Afghanistan : le cauchemar climatisé donne des sueurs froides (2)

Publié le par cc jung in effect

Le premier volet de cette série d’articles consacrée à la situation en Afghanistan revenait largement sur l’adhésion de la France à l’OTAN au moment même où l’alliance mafieuse s’embourbait dans le piège tendu tout comme l’Armée rouge s’était enlisée en son temps. Dans cette seconde partie, nous allons plutôt mettre l’accent sur la communication impériale qui s’agite beaucoup en coulisses pour tenter maladroitement de justifier cette guerre un peu particulière, ce conflit atypique qui promet déjà des lendemains difficiles. Terrorisme, menaces, messages d’Al Quaida, c’est tout le barnum impérial qui est convoqué à nouveau ici pour tenter de retourner une opinion publique largement démobilisée en dépit du blackout décrété par les instances communicantes et des grotesques contorsions des bonimenteurs habituels.


L’Afghanistan, le refrain lancinant... Certes, Omegalpha a mis du temps pour achever la suite du 1er article
(Afghanistan : le cauchemar climatisé - 1) mais le jeu en valait la chandelle puisque les faits se bousculent dans l’actualité en faisant trébucher encore violemment quelques pions hagards sur l’échiquier du grand jeu. Attention aux secousses ! Maudit conflit afghan qui agit comme le cruel révélateur de toutes les impostures, de toutes les forfaitures et contradictions de nos supposées démocraties empêtrées dans cette guerre illégitime et dévoyée à bien des égards. Un conflit absurde que nous avons créé vaillamment, un point de tension que nous avons entretenu et chéri du fait même de notre incompétence, de notre suffisance et de notre morgue. Les Talibans ? Une création joyeuse de la CIA et des services pakistanais pour bouter les Russes hors du pays du lapis-lazuli. L’opération de libération de l’Afghanistan (sic – « Enduring freedom », lien Wiki) ? Tout comme l’Irak, il s’agit là d’un savant montage d’inepties, de raccourcis fallacieux et de mensonges éhontés pour justifier la folie prédatrice des « néocons » triomphants à l’époque. Tout à leur euphorie malsaine après avoir fait avaler à la planète ébahie, les couleuvres à réacteurs du 11 septembre 2001, nos imprécateurs avaient alors des rêves de grandeur et d’Empire.


La recette était maintenant largement éprouvée et avait démontré son ingéniosité macabre : on fabrique des méchants, on invente des histoires emberlificotées et le formidable western en cours peut continuer à bride abattue pour le plus grand bénéfice de ces imposteurs sponsorisés. Belle histoire que voilà avec un affreux Père Fouettard barbu téléguidant les plus grands attentats de notre histoire contemporaine depuis des grottes miteuses. Ben Laden ? Une formidable création n’est-ce pas ? Un peu défraichi le personnage qui sent la naphtaline depuis que l’on nous repasse en boucle ses interviews de l’époque avec un mauvais doublage audio et des plans fixes en nous assurant qu’il a brusquement rajeuni en teintant sa barbe et en actualisant sa logorrhée. Des experts tout à fait sérieux nous ont même assuré (vu à la télé) que sa barbe juvénile était sans doute un message de la plus haute importance destiné aux innombrables taupes islamistes qui attendent dans l’ombre pour frapper les innocents que nous sommes…



Ben Laden et sa barbe juvénile ? Un message de la plus haute importance !

 

A pleurer de rire sauf si l’on considère à quel point tous ces spécialistes supputent un niveau d’intelligence proche de la limace pour le grand public, c'est-à-dire vous et moi. Dans la même verve comique, on saluera l’administration Obama par la voix du porte-parole de la Maison Blanche, Dana Perino, qui nous affirme gaillardement que « Ben Laden est toujours vivant » (lien Figaro), tout comme Elvis sans doute que l’on croise encore régulièrement dans les parkings de supermarchés outre-Atlantique… Une communication un peu brouillonne quand même si l’on considère que l’actuel président du Pakistan, « Monsieur 10% » le bien nommé allié des USA, tient des propos plutôt étonnants de son côté… Dans une récente interview donnée à la chaine NBC (USA), Asif Ali Zardari a ainsi déclaré qu’en « 1989, Ben Laden était en contact permanent avec les directeurs de la CIA. Il était votre agent à l’époque, il est encore votre agent aujourd’hui », ajoutant que « cela fait 8 ans que vous êtes en Afghanistan. C’est vous qui êtes allé le chercher, à Tora-Bora et l’avez laissé échapper » avant d’assurer enfin son intime conviction que le fantôme Ben Laden « est mort », une intuition « encore renforcée par les conversations que j’ai eu avec des membres de la communauté du renseignement U.S. » (lien Libertés & internet). Confuse communication en apparence sauf si l’on considère comme Omegalpha que tout ceci est une mascarade qui heureusement se délite au fil des jours. Une bouffonnerie un peu passée de mode aux USA du fait de son usure conséquente mais qui continue de servir et de sévir pour les alliés de l’Empire qui doivent à leur tour, justifier l’injustifiable guerre en Afghanistan. On recycle à tout va, c’est sans doute dans l’air du temps, le développement durable…de la manipulation. 


