Afghanistan : le cauchemar climatisé donne des sueurs froides (fin)

Publié le par cc jung in effect

Pour terminer cette série d’articles relative à cet Afghanistan qui cristallise bien des enjeux géostratégiques, nous avons choisi de nous intéresser à l’actualité récente, celle des élections présidentielles. Voilà une bonne occasion d’évoquer un scrutin presque dérisoire et comme vidé de tout sens dans un pays largement aux mains des Taliban(s), l’occasion également de fouiller un peu plus derrière le rideau où se cachent des insurgés islamistes armés par…l’OTAN, la marionnette Hamid Karzaï qui s’accroche aux cordes, le krach financier évité de justesse grâce à l’argent sale de la drogue, l’oracle du Quai d’Orsay, la milice privée de l’Empire (nous en sommes !) ou encore le pont aérien mis en place par les forces US et le Pakistan pour exfiltrer des chefs talibans et des membres d’al-Qaida lors de l’offensive en novembre 2001. La vérité est bien ailleurs, il faut creuser sous la surface des choses.

 

Comme il fallait s’y attendre, les médias ont enfourché le gigantesque rouleau compresseur de la communication impériale pour nous dérouler une information plate, émincée et juste assez opaque pour camoufler l’essentiel de ce qui se passe en ce moment en Afghanistan. Les Talibans menacent la population afghane à l’occasion des élections présidentielles ? Nos braves femmes en burka ont pourtant vaillamment ignoré les funestes sornettes des méchants Taliban(s) pour accomplir leur merveilleux devoir démocratique en trempant leur petit doigt raidi dans l’encrier humide. A peine cette encre indélébile asséchée et déjà les communiqués triomphants annoncent la victoire de Karzaï (lien Libération partie « Elections ») alors même que le dépouillement vient à peine de commencer et que le résultat ne sera révélé que dans un bon mois. De quoi préoccuper un tantinet l’Union européenne (Lien Libération) qui fait une moue bien pudique devant ces bidouillages en règle qu’elle cautionne de fait. Voilà que nos observateurs chagrinés et hypocrites nous sortent une nouvelle trouvaille sémantique comme ils en ont le secret, en évoquant des élections «équitables» mais «pas libres» ( ????). Quelle fabuleuse pirouette n’est-ce pas ? La faute aux seuls Talibans bien sûr. Allons, allons, on parle ici de triomphe annoncé et de brillante réélection, c’est l’heure du champagne et des cotillons ! A quoi bon attendre en effet, Obama peut déjà parler de succès (lien Figaro) tandis que le vaillant Nicolas Sarkozy espère quant à lui « la stabilité » (lien Figaro) pour l’intrigant que Massoud avait jeté à l’époque en prison. « Karzaï sera réélu, ce sera pire » (lien Rue 89) se lamentent les Afghans un brin fatalistes après avoir subi plus de vingt années d’occupation et de guerre civile. Que près de 70% du territoire soit sous l’emprise des Talibans et autres résistants (lien Le Monde) ne semble pas gêner les adeptes de la démocratie à géométrie variable. Au diable les calculs mesquins, au diable la maigre participation des électeurs afghans, l’Empire a besoin de symboles positifs pour redorer son blason un peu terni sous ces latitudes poussiéreuses.

 

La désaffection des électeurs s’explique tout naturellement par la sourde menace que les Talibans font planer sur ce scrutin plutôt atypique disent nos médias (Liens Figaro). Soit ! Personne ne souligne le fait que la fraude s’annonce déjà massive comme en 2004 dans les bureaux de vote (liens Bakchich - Voltaire) du fait d’une population en majorité illettrée et ce, en dépit des immenses efforts de la coalition pour rebâtir ce pays dévasté. La carte d’électeur bidon se monnaye à moins de 10 dollars à Kaboul expliquait ainsi une journaliste de France-Info tandis qu’une députée afghane racontait qu’un cheptel de 600 électeurs dociles ou fictifs se monnayait pour pas tellement plus cher dans certains districts. Bref, de quoi décourager les plus euphoriques des afghans mais pas de quoi distiller le doute sur la régularité du vote dans les rédactions occidentales…  Les médias complaisants avaient d’ailleurs annoncé bien avant le jour du scrutin, des intentions de vote plutôt favorables au candidat sortant (45 %) sans que personne ne saute au plafond. Le « maire de Kaboul » puisqu’il ne peut plus évoluer que dans le périmètre ultrasécurisé (et encore…) de la capitale reste donc très populaire si l’on en croit les projections publiées et les commentaires des spécialistes consultés. On aimerait bien connaître les méthodes de sondage utilisées dans ce pays en guerre ainsi que les instituts de sondage qui ont pratiqué l’art surréaliste de sonder une population afghane perdue dans des vallées, des contreforts hostiles et des zones inaccessibles par voie routière. On souhaiterait également comprendre par quel tour de passe-passe, une population exténuée par des conditions de vie (lien Courrier international) qui se dégradent chaque jour un peu plus et laminée par une insécurité permanente, peut vouloir si ardemment reconduire un pantin discrédité du fait d’une corruption endémique qui ronge férocement les maigres ressources du pays.


 

 



Le concept tordu du
  « dictateur acceptable »

 

 

Plus cela va mal et plus les Afghans en redemandent ? Le baromètre ne s’affole pas (lien Rue 89), il devient complètement fou ! Une explication emberlificotée surgit parfois au détour d’une plume caressante ou d’un sujet bien léché : les Afghans ne votent pas selon nos critères à nous (les civilisés doués de raison et d’esprit analytique), ils votent selon des critères…ethniques (ces arriérés). Le facteur ethnique s’avère donc primordial dans cette démocratie un peu accommodée braille le troupeau médiatique. Hamid Karzaï est un candidat pachtoune et cette ethnie est majoritaire dans le pays (40 %), voilà pour la démonstration infaillible. Le Figaro, toujours lyrique pour vendre la grasse soupe, titrait joliment que  « les Afghans se mobilisent pour la démocratie » (Lien), une belle couche de mièvrerie pour ripoliner une situation cauchemardesque sur place. On fait comme si Hamid au pays des merveilles avait miraculeusement sauvé sa tête par la magie d’une processus démocratique ubuesque… Dans la foulée, les occupants essayent même de nous refourguer doucettement le concept tordu du  « dictateur acceptable » (lien Figaro) comme hypothèse de travail pour le futur, au cas où.... En résumé, un dictateur qui terrorise à souhait sa population mais qui est dans notre camp et qui favorise nos affaires, voilà pour la démocratie à promouvoir d’urgence sous ces tropiques. Les occupants sont bien conscients de la calamiteuse image de leur pion à toque qui vient assurément d’être réélu en verrouillant le scrutin et en bourrant les urnes. A la faveur d’un coup d’état impromptu…bref, les options restent ouvertes si le pion toqué se montre un peu trop au taquet pour garder son trône.

 

Vainqueur de l’élection : Karzaï ? Quoi de plus normal en effet que de plébisciter ce président directement importé par les Etats-Unis alors même qu’un tiers de la population risque la famine aujourd’hui, tout un symbole de son calamiteux bilan (lien Figaro) ?  Quoi de plus banal que ces électeurs afghans qui bravent la menace diffuse pour enfourner leur tremblotant bulletin dans des urnes en priant bien fort pour que le bon président se maintienne au pouvoir alors même que le pays est dévasté par les combats, les attentats et les bombardements meurtriers de la coalition (liens Figaro/JDD/Libération & liens partie « Un quotidien sanglant ») ? Les fiascos s’accumulent comme nous le raconte un article édifiant du Courrier International (Lien), la reconstruction est au point mort, le trafic de drogue bat des records et la guerre s’invite désormais dans les zones habitées et à Kaboul même (Lien Figaro) mais l’électeur afghan n’en a cure de ce tableau apocalyptique, lui, il est content de son petit père des peuples. C’est ethnique tout ça, on vous l’a déjà dit, des histoires de tribus, de système féodal, le souk local, les médias le disent sur tous les tons pour édulcorer les débats et éluder les questions dérangeantes. « L’argent qui arrive à Kaboul ne sert ni à la population ni au développement du pays. Grâce aux dollars de l’aide internationale, les membres du gouvernement mènent des vies de maharadjahs. Le ministre des Finances, les présidents de l’Assemblée nationale et du Sénat roulent avec des voitures à 200 000 dollars ! » fulmine Ramazan Bachardoust, député et ancien ministre afghan à la lecture d’un rapport accablant sur la corruption organisée. Un brûlot que la coalition s’est empressée de classer sous le sceau du secret défense en 2007 (Lien Bakchich). Pas de quoi révolter la population en somme au moment même ou le même président sortant vient de réintégrer dans son cénacle de corrompus, les pires chefs de guerre comme le « général » Dostom. Un grand saigneur de guerre qui a fait rouler ses chars ventrus et fumants sur les prisonniers et qui a pratiqué la mort par suffocation dans des containers pour des milliers de pauvres bougres capturés (Lien New York Times). On vous passera les détails sur le frère du même Karzaï qui entre deux roquettes vindicatives (lien Figaro), fait marcher à fond l’industrie de l’opium base (lien Cent papiers) pour le plus grand bonheur de la filière qui part du Pakistan au Kosovo (Article Pepe Escobar – Alternative) pour finir en chaudes injections intraveineuses dans l’économie mondiale… On ne dira jamais assez les bienfaits de la drogue pour la florissante économie impériale, c’est quand même la dope qui nous a évité le plongeon définitif, le grand krach et une terrible catastrophe pour le vertueux capitalisme comme le rapporte…la très officielle agence des Nations Unies (lien Le Soir). « Les stups américains en renfort en Afghanistan » annonce Rue 89 (lien) ? Le barnum habituel, ils feront comme en Colombie ou ailleurs en attaquant les trafiquants qui concurrencent trop directement les « amis » de la démocratie à la sauce impériale impliqués jusqu’aux narines dans le business poudré (lien Voltaire) … Et puis, en termes de communication, cela donne l’impression de combattre un fléau qui rapporte gros pour pas mal de monde insoupçonnable ou presque…


 

Livrer le pays aux Talibans ? C’est bien ce que nous avons fait à l’époque…


Comme l’on peut aisément s’en rendre compte, le pauvre électeur afghan qui a boudé les urnes en voie de bourrage massif n’est finalement qu’un fétu de paille broyé dans la grande moissonneuse-batteuse de la propagande impériale. L’empire se moque royalement des aspirations de la population locale, il s’agit simplement de convaincre l’opinion publique…de l’Empire que des progrès sont accomplis sur le terrain, histoire de « vaincre le scepticisme occidental »  (Lien Figaro). Notre journal préféré entonne d’ailleurs dans cet article sublime, le refrain habituel de la compagnie des canons à vendre en nous sortant la Grosse Bertha de la démocratie, de l’empire du Bien, des obscurs barbares et tout le package coutumier. « Mais que proposent en échange les détracteurs de la présence occidentale en Afghanistan? Abandonner ce pays reviendrait à le livrer aux talibans, aux pires démons de l'obscurantisme, à de sinistres pratiques médiévales. Les mêmes qui s'indignent dès que les droits de l'homme sont en danger en un coin du globe voudraient-ils rayer l'Afghanistan de leur vertueuse planète? » vaticine notre chroniqueur suffocant d’émotion. Livrer le pays aux Talibans ? C’est bien ce que nous avons fait à l’époque, bien avant le 11 septembre 2001, sans que cela n’émeuve personne. La femme afghane, le fouet, la bêtise fanatique, tout cela nous importait peu alors. Et puis finalement, ces Talibans sont bien notre brillante création avant que l’on s’embrouille avec ces joyeux lurons pour des histoires d’oléoducs et de gourmandes commissions à verser. Les « détracteurs » veulent donc « rayer l'Afghanistan de leur vertueuse planète » s’empourpre notre zélé plumitif en usant de l’outrance habituelle tout en oubliant l’exemple signifiant de l’Empire à l’œuvre en Irak qui saigne encore (lien Figaro) ou même les vertueuses bombes intelligentes de l’OTAN sur les civils du coin et les Guantanamo locaux à Bagram ou Kandahar. Livrer l’Afghanistan aux Talibans ? C’est bien ce que huit années d’occupation non-stop ont réussi à faire inéluctablement. Autrefois détestés par la population, ils sont devenus un recours et une alternative crédible au fil des bavures, de l’aggravation de la misère, de l’occupation militaire, de la prévarication et du cynisme des mafias des zones de conflits (ONG, entreprises de reconstruction amies, cabinets d’audit) occupées à engloutir les subsides qui réussissaient à passer entre les mailles prédatrices du clan Karzaï. Voilà une information simple que ne relayent pas nos médias qui se taisent lorsque l’on siffle (Liens Figaro – Libération) et qui reprennent benoitement tous ces couplets appris par cœur pour délivrer l’information adaptée et reformatée à des fins de digestion rapide et confortable. La palme de la communication ubuesque revient quand même à notre ministre pas étranger aux affaires, Bernard Kouchner qui a brillamment délivré une pensée profonde au monde ébahi en affirmant que la solution résidait dans le fait…d’ « afghaniser la crise afghane » ! Wow !


Cette piteuse saillie de Pythie des salons révèle pourtant pas mal d’arrières pensées que ruminent en ce moment ces brillants stratèges de canapés à court d’arguments tactiques même si certains généraux rêvent encore d’armées de drones et de robots terminator pilotés depuis Nellis (Nevada) pour exterminer en masse ces affreux barbares barbus (source Canard enchainé du 19 août 2009). Rien de mieux in fine que la remise à l’ordre du jour de l’inaltérable « Divide ut imperes » (diviser pour régner) pour entrevoir une sortie de crise possible. La maxime fonctionne si bien et depuis si longtemps que l’on aurait tort de se priver de cette arme de domestication massive des peuples. Il faut dire que les nouvelles ne sont pas bonnes sur le front même si le pool communication de l’OTAN s’échine nuit et jour, à pondre des communiqués de guerre à la pelle qui évoquent des batailles héroïques et décisives, des captures importantes et des offensives majeures couronnées de succès (lien Bakchich, partie « Diviser pour régner ») comme au bon vieux temps du facétieux ministre de la communication de Saddam Hussein. Entre les rapports pessimistes, les conjectures alarmistes, les éditos fatalistes et des sondages d’opinion largement hostiles à la guerre en Afghanistan (liens Figaro – Libération – Bakchich – IRIS - Mondialisation), la communication impériale patine allègrement pour vendre ce bourbier garanti 100 % sur facture. Le spectre d’un nouveau Vietnam (Lien Courrier International) plane en effet dans toutes les têtes : la coalition perd pied chaque jour un peu plus en dépit de l’arrivée de nouveaux renforts (Lien Nouvel Obs) et du renforcement (sic) de la mission de l’OTAN sur place (Lien Libération). Impensable encore il y a peu : les occidentaux bardés de leur mortelle technologie de pointe et réunis au sein d’une coalition hétéroclite, sont en train de perdre une guerre face à des insurgés du Tiers monde ! Des gueux qui triomphent, un inacceptable crime de lèse-majesté !


 



Le complexe militaro-industriel a tout intérêt à multiplier les guerres sans fin


En fait, c’est tout le système militaro-industriel occidental symbolisé par le consortium mafieux de l’Atlantique qui vacille dans cette affaire mal engagée et qui se trouve désormais à découvert. La menace de l’ogre russe et du communisme brandie pendant des décennies pour pomper goulument les budgets de défense n’est plus crédible et la guerre contre le terrorisme qui devait remplacer l’imposture budgétivore, tourne maintenant au vinaigre. Passée de la guerre froide que l’on agitait comme un chiffon rouge à la fumeuse « lutte contre le terrorisme », l’OTAN s’avère bien incapable de justifier même son utilité si ce n’est celle évidente de mettre une partie des troupes alliées occidentales sous le commandement exclusif des USA, c'est-à-dire, de facto, sous la férule du complexe militaro-industriel qui a tout intérêt à multiplier les zones de tension et les guerres sans fin pour vendre ses joujoux mortifères. Mais l’Afghanistan s’apparente aussi à un symbole fort, celui de la décrépitude des « néocons », des faucons bruns et autres rapaces qui se sont nichés au plus haut niveau dans nos pseudos démocraties orientées désormais dans le sécuritaire. Après les échecs successifs du premier de la classe en matière de carnage sériel, Israël, au Liban et à Gaza, les fiascos sanguinolents de l’Irak et de la Somalie, cette nouvelle guerre perdue signifierait la fin d’une hégémonie et le début d’une redistribution des cartes en termes de géostratégie. La technologie mortifère et les intrigues infinies ne font plus recette face à la détermination des peuples désormais capables de tenir tête au plus fort…sur le papier. Le nerf de la guerre ici n’est pas l’argent, les oléoducs ou les satellites et autres drones à missiles, la vraie question reste celle de la légitimité qui fait des uns, des valeureux résistants et des autres, des prédateurs sanguinaires… Mais rassurons nous, l’Empire se montre infiniment inventif lorsqu’il est question de sauver son hautain prestige et surtout son pactole au pays du pakol.


Il y a d’abord le pantin local formé par UNOCAL (pétrole US) qui semble bien avoir appris ses leçons et qui joue désormais sa propre partition pour garder la main. Hamid Karzaï utilise finement la carte du nationalisme pour faire oublier son parachutage initial sur place. Après chaque bavure de l’OTAN, le soliste feint désormais l’indignation et la colère en demandant des explications sur ces carnages en série qui enragent ses concitoyens. Mieux, il s’agite depuis quelques mois en demandant un calendrier de retrait des troupes d’occupation (Lien Figaro). Habile, il se rabiboche dans un même temps avec l’Inde tout en ménageant le Pakistan sans oublier d’irriguer en dollars vivifiants les tribus alliées et de distribuer des postes d’importance aux caciques Tadjiks (l’autre ethnie importante). A plusieurs reprises, notre homme contraint au compromis, a même tendu la main aux Talibans (Lien Figaro) qui se sont empressés de refuser le baiser mortel du « frère » afghan. Bref, il fait de la politique pour garder le pouvoir, conscient qu’il est que ses mentors aimeraient offrir une carte maitresse un peu moins écornée et vérolée à l’opinion publique mondiale. Vous vous en doutez, l’OTAN qui s’y connaît en termes d’arrangements avec les mafias et autres groupes paramilitaires, n’est pas en reste. En bon spécialiste de coups tordus, la milice privatisée du complexe militaro-industriel a donc remis à l’ordre du jour le fameux « diviser pour régner » pour ébrécher le bloc taliban. Elle prône désormais des alliances entre des tribus (lien Libération) qu’il s’agira d’armer pour contrer les insurgés. En somme, une répétition de ce qu’elle a accompli en Irak en jouant le jeu destructeur de la division fratricide et de la guerre civile entre chiites et sunnites pour affaiblir l’insurrection. La carte ethnique utilisée pour justifier des élections truquées peut également servir pour déchirer encore plus cet état fantôme en mille morceaux plus faciles à phagocyter. Pire, on se demande parfois à quoi rime ce chaos qui à l’air parfois organisé comme en témoigne Asef Azzam, président du Mouvement des jeunes Afghans. « J’ai parlé hier avec un Afghan tout juste rentré d’Afghanistan en Suisse qui a constaté sur place la présence de «talibans américains», de «talibans anglais» et de «talibans pakistanais». Il s’agit d’Afghans, bien sûr, mais qui opèrent avec la bénédiction des Anglais et des Américains et portent parfois des armes de l’OTAN! Aussi, toujours plus d’Afghans pensent qu’il n’a jamais été question de se débarrasser des talibans. » avant d’ajouter que « lors de l’offensive de novembre 2001, on se souvient que les forces américaines avaient laissé le Pakistan aménager un pont aérien pour exfiltrer des chefs talibans, des membres d’al-Qaida et des «forces spéciales» pakistanaises » (lien Hebdo.ch). Voilà pour la fameuse chasse à Al Qaida que les gouvernements occidentaux dégainent comme un étendard pratique à chaque interview et à chaque enterrement de soldat… Du vent et des mensonges éhontés, comme d’habitude…

 


Les Français préfèrent brandir joyeusement la queue de Mickey


Comme si tout cela n’était déjà pas assez compliqué, l’administration Obama multiplie à présent les appels aux Talibans pour ouvrir des négociations en promettant un partage du pouvoir (Liens Figaro – Nouvel Obs). On pourra juger cet appel du pied insistant comme le signe évident d’un début de panique dans les chancelleries à moins qu’il ne s’agisse que d’une manœuvre de plus. Quand on a affaire à des gens retors, on se perd en conjectures. Bien sur, la machine communicante précise systématiquement dans ce cas là qu’il s’agira de pourparlers avec des Taliban(s) « modérés » (dixit), il n’en reste pas moins que l’heure semble au choix cornélien : « Combattre les barbares » ou négocier avec les talibans ? » (Lien Rue 89). Un choix que la troupe anglaise qui morfle sur place (plus de 200 tués) a déjà fait puisque les services british se sont quelque peu acoquinés avec l’ennemi à toute fin utile avant que le pot aux roses soit découvert et que Karzaï ne rue dans les brancards en expulsant quelques diplomates jugés indélicats (Lien Solidarité & progrès). Des Anglais que d’autres jugent également comme le maillon faible de la coalition du fait de ses atermoiements répétitifs (lien Figaro) et du doute acide qui s’empare de plus en plus des gradés de sa Majesté plutôt au fait des guerres coloniales. Cette liberté de ton et ces critiques acerbes des alliés anglais tranche terriblement avec la docilité suave et empressée des Français qui s’y connaissent pourtant en la matière (guerre d’Algérie, lien Marianne) mais qui préfèrent brandir joyeusement la queue de Mickey en guise de consolation (lien Figaro sur la nomination de 2 généraux français à l'OTAN) alors que nos soldats tombent aussi sous les balles (liens partie « un quotidien sanglant »). Et puis, après mûres réflexions, tout ceci est bon finalement pour le business des amis du petit Napoléon de foire (lien Le Monde sur le doublement des commandes d’armes).


Comment se sortir du bourbier afghan qu’a hérité Obama (lien Doug Ireland – Bakchich – Partie « la méthode d’Obama Bush ») est bien donc la question à mille euros pour tout le monde en incluant dans l’équation vertigineuse l’épineuse question pakistanaise qui est sous-jacente au conflit afghan (liens Figaro – Libération – Bellaciao – Contre-Info). On pourrait ajouter à ce supplice asiatique, le double jeu permanent des Pakistanais, l’outil de pression des Russes (contentieux du BMDE, bouclier antimissiles) qui prêtent leurs bases pour le transit de la logistique (lien Bellaciao) et la discrète coopération des Iraniens (Lien Figaro) qui entrent également en ligne de compte. Le Président US a quelque part bien raison de préparer son opinion publique à une guerre interminable (lien Figaro) puisque les experts militaires estiment qu’il faudrait trois fois plus de troupes, soit pas moins de 300 000 hommes pour prétendre gérer le chaos ambiant (source Canard Enchainé du 19 août 2009) et une présence constante pendant quelques décennies pour refroidir le chaudron local porté à ébullition. Le même Obama prétend haut et fort qu’il souhaite une redéfinition des objectifs pour achever cette guerre négligée pendant trop longtemps (lien 20 MN) mais les signaux qu’il vient d’envoyer via la nomination récente du général Stanley McChrystal aux affaires afghanes (spécialiste de la contre-insurrection) annonce plutôt une aggravation de la situation et un pourrissement prévisible du fait même des méthodes utilisées par ce poète de la gégène. Yes we can ! L’ère des barbouzes et des escadrons de la mort s’annonce sous ces cieux inhospitaliers, histoire de rendre le marigot local encore plus saumâtre. On en reparlera bientôt, une autre actualité nous interpelle déjà.



Elections
 :

 

Afghanistan: Karzaï remporte la présidentielle, selon son équipe (Libération) - Présidentielle en Afghanistan: l'Union européenne préoccupée (Libération) - 20h27 Élections afghanes: succès pour Obama (Figaro) - 12h45 Sarkozy souhaite "la stabilité" à Karzaï (Figaro) - L'Afghanistan aux urnes (3/3) : « Karzaï sera réélu, ce sera pire » (Rue 89) - Selon un rapport controversé, les talibans contrôleraient près des trois-quarts de l'Afghanistan (Le Monde, abonnement) - Les talibans menacent les électeurs afghans (Figaro) - Le scrutin afghan compromis par les violences (Figaro) - Elections afghanes, à qui la fraude ? (Bakchich) - Élection truquée en Afghanistan (Voltaire) - L'Afghanistan aux urnes (1/3) : le baromètre s'affole (Rue 89) - Une population exténuée et des talibans remontés (Courrier international) - Les Afghans se mobilisent pour la démocratie (Figaro) - International : Afghanistan : l'hypothèse du dictateur acceptable (Figaro) - 07h10 Un tiers des Afghans menacé de disette (Figaro) - 07h52 USA:peine à justifier la mort de 140 Afghans  (Figaro) - Afghanistan: Nouvelle bavure de l'Otan? (JDD) - Afghanistan: l'Otan tue 4 civils (Figaro) - 09h24 Afghanistan : l'Otan tue quatre policiers (Figaro) - L'Otan dément des chiffres de l'Onu sur les civils afghans tués (Libération) - L'Otan tue quatre civils dans le sud de l'Afghanistan (Libération) - 9 civils tués dans un attentat contre une base américaine (Nouvel Obs) - Huit civils tués en Afghanistan (Figaro) - Les fiascos s’accumulent. Un exemple : la commission nationale indépendante chargée de réintégrer les chefs talibans dans la société afghane. (Courrier International) - En Afghanistan, la guerre s'étend aux zones habitées (Figaro) - Afghanistan : le rapport secret qui dénonce la corruption (Bakchich) - Afghan Warlord Denies Links to '01 Killings (New York Times) - 08h42 Afghanistan: le frère de Karzaï attaqué (Figaro) - La vision états-unienne - [Pepe Escobar - Alternatives International] - « L’argent de la drogue a sauvé des banques », avance l’ONU (Le Soir) - L'empire afghan de la drogue (CentPapiers) Les stups américains en renfort en Afghanistan  (Rue 89) - Drogues : guerre à la concurrence ! (Voltaire) - Le Commandeur de l'OTAN ordonne de massacrer des milliers de civils (Voltaire) - Kaboul : vaincre le scepticisme occidental  (Figaro) - 13h59 Bagdad: 75 morts dans des attentats (Figaro) - 13h19 Kaboul menace d'expulser les journalistes (Figaro) - Afghanistan: les médias muselés le jour des élections (Libération)

 

Un quotidien sanglant :

 

09h10 Kaboul: les talibans menacent à nouveau (Figaro) - 07h09 Un roquette lancée sur la palais de Kaboul (Figaro) - Kaboul: attentat suicide devant le quartier général de l'Otan, trois morts (Libération) -  Hausse des attentats contre les forces étrangères en Afghanistan (Libération) - Afghanistan: neuf soldats de l'Otan tués en deux jours (Libération) - Au moins 27 militaires américains tués en juillet en Afghanistan (L’Express) - Un soldat français tué et deux autres blessés en Afghanistan (Libération) - 15h34 Pakistan: 64 morts dans les combats  (Figaro) - 14h27 Afghanistan: 2 soldats US tués  (Figaro) - 20h34 Afghanistan: un soldat de l'Otan tué  (Figaro) - 19h42 Afghanistan: 4 soldats US tués   (Figaro) – 21h22 Afghanistan: 2 soldats britanniques tués  (Figaro) - 17h12 Afghanistan : mort d'un leader taliban  (Figaro) - 14h30 Afghanistan: un soldat de l'Otan tué  (Figaro) - 10h47 Afghanistan: 2 soldats britanniques tués  (Figaro) - 19h14 Attentat/Afghanistan: 25 morts  (Figaro) - 17h57 Afghanistan: 13 morts dans des violences  (Figaro) - 19h30 4 soldats de l'Otan tués en Afghanistan  (Figaro) - 14h32 4 soldats de l'Otan tués en Afghanistan  (Figaro) - 10h19 Afghanistan: un soldat britannique tué  (Figaro) - 08h42 Un soldat britannique tué en Afghanistan  (Figaro) - Afghanistan: 9 soldats australiens blessés (Figaro) - Un soldat britannique tué dans le sud de l'Afghanistan (Figaro) - Afghanistan: 16 civils, un député et 10 talibans trouvent la mort dans diverses attaques (AFP) - Un soldat australien tué en Afghanistan (France-info) - Afghanistan/accident: 2 soldats tués  (Figaro) - Un chasseur F-15 de l'armée américaine s'écrase en Afghanistan (L'Express) - 08h00 Afghanistan: crash d'un avion de chasse  (Figaro) - Un hélicoptère s'écrase en Afghanistan  (Figaro) - Neuf soldats américains tués pendant des combats en Afghanistan (Libération) - 18h28 Afghanistan: un soldat polonais disparu  (Figaro) - 20h10 Afghanistan/attentats: 4 soldats US tués  (Figaro) - Diffusion d'une vidéo d'un soldat US détenu par les taliban (L’Express) - Kaboul: l'otage Dany Egreteau libéré (Figaro) - Pakistan: intensification des combats dans les zones tribales (Libération) - Offensive talibane à l’Est (Libération) - Afghanistan: un attentat au camion piégé tue 25 personnes (Libération) - 19h49 Afghanistan: 3 soldats britanniques tués (Figaro) - 14h39 Afghanistan: trois soldats américains tués (Figaro) - 14h06 Afghanistan: 35 tués dont 4 soldats (Figaro) - 08h14 Base militaire US attaquée : deux morts  (Figaro) - 15h06 Afghanistan: 30 talibans tués (Figaro) - Afghanistan: 12 civils et deux soldats de l'Otan tués dans des violences (Libération) - 12h23 Kaboul: Un 201e soldat britannique tué (Figaro) - 08h42 Un soldat britannique tué en Afghanistan (Figaro) - Plusieurs morts dont des employés de l'ONU (20 MN) - 14h36 Afghanistan: 2 soldats américains tués (Figaro) - 13h28 Kaboul/attentat: 7 morts et 50 blessés (Figaro) - 11h04 Élections: les talibans tuent un candidat (Figaro) - 11h17 Afghanistan: plusieurs attaques suicides - 10h29 8 policiers tués en Afghanistan - Attaque des talibans contre le gouvernement près de Kaboul, 2 policiers tués (Libération) - 08h42 Afghanistan: des roquettes sur Kaboul  (Figaro) -

 

Diviser pour régner :


L’Otan en apporte de l’Afghan !
 (Bakchich) - Deux Français sur trois opposés à l'intervention en Afghanistan (Libération) - Une majorité d'Américains hostiles à la guerre en Afghanistan (Libération) - Afghanistan : les talibans sont-ils en train de gagner la guerre ? (Rue 89) - Fuite d’un rapport de l'OTAN décrivant le sombre tableau en Afghanistan (Mondialisation) - La coalition débordée sur tous les fronts (Libération) - L'armée américaine reconnaît être mise en difficulté par les talibans (Libération) - Afghanistan : pourquoi la guerre est perdue (Libération) - Pourquoi le piège afghan s’est refermé sur les pays de l’OTAN (Bakchich) - La guerre en Afghanistan est dans "l'impasse" 31.10 à 11h06 (Nouvel Obs) - Le commandant britannique en Afghanistan juge la guerre "ingagnable" (Le Monde) -  Un rapport américain estime le retour des talibans inéluctable (Nouvel Obs) - Rapport alarmant du renseignement américain sur l'Afghanistan (Libération) - Afghanistan : la communauté occidentale en échec (Iris) - Afghanistan : situation empirée (ONU) (Figaro) - L'Otan cherche à éviter la défaite militaire (Figaro) - Mission ISAF : 52.000 soldats et 173 morts, l’armée qui n’arrive pas à gagner (Mondialisation) - Le spectre du Vietnam (Courrier International) - Afghanistan : des renforts américains en 2009 (Nouvel Obs) - L'Onu va renforcer sa mission en Afghanistan (Libération) - Retraits: l'Afghanistan veut un calendrier (Figaro) - Karzaï tend à nouveau la main aux talibans (Figaro) - L'Otan encourage des alliances avec les tribus afghanes (Libération) - Le commandant de l'Isaf prêt à un dialogue avec d'ex-taliban (Libération) - 12h08 Afghanistan : des talibans au pouvoir ? (Figaro) - 10h32 Obama prêt à parler avec les talibans (Figaro) - .Washington serait prêt à négocier avec les talibans 28.10 à 13h48 (Nouvel Obs) - « Combattre les barbares » ou négocier avec les talibans ? » (Rue 89) - Les Britanniques et l’opium afghan (Solidarité & progrès) - La drôle de guerre de la Bundeswehr (Courrier international) - Les Britanniques doutent de la stratégie de leur armée en Afghanistan (Figaro) - Afghanistan: la France a perdu la mémoire (Marianne) -  2 généraux français confirmés à l'OTAN (Figaro) - La France va doubler ses commandes d'armement (Le Monde) - Afghanistan «Ce chaos est organisé» (L'Hebdo, à lire)

La méthode d’Obama Bush :


Barack Obama a trouvé son bourbier : l’Afghanistan
Doug Ireland (Bakchich) - Le chef des talibans pakistanais Mehsud serait mort (Libération) - Les difficultés de l'Otan en Afghanistan pèsent sur le Pakistan (Figaro) - 17h01 Pakistan : 2 millions de déplacés  (Figaro) - 17h59 Pakistan/réfugiés : "crise majeure" (USA) (Figaro) - Pakistan: plus d'un million de déplacés, l'armée aux portes de Mingora (Libération) - Pakistan : les talibans revendiquent trois attentats, dont celui de Peshawar (Libération) - L'armée pakistanaise joue la carte des talibans auprès de Washington (Figaro) - Non à la guerre en Afghanistan et au Pakistan (Bellaciao) - 14h39 Pakistan: un missile US tue 10 islamistes (Figaro) - Les troupes US n'entreront pas au Pakistan (Nouvel Obs) - 13h42 47 talibans tués au Pakistan (Figaro) - Afghanistan, une nouvelle théorie des dominos, par Juan Cole (Contre-info) - La question pakistanaise brutalement rouverte (Figaro) - Le Pakistan risque de sombrer dans l’anarchie (VO) (Contre-Info) - Afghanistan et Pakistan : vanité des logiques impériales, par Eric Margolis (Contre – Info) - Afghanistan - accord sur le transit militaire américain par la Russie (Bellaciao) - Talibans: l'Iran met en garde (Figaro) - Obama prépare l'Amérique à une guerre longue en Afghanistan (Figaro) - Il veut redéfinir la stratégie américaine en Afghanistan (20 Mn)


See U


DJ CC Jung

 

Publié dans L'Empire du Bien

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article