouvoir d’achat (prière de ne pas pouffer de rire dans l’assistance). Les grandes entreprises françaises affichent une santé resplendissante et des bénéfices records depuis plusieurs années mais cette manne profite surtout…aux actionnaires principaux de ces multinationales qui doivent par ailleurs se réjouir de l’adoption du « paquet fiscal » qui leur est destiné (lien Yahoo – AFP). Un petit bémol cependant à signaler pour cette France décomplexée des propriétaires et des nantis, le cadeau fiscal sur l’immobilier a été mis au piquet par le Conseil constitutionnel mais le bonimenteur a déjà trouvé la parade idoine : « A ceux qui me reprocheront de n'avoir pas tenu ma promesse, je répondrai : adressez-vous au Conseil constitutionnel ». C’est quand même bête, il existe une constitution en France, triste royauté…
 
La France semble effectivement sur « pause » (lien Agoravox) et sous hypnose, en admiration béate devant son champion miniature qui fait le maximum et même un peu plus. Les sondages sont mirifiques et les journaux dithyrambiques. La France s’est réveillée nouvelle et très fleur bleue couleur UMP, elle est scotchée depuis des mois maintenant devant « Amour, gloire et beauté » même si le scénariste a parfois la main plutôt lourde. Un bourrelet disgracieux qui fait office de bouée dans un kayak instable ? Envolée la vilaine image comme au temps des généraux soviétiques que l’on gommait des photos officielles, le poids des mots et le choc des photos est passé par là… (Lien Le Monde). Certains trouvaient l’admirateur de Johnny H et d’Enrico M un peu frustre ? Voilà que l’intellectuelle Yasmina Reza se dévoue pour montrer les précieuses facettes du facétieux en caressant l’animal dans le sens de sa plume soyeuse (Lien Libération). L’Express, un newspaper autrefois renommé pour ses prises de position, a pris le courageux parti de sortir son arsenal de brosses à reluire et consacre gaillardement son nouveau numéro à Nicolas Sarkozy (un habitude). Le titre de l’opus ? « Pourquoi il fascine », rien que cela… (lien l’Express). Le dictionnaire propose plusieurs synonymes à « fascination » : attraction, attrait, aveuglement, éblouissement, envoûtement, magnétisme, séduction. A vous de composer la prochaine « Une » qui fera un carton au tirage comme va sans doute l’assurer le très indépendant organisme Médiamétrie qui vient de tomber dans l’escarcelle du groupe Bolloré, le même qui invitait notre Président à peine élu sur son Yacht à Malte (lien Le Monde). La Berlusconisation ne fait que débuter…
 

Mantra tibétain

 
Les invocations à la croissance magique façon Thierry Breton
 
 
En attendant, dans la France réelle, pas celle de Neuilly, du MEDEF triomphant et du 16e arrondissement, il s’agit de serrer encore la ceinture en songeant au délice des promesses électorales qui parlaient de « travailler plus et de gagner plus » (vive les emplois précaires !), de pouvoir d’achat renforcé prioritairement et autre galéjades de campagne. « Avis de tempête sur la rentrée. Au moment où les Français peinent à trouver un coin de ciel bleu pour profiter des rares rayons du soleil d'août, les nouvelles économiques plombent déjà le ciel de l'automne. Déficit commercial record et crise financière mondiale la semaine dernière, taux de croissance anémique cette semaine... L'été a "douché" les espoirs de ceux qui misaient sur "l'effet Sarkozy" pour booster immédiatement l'économie » résume Michel Lepinay (Paris Normandie, lien Revue de presse Nouvel Obs). Il faut dire que la diversion permanente et les invocations à la croissance magique façon Thierry Breton ne peuvent masquer longtemps ces clignotants rouges qui palpitent partout même si Bercy feint d’y croire encore (liens Le Monde – AFP – Yahoo – Libération). Et dire que tout le projet du Roi repose sur des prévisions économiques fantaisistes. Le nouveau gouvernement composé des mêmes figures que l'ancien, commet la même erreur en matière d'économie et de prévisions basées sur des postulats d'enthousiasme et de magie autoréalisatrice. On devine pourtant l’argumentaire à venir : A ceux qui me reprocheront de n'avoir pas tenu ma promesse, je répondrai : adressez-vous à la croissance, au cours du baril, etc… ». Faute d’une opposition efficace et d’une presse plus perspicace, c’est bien l’économie qui est en train de ramener sur terre Nicolas Sarkozy et son équipage fantôme. Ce dernier a de toute façon bien établi ses priorités en déclarant que son « seul souci, c'est Cécilia » (lien Le Monde), le joggeur exhibitionniste dément même toute inflexion du rythme dans son marathon entamé comme une course de 100 mètres (lien le Monde). En avant toute dans le mur !
 
L’état de grâce touche à sa fin semble-t-il et, reprenant leurs esprits un temps égarés, nos journalistes réalisent enfin le nombre de bourdes accumulées en guise de bilan des 100 jours triomphants. L’hallucinant discours prononcé par notre président lors de sa tournée africaine suscite enfin un semblant d’émoi après avoir mortifié les Africains tant il suinte de mille relents dont on n’a pas à être fier (le Monde). L’accueil réservé à nos chers policiers chargés de raccompagner les expulsés, dit mieux que tout un net raidissement du continent noir à l’égard du meilleur candidat du FN et de sa politique en matière d’immigration (lien l’Express). Un discours qui a fait des émules dans la France d’après qui dérape comme ce professeur inqualifiable (lien Nouvel Obs), un discours qui passe mal au moment où des milliers d’africains périssent dans des embarcations de fortune en voulant fuir ce continent à la dérive que l’on vient en sus humilier à domicile (liens). L’Afrique se meurt au moment où elle est pillée comme jamais et délaissée par ceux-là même qui font perdurer ce système prédateur mais ils ne sont ni responsables ni coupables juste donneurs de leçons cuisantes. L'Empire se contente d’encaisser les dividendes et d’engraisser les roiteletsdu cru et autres dictateurs ubuesques chargés d’étouffer toute contestation localement, c’est si peu finalement…
 
A part cela, on lira avec intérêt quelques savoureux articles relatifs à la grande réconciliation franco-américaine au moment même où les recettes paranoïaques de l’Empire sont mises au goût du jour sous nos latitudes (fichage, flicage, biométrie, grande agence de renseignement, voir liens). Doc Gynéco fait une brève apparition également avant de laisser sa place à une étonnante information à propos des émeutes en France divulguée par un site allemand bien informé (lien Voltaire). Pour finir, il convient de jeter un œil sur la catastrophique météo mondiale (liens), un autre sur le massacre des gorilles qui continue avant de bifurquer par un étonnant article du Monde sur le Japon à ne pas manquer tout comme cet intéressant cours d’histoire sur la partition de l’Inde (Le monde). Ultime symbole plutôt piquant, Israël qui se sert bien trop souvent de la Shoah comme argument massif pour faire taire ceux qui prétendent dénoncer l’insupportable situation en Palestine, néglige les rescapés de cet épisode monstrueux (lien). L’Empire du Bien fait bien mal les choses… Bonne lecture.
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
Liens :
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Revue de presse Nouvel Obs : PARIS NORMANDIE - Michel Lepinay
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
"Le drame de l'Afrique, a-t-il déclaré, c'est que l'homme africain n'est pas assez entré dans l'Histoire (...). Jamais il ne s'élance vers l'avenir (...). Dans cet univers où la nature commande tout (...), il n'y a de place ni pour l'aventure humaine ni pour l'idée de progrès."
 
"ce besoin de croire plutôt que de comprendre, de ressentir plutôt que de raisonner, d'être en harmonie plutôt qu'en conquête".
 
Sur quel autre continent que l'Afrique un chef d'Etat occidental en visite officielle pourrait-il se permettre de donner pareille leçon, d'instruire des procès en responsabilité historique, de multiplier des clichés dans une enceinte universitaire précisément consacrée à la réflexion critique et à la recherche sur des réalités complexes ? »
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
« C’est simple : on invente une fiction et, à partir de là, on invente un “Super-Sarko” et une autre fiction remplace la fiction précédente avec tout le crédit du monde. Il y a de quoi mourir de rire, vraiment mourir de rire, à lire dans le Times, sous la plume de Nicola Smith, que la France d’avant Sarko est «…sometimes described as a sort of “luxury Soviet Union”»
 
 
ils ont inventé “Super-Sarko”, ils ne peuvent se démentir, ils vont devoir le boire jusqu’à la lie. Quel magnifique exemple du spin britannique, du virtualisme pris à son propre piège. »
 

 
PARIS (Reuters) -
 
 
 
 
 
 
«  Beauvau envisage la création d'un service unique, la Direction du renseignement intérieur (DRI), un "peu à l'américaine", selon un proche du dossier.
La DRI regrouperait, selon des sources au ministère de l'Intérieur, "ce qui relève de l'intérêt de la Nation": la lutte contre le terrorisme, l'intelligence économique, les courants radicaux ».
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
RDC : Un cinquième gorille retrouvé mort (Nouvel Observateur)
 
 
 
 
 
 
See U
 
CC Jung
 
 

Publié dans Omegactualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Crodoff 26/08/2007 13:40

Je tiens juste à te dire ma satisfaction d'avoir lu tout ça, de voir ce genre de contenu sur le web ,rédigé avec talent et perspicacité, merci  ! Et surtout, bonne continuation  !