« La menace terroriste est bien réelle »…

 

 

Ainsi, pour lutter contre le doute qui étreint l’opinion publique des alliés au fur et à mesure que les soldats tombent au combat à des milliers de kilomètres, l’Empire applique les mêmes recettes qui ont fait son succès en agitant une vilaine marionnette menaçante comme au théâtre de Guignol. Histoire de bien rappeler que nous combattons des très méchants sarrasins parfaitement déraisonnables, la communication impériale a donc mis en branle le second couteau de service pour pallier à la défection technique du figurant Ben Laden. Le loufoque et enturbanné Ayman al-Zawahiri menace donc à nouveau la France (Lien Nouvel Obs) pour une vague histoire de voile islamique hors de propos mais qui a néanmoins l’utilité passagère de masquer un peu l’essentiel du débat à tenir, celui à propos de la présence des alliés en Afghanistan. Une communication qui tombe à brûle-pourpoint quelques heures après une nouvelle déconvenue de l’Empire (9 soldats tués en deux jours)…Tout comme l’OTAN vient d’annoncer la nomination du général français Stéphane Abrial à un poste « stratégique »  nous affirme la Pravda (Lien Figaro). Précisons que les Américains et les Anglais décident des orientations tactiques sur le terrain sans même convier les autres protagonistes lors des réunions, c’est dire combien la France en particulier, a gagné en crédibilité en rejoignant l’OTAN (lien Defensa) ...

 

Bref, voilà en tout cas un impeccable timing que l’on reliera sans peine à l’attentat suicide déjoué de justesse…en Australie dans un même temps (Nouvel Obs). Pour ceux qui n’auraient pas compris encore le message que l’on essaye de faire passer, le très pédagogique premier ministre australien, Kevin Rudd, a déclaré que ces déminages de dernière minute étaient « un rappel pour tous les Australiens que la menace terroriste est bien réelle ». En clair : nous combattons le terrorisme, les Talibans sont des terroristes, les Talibans sont en Afghanistan donc nous devons combattre en Afghanistan sous peine de voir ces hurluberlus nous mettre des bombes à tous les coins de rue. Sauf…que l’apparente logique ne tient pas après une seule seconde de réflexion. Des attentats pourraient être perpétrés dans les capitales occidentales justement parce que nous nappons copieusement le territoire afghan de bombes tout aussi aveugles et meurtrières et qu’aucune opération de ratissage au pays de feu Massoud ne pourra empêcher un kamikaze de se faire sauter dans le métro ou ailleurs…

 

Cette stratégie de communication qui a comme un air de déjà-vu, ne devrait guère nous surprendre puisque l’essentiel du pôle communication relative à cette guerre nauséeuse, est désormais entre les mains expertes…des USA. Fini les atermoiements initiaux, les états d’âme des soldats brinquebalés, les reportages sur les carnages de civils après des largages de « bombes intelligentes », voici la guerre sans images et sans infos à l’ère du haut débit et du câble. Rien ne filtre du théâtre d’opérations, l’opinion publique qui s’imagine « surinformée » sur tout, s’avère bien incapable de se faire une idée précise du bourbier afghan puisque l’on lui a mis un bandeau sur les yeux pour ne pas voir ce que l’on fait en son nom tandis que des bonimenteurs patentés se chargent de lui susurrer la bonne parole à l’oreille pour mieux l’endormir… Des baratineurs hors pair qui tiennent la route tout en zigzaguant un peu quand même au gré des circonvolutions sémantiques et diplomatiques comme en témoignent les acrobaties verbales de Bernard Kouchner sur le sujet (lien vidéo De source sure). Et dire que notre habile docteur est encore considéré par l’opinion publique comme un homme…de convictions bien ancrées. Nicolas Sarkozy disait bien après tout, que la guerre en Afghanistan était ingagnable pendant la campagne électorale pour mieux camoufler son imposture (lien Dailymotion), voilà que le même génial à talonnettes prétend à présent que la victoire est nécessaire et c’est le brave Kouchner qui se charge ensuite de soigner cette communication claudicante en disant tout et son contraire sans moufter (Lien monde Diplomatique). 
 

 

Une situation qui s’aggrave encore à l’approche des élections présidentielles

 

 

Toutes ces péripéties de la matrice illustrent en fait parfaitement les innombrables contradictions qui se nichent dans le dossier afghan et cette sorte de vague tourment qui assaille quelque part la coalition hétéroclite qui se débat sur place. Cette guerre, du fait même de son illégitimité, porte en elle l’incertitude et le désarroi et sème comme un drôle de pollen irritant dans l’air. Une atmosphère qui devient chaque jour un peu plus irrespirable entre « alliés » tiraillés par le doute et les pétoires locales qui font mouche d’autant que les opinions publiques, même aveuglées, pressentent confusément que ce bourbier là ne sent pas bon du tout. Il y a aussi pour pimenter le dossier, quelques fuites malencontreuses qui laissent transparaitre un peu de réel comme ce déserteur anglais qui assume courageusement son accès de lucidité (lien Figaro), des petites aigreurs qui font surface (lien armée anglaise Figaro) et des sondages fâcheux sur le soutien à la guerre (lien Canadian press). Il faut également ajouter que ces tensions latentes ont éclaté lors du dernier sommet de l’OTAN (lien De Defensa). « La GWOT (guerre contre la terreur) et toute la salade qui l’accompagne sont en train de complètement sombrer, en matière de perception, de crédibilité, donc d’importance, exactement à l’image de la disparition de l’existence politique même de GW Bush. Le montage virtualiste s’effiloche à très grande vitesse, simplement parce qu’il devient de plus en plus “irrelevant”, parce qu’il est vraiment trop étranger à la réalité nouvelle qui s’installe » témoