Un soupçon de parano...

Publié le par cc jung in effect

L’actualité du jour pourrait s’articuler autour d’un thème récurrent, la paranoïa. Comment qualifier la conduite de l’Empire qui espionne ses propres sujets sinon comme le signe tangible d’un basculement politique de l’administration Bush vers une forme de junte militaro-industrielle totalement paranoïaque. Paranoïaque pourrait devenir notre analyse lorsque l'on réalise que l’annonce spectaculaire des attentats virtuels a peut-être des sources dans le conflit libanais et qu’il s’agit d’une énième manipulation. Paranoïaque va peut-être devenir Ségolène Royal avec le fric-frac curieux à son domicile. Trois bonnes raisons pour s’informer d’avantage du complot qui se trame…
 
Cela commence à ressembler de plus en plus à un cauchemar qui se déroulerait au ralenti avec pourtant la certitude qu’il s’agit bien de la réalité et que le réveil va être plutôt brutal. Big Brother est déjà là sous des aspects anodins et il s’impose de plus en plus comme une évidence. Sous quelles formes ? Réfléchissez un instant à la manière dont est tissée la gigantesque toile de notre prison numérique. Il y a les puces bavardes, celles de nos cartes (bleues, vital, de fidélité), celle du parking et le badge d’entreprise qui peuvent tracer notre emploi du temps mieux que nous-mêmes. Que dire des titres de transports magnétiques (Navigo and Co), des caméras de surveillance omniprésentes, des radars qui lisent les plaques d’immatriculation, du GPS, du portable, des satellites qui transportent nos données, des puces RFID dans une multitude de produits manufacturés. Il ne faut pas oublier l’ordinateur et la connexion internet, nos allées et venues numériques surveillées et nos transmissions qui sont stockées depuis les lois Sarkozy. La dernière mesure pour lutter contre le terrorisme va donc être la mise en oeuvre de la biométrie (cartographie de l’œil, empreintes diverses) dont l’achèvement sera le code-barre personnalisé, la puce sous la peau. C’est logiquement la prochaine grande étape.
 
Nous y arrivons, boostés par l’hystérie artificielle du terrorisme. Comment s’étonner encore de la divulgation par la presse de gigantesques écoutes téléphoniques aux USA par l’Empereur, c’est dans la lignée du reste (lien). Dans toutes les dictatures même celles qui se déguisent, les marionnettistes distillent un climat d’insécurité et de peur pour affaiblir les défenses naturelles de la société ( notre « instinct démocratique ») et surtout parce que les imposteurs ont une peur bleue, celle de se faire démasquer. Il y a fort à parier que les journalistes par exemple sont plus écoutés que le dealer du coin…Lorsque la dictature prend la forme d’une junte militaro-industrielle, qu’il faut sans cesse alimenter la gloutonne machinerie de guerre et de prédation, il est préférable d’inventer un ennemi impalpable, furtif et sournois. Un fantôme d’ennemi que l’on ne pourra pas vaincre puisqu’il est immatériel (terroriste par exemple) mais qui justifiera tous les budgets et toutes les restrictions des libertés individuelles. Et comme l’unité de lieu des prédations à venir dans le scénario se situe au Moyen-Orient, il faut orienter le casting de ce côté-là. Le synopsis est dans la boite, il ne vous reste plus qu’à faire le casting avec un méchant réussi pour que l’intrigue tienne un peu la route, en espérant un bon public pour gober les énormes ficelles.
 
Un indice ? Plus de 75 % des citoyens américains pensaient que Saddam Hussein était impliqué dans les attentats du 11 septembre, un sanguinaire dictateur qui a farouchement pourchassé les islamistes radicaux et qui était détesté par toute la frange des Ben Laden et compagnie. Autre exemple ? Une bonne partie de l’opinion publique outre-atlantique pense que dès que l’Iran se dotera de l’arme nucléaire, les mollahs iraniens balanceront le joujou sur Israël en provoquant l’apocalypse nucléaire au passage et la fin du monde, rien que cela. Ils ont des drôles de manières ces religieux quand même.
 
 

Mais le bon Dieu veillait et sa main guidait les justes…
 
 
Il y a comme cela des certitudes qui sont le fruit d’un long travail permanent d’intoxication de l’opinion avec la répétition lancinante des mêmes mensonges, des raccourcis et des simplifications qui arrangent la paresse intellectuelle de celui qui reçoit l’information. La seule et véritable demande du public est une démarche « manichéiste » de l’information. Dites-moi juste qui est le gentil et qui est le méchant « pour me faire une opinion », tout paraît si compliqué. Vous pensez que nous sommes un peu plus mûrs que nos cousins d’Amérique dans nos jugements pour cause de longue tradition de rébellion à l’autorité, les belles lettres, la Révolution et tout le reste ? Nicolas Sarkozy qui est une caricature du populisme (ce qui est déjà un exploit) culmine dans les sondages en brassant du vent, en inventant des ennemis pratiques (banlieues, jeunes, Islam, immigrés), en truquant les chiffres de la sécurité et son bilan (lien sur la hausse des violences en dépit des bidouillages), en puisant sa rhétorique dans l’extrême droite, tout en ayant trahi tous ses parrains politiques. Sacré parcours. Et dire qu’il prétend incarner une rupture après avoir été un des barons des lamentables gouvernements que nous avons subi. Et nous l’aimons pour sa différence et son…franc-parler ?
 
On se croyait un peu en vacances, allongé à dévorer son « œuvre littéraire » parce que trop accroc à sa surexposition médiatique mais le voilà qui saute sur l’occasion des avions qui n’ont pas…sauté. L’air grave, solennel, décidé à affronter le terrible péril qui nous menace, il a écourté ses vacances passées sous les flashs des paparazzi pour nous montrer que le capitaine tenait la barre en dépit du danger terrifiant. Vous savez bien les attentats de Londres, les 3, pardon, les 7, c’est dix avions…, on a même parlé de 20 avions que l’on devait faire exploser avec du lait pour bébé et du dentifrice. Terrible catastrophe virtuelle qui arrange Tony Blair (en vacances…) et Sarkozy. Le site Voltaire l’a gentiment mouché sur ses « certitudes » et ses « informations » (lien).
 
Autre info du Réseau Voltaire, la découverte de ce prétendu complot sans la moindre preuve tangible serait le résultat d’une extraordinaire coïncidence, un hasard inouï et tellement providentiel que l’on soupçonne une intervention divine dans l’affaire. Le commando de Tsahal qui a débarqué en pleine nuit au cœur du Liban (Ballbeck) dans un hôpital pour enlever une famille libanaise qu portait le nom de Nasrallah, s’est trompé de cible pour cause d’homonymie, laissant au passage sept civils morts sur le carreau. Mais le bon Dieu veillait et sa main guidait les justes…« Le but initial est de débusquer des terroristes du Hezbollah mais - si l’on en croit des experts britanniques - lors de cette opération des agents des services secrets israéliens seraient tombés sur trois ordinateurs. Les disques durs contiennent des informations sur plus de 20 cellules terroristes en Angleterre. Tel Aviv, dimanche 6 août : au siège du Mossad tombe une information urgente envoyée depuis Islamabad : Al Qaïda vient de donner l’ordre à ses terroristes en Angleterre de se préparer à agir !… Peu de temps après le chef du Mossad informe son homologue des services secrets MI6… » (lien Voltaire).
 
Ils sont tombés pile sur les trois ordinateurs paumés au fin fond de la nuit libanaise dans un hôpital de surcroît où les terroristes (donc le Hezbollah, suivez le raisonnement fin), alliés d’Al Quaeda, avaient tous les plans d’une attaque imminente…en Angleterre qui clignotaient sur leurs écrans. Fabuleuse histoire, non ? Une telle conjonction de faits relève du miracle absolu mais il paraît que 35 % des Français y croient, alors… Tsahal nous a sauvé d’un cataclysme aérien au moment même où nous critiquions sa sanglante expédition, quelle ingratitude ! N’allez pas croire qu’il s’agit d’une campagne de communication, voyons, Sarkozy a des informations solides…« Un probable lien entre le complot terroriste présumé déjoué au Royaume-Uni et le réseau Al Qaïda a été confirmé mercredi à Londres par le ministre français de l’Intérieur, Nicolas Sarkozy, à l’issue d’un entretien avec ses homologues britannique et allemand. » (lien AFP –Voltaire).
 
Le site De Defensa, dans la même veine, nous apprend que l’incompréhensible offensive israélienne au moment de la signature d’un cessez-le-feu qui a coûté la vie à 33 soldats, avait une utilité purement cosmétique et médiatique (lien). Bienvenue dans l’ère de la communication ! Après avoir incité son allié israélien à déclencher cette guerre destructrice et avoir tout fait pour lui laisser les mains libres afin de redoubler de violence, voilà l’Empire qui se lance dans une course de vitesse humanitaire au Liban pour…contrer le Hezbollah dans les cœurs libanais, pathétique manœuvre d’un cynisme très…évangéliste (lien).
 

Un fric-frac dans la grande tradition française barbouze
 
Et chez nous ? Il y a Ségolène Royal. Au moment même où l’on apprenait de précieux ralliements à sa candidature et non des moindres (lien), une curieuse affaire la concernant faisait surface. Pendant ses vacances bronzées à la une de Voici ou d’un magazine du même genre, la candidate socialiste a reçu une petite visite de courtoisie (lien). Un fric-frac dans la grande tradition française barbouze avec ramdam dans l’appartement et tout le chambardement pour bien faire comprendre qu’il y a eu de la visite, sans rien emporter… Une petite étourderie que Madame Royal souhaitait ne pas ébruiter pour des raisons personnelles mais qui a fuité dans la presse en dépit de sa demande de discrétion. Elle soupçonne donc logiquement le ministère de l’Intérieur d’avoir fait courir le bruit. A quelles fins le cambriolage puis la divulgation des faits ? C’est un classique de la déstabilisation sinon quel intérêt ? On a bien vite compris le but de la manœuvre en lisant une dépêche de Libération (lien).
 
« (…) Pour Roger Karoutchi, secrétaire national de l'UMP, Ségolène Royal "perd son sang-froid" en laissant entendre qu'il y ait pu avoir "manipulation". "Elle cherche à jeter le discrédit sur les services du ministère de l'Intérieur pour organiser sa propre promotion à la veille de la rentrée politique", dit le sénateur des Hauts-de-Seine dans un communiqué.(…) » (Libération). Ainsi donc, le message à faire passer est qu’elle perd son sang-froid, elle se laisse facilement…déstabiliser, une émotivité difficilement conciliable avec les plus hautes fonctions de l’Etat. C’est une femme, voyez-vous. Pourtant, il reste un mystère dans la logique incarnée par le secrétaire national de l’UMP, c’est lorsque Monsieur Karouchi explique qu’elle gronde à des fins de « promotion à la veille de la rentrée politique ». Si l’on comprend bien, elle a demandé de ne pas ébruiter l’incident et requis de la discrétion pour…provoquer l’esclandre dans le seul but de faire parler d’elle ? Voilà un raisonnement plutôt tordu, comme le coup. Il y a de la paranoïa dans l’air, décidément.
 

 
Liens :
  
 
 
 
 
 
 
 
(…) « En conclusion, les guerres menées par les États-Unis et leurs alliés dans la région entre le canal de Suez et le Golfe persique profitent également à Europe. Le journal met ses lecteurs dans l’ambiance : « Partout des crises, des conflits et des guerres : l’Afghanistan, l’Irak, et maintenant le Liban. Sommes-nous à la veille d’une guerre mondiale opposant le monde libre à l’islam fanatique ? » Et un peu plus loin on lit : « La principale source de financement du terrorisme est l’Iran. Est-ce que l’occident doit mettre en œuvre des mesures plus sévères contre Téhéran ? » Quand on pose la question de cette manière, c’est qu’on a déjà la réponse.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 Dupont Lajoie et Roselmack
(17/08/06 - 14h00) " Les dirigeants de TF 1 s'inquiètent du nombre de messages à caractère raciste adressés à la chaîne - notamment via son site Internet - depuis l'installation à l'antenne du journaliste d'origine antillaise Harry Roselmack, transfuge d'i-Télé. Si l'on s'attendait, à TF 1, à des réactions de ce type, leur importance, comme la violence de certaines d'entre elles, a surpris, suscitant un vrai malaise. Fait rassurant: au-delà de ces réactions nauséeuses, l'audience du journal n'a pas fléchi, au contraire."
 
 
 
 
 
 
 
See U
 
 
CC Jung
 
 
 
 
 
 
 

Publié dans Omegactualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article