Une céleste visite qui dure...

Publié le par cc jung in effect

Comme de nombreux lecteurs doivent le savoir, Omegalpha n’est pas insensible au dossier des OVNIs, c’est la moindre des choses pour des disciples du galactique héros des peuples, le Commandant Jung. Difficile pourtant de se faire une idée précise tant le milieu des ufologistes est parasité par une faune de mythomanes, de naïfs, d’escrocs, de désinformateurs professionnels et de passionnés peu regardants sur les incohérences de certains récits loufoques. A l’heure où d’autres pseudo mystiques glorifient la croisade impériale, se font sauter à l’explosif et prient ardemment pour une déflagration planétaire, il nous a semblé intéressant de faire un focus sur un livre de Gildas Bourdais, spécialiste des Ovni, « Enquête sur l’existence d’êtres célestes et cosmiques ». Son ouvrage, sérieux et documenté, fait prendre de la hauteur et interpelle directement des lecteurs qui ne regarderont plus le ciel tout à fait comme avant.
 
Tout le monde connaît la fameuse prédiction de Malraux à propos d’un possible regain de spiritualité : "le XXIe siècle sera métaphysique ou ne sera pas" même si de sérieux doutes quant la citation exacte et sa paternité littéraire, planent toujours (lien blogdei). Le nouveau siècle s’est surtout ouvert symboliquement sur un pseudo « choc des civilisations » (le 11 septembre 2001) qui opposerait la jeune et impétueuse religion musulmane et une paroisse chrétienne lézardée par le poids des âges et la désaffection des ouailles désormais tentées par un hédonisme effréné et l’adoration du veau d’or siglé. Il y a mieux comme préambule avouons-le et, là où l’on attendait une élévation spirituelle, on nous a servi un ersatz de guerre de religions pour masquer un impitoyable pillage planétaire pratiqué vertement par une élite au service exclusif du nouveau clergé, les multinationales. Rien de très spirituel dans tout cela, il s’agit surtout d’un grouillement purulent d’imposteurs, de faux prophètes, de marchands du Temple, d’évangélistes fous et apocalyptiques, de fondamentalistes hystériques, de services secrets privatisés, de lobbys, d’idéologie brunâtre recyclée avec le Dieu Business qui sert de phare pour beaucoup dans cette mêlée hétéroclite. Rien de mystique assurément, le prétexte religieux est brandi comme un spectre affolant de tensions et de distorsion du raisonnement.
 
Le panorama « spirituel » est d’ailleurs saisissant: la foi dévoyée des évangélistes proches du Pentagone les pousse à accélérer la déflagration planétaire et à défendre mordicus la sanglante aventure des dirigeants israéliens et de leurs bantoustans dans l’espoir d’un Armageddon, une partie des musulmans persécutés sombre dans une croisade suicidaire et autodestructrice, les extrémistes religieux gangrènent la politique intérieure et extérieure de l’état hébreu tandis que l’église catholique adoube ses intégristes et protège ses serviteurs pédophiles faute de troupes vaillantes et de vocations nouvelles.
 
Triste spectacle que celui des religions de nos jours et de l’usage que l’on en fait, de son instrumentalisation devrait-on dire puisqu’il n’y a plus aucune trace d’une quelconque pulsion mystique dans ces calculs sournois et ses hérésies grotesques mais juste un levier de pouvoir, un aiguillon pour attiser le « chaos constructif » et lucratif (liens du la Pnac et le Nouvel ordre mondial). La religion se retrouve ainsi muée en un camouflage idéal, un paravent pratique (empire du bien chrétien et juif contre l’axe du mal musulman) pour cacher une affreuse prédation qui précipite le monde vers sa fin en brûlant la chandelle par les deux bouts. C’est précisément pour montrer que tout ceci relève de l’imposture et de la diversion qu’Omegalpha a choisi de mettre en lumière un remarquable ouvrage de Gildas Bourdais, « enquête sur l’existence d’êtres célestes et cosmiques » paru en 1994 et qui traite du phénomène religieux (le vrai !), de sa place au cours des siècles et de la réalité de certaines  théophanies (apparitions d’un Dieu ou d’un être différent). Une bonne manière de se re-plonger dans cet immense océan d’incertitudes, d’intuitions et de révélations que constitue la pulsion religieuse à la résonance si profonde dans l’humanité.
 
 

Le Space bombay interceptor en orbite nous protège...

 
L'histoire des êtres célestes et de la pluralité des mondes est vieille
 
 
 
L’ouvrage de Bourdais a comme fil conducteur et comme tête chercheuse, l’hypothèse OVNI qui constitue en quelque sorte le socle ancien et le dernier rejeton d’une religion nouvelle qui est en train de prendre forme comme l’indiquait le psychanalyste Carl Gustav Jung. « Depuis toujours, les hommes ont vu des choses étranges dans le ciel, ont cru en l’existence d’êtres célestes : Dieux, anges, démons et autres entités. A notre époque s’ajoute la croyance aux visiteurs cosmiques venus à bord de leurs OVNIS »  indique la 4e de couverture, un résumé qui constitue une bonne synthèse de la ligne directrice suivie par Bourdais. L’auteur a donc choisi de dévoiler ce fameux « peuplement des cieux » en s’attaquant à l’épais brouillard qui entoure le mystère des OVNIS et en démontrant le culte du secret entretenu par nos gouvernants à propos de ces affaires troublantes. Deux visions s’affrontent depuis toujours quant à ces elfes, lutins, farfadets, visiteurs, fantômes, apparitions, extraterrestres, objets volants, lumières étranges, manifestations et miracles (la danse du disque soleil de Fatima) : celle des religions révélées qui ont intégré ces prodigieuses énigmes dans des cultes où l’irrationnel fait partie même du fait mystique et celle de la science qui tente tant bien que mal d’expliquer l’inexplicable.
 
C’est là que réside la force de l’ouvrage puisque Gilles Bourdais analyse les différents courants de pensée à propos de la pluralité des mondes qui existent depuis bien plus longtemps que l’on imagine puisque l’hypothèse extraterrestre est née semble-t-il en même temps que la prise de conscience existentielle des hommes face au silence de l’univers. Silence très relatif puisque les cosmogonies qui constituent en quelque sorte la mémoire des peuples sous formes de légendes, de personnages archétypaux et autres actes de naissance symbolique apparaissent comme de riches récits que l’on qualifierait de science-fiction tant on y croise des Dieux toujours descendus du ciel, des vaisseaux volants et lumineux, des batailles galactiques, des monstres, des êtres fantastiques, des prodiges, des étrangetés et des occurrences et ce, sous toutes les latitudes. L’hypothèse OVNI n’est pas née avec Roswell en 1947 et la vague des soucoupes volantes popularisées par les média, ce serait une grave erreur de se borner à ce fragment d’histoire des êtres célestes et de la pluralité des mondes.
 
 

Véhicule des Dieux

 
 
L’enlèvement d’Ezéchiel par une immense roue lumineuse
 
 
Toutes les grandes religions, tous les écrits et livres saints, toutes les épopées relatives au divin dévoilement évoquent le phénomène OVNI et l’englobent dans la révélation même du message supérieur. Des guerres spatiales avec rayons, bombe et chars volants de fer racontées dans le Mahâbhârat hindou (un récit qui à 40 000 années d’âge) aux différents épisodes relatés par les traditions chrétiennes et juives comme l’enlèvement d’Ezéchiel par une immense roue lumineuse, le buisson ardent de Moïse (un "best of" d’effets spéciaux) en passant par les cultes de Zoroastre et de Mitra et la formidable armada des divinités grecques. l’ouvrage passe en revue nombre d’épisodes étonnants. Des moments de sacré où les descriptions faites, même avec les mots de l’époque, évoquent des phénomènes lumineux, des visiteurs du ciel, des races cosmiques différentes, des enlèvements d’humains, des croisements génétiques plus ou moins réussis avec les Dieux (le prélèvement d’ADN d’Adam endormi pour donner une femme, les récits sumériens d’hommes fabriqués dans des bouteilles de verre, les Elohim et Nephilim de la tradition juive, des émissaires célestes très branchés sur la gynécologie) et autant d’étranges histoires. Ces rapprochements historiques ne sont pas des théories nouvelles, elles ont été popularisées par Erik Von Danniken, Robert Charroux, Charles Berlitz, Jacques Vallée, Pauwell et Bergier qui ont créé ainsi une nouvelle archéologie qui relie le passé (l’époque des Dieux) et le présent (les soucoupes).
 
Que dire en effet des drôles de cosmonautes en combinaisons avec des antennes sur la tête qui semblent en gravitation de Tassili ou dans d’autres fresques rupestres, les mutilations et autres vols de bétail, de la concupiscence des envoyés du ciel louchant sur nos femmes, des batailles célèbres dans l’histoire médiévale japonaise ou européennes arrêtées du fait de l’apparition de dizaines de boules de feu zigzaguant dans le ciel, des bulles lumineuses du Moyen age, des cubes célestes qui changent de couleur, des Dieux hindous protéiformes, des villes flottantes et autres sphères habitées que l’on retrouve dans la plupart des représentations divines depuis la nuit des temps et dans les récits sacrés (lien sur les traces d’OVNI ) ? Nos ancêtres n’ont jamais eu accès à une promotion spéciale et planétaire sur les coffrets DVD de X-Files et de Star Trek mais ils racontent pourtant des faits récurrents comme le Déluge, la chute d’une immense météorite, les vaisseaux volants et les visites nombreuses des êtres célestes propagateurs de civilisation et de progrès.
 
En s’appuyant sur les dernières découvertes scientifiques qui accréditent l'hypothèse d'autres lieux de vie dans l'univers et en examinant les différentes théories de peuplement de l’univers émises par nombre d’auteurs et de chercheurs, Gildas Bourdais réussit le tour de force de montrer que le phénomène OVNI n’est qu’un vieux problème remis au goût du jour puisque l’ensemble des cultes et des religions s’appuie et se fonde parfois sur la révélation d’une pluralité des mondes et que les « soucoupes » peuplent nos cieux depuis toujours. L’auteur démontre également que l’énigme des visiteurs de l’espace que l’on prend un malin plaisir à ridiculiser publiquement a toujours été un sujet de préoccupation majeur pour les autorités et les églises institutionnelles qui n’ont jamais hésité à réprimer par la force et à occulter (Giordano Bruno au bûcher…) toutes les découvertes dans ce domaine. L’incroyable déploiement de moyens (manipulations, diversion, désinformation) pour masquer ces évidences de la part de nos gouvernants modernes, des églises consacrées et autres services secrets de l’armée prouve ô combien le sujet reste d’actualité et que son maniement s’avère complexe et délicat.
 
Ultime apport de l’ouvrage, le passage en revue des différentes religions et de leurs histoires respectives suggère une idée forte, celle d’un recyclage continu de plusieurs mythes récurrents qui imprègnent toujours nos sociétés et la probable naissance d’une nouvelle religion fondée à nouveau sur la révélation de ces OVNIs avec le risque d’une possible manipulation à la clef. Quant aux conclusions de l’auteur à propos de ces visiteurs de l’espace qui semblent être là depuis le début de l’histoire des hommes pour les accompagner, les surveiller et modifier éventuellement leur destinée, vous les découvrirez au terme de 400 pages bourrées d’informations passionnantes et instructives.
 
 
 
Gildas Bourdais : « enquête sur l’existence d’êtres célestes et cosmiques », 412 pages, paru en 1994, Editions Filipacchi
 
 
 

Nouvel Ordre mondial (nouvelle religion fasciste ?)

 

 

 

La libre entreprise de domination  - L'impact désastreux de la PNAC - Le Nouvel Ogre Mondial

 
 

 
 
Liens :
 
 
 
 
Autres ouvrages :
 
 
 
 
 
°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
 
Lectures et vidéos :
 
 
 
 
 
Des traces dans l’art (secrète base)
 
 
 
 
 
 
Dernières observations en date :
 
 
 
 
))))))))))))))))))))))))))))))))))))))
 
Bonus…
 
Baudelaire (le spleen de Paris) : L’étranger
 
Qui aimes-tu le mieux, homme énigmatique, dis ? Ton père, ta mère, ta soeur ou ton frère ?
- Je n'ai ni père, ni mère, ni soeur, ni frère.
- Tes amis ?
- Vous vous servez là d’une parole dont le sens m'est restée jusqu'à ce jour inconnu.
- Ta patrie ?
- J'ignore sous quelle latitude elle est située.
- La beauté ?
- Je l’aimerais volontiers, déesse et immortelle.
- L’or ?
- Je le hais comme vous haïssez Dieu.
- Eh ! qu'aimes-tu donc, extraordinaire étranger ?
- J'aime les nuages... les nuages qui passent... là-bas... là-bas... les merveilleux nuages !
 
 
 
See u
 
CC Jung
 
 
 

Publié dans Des livres et Nous

Commenter cet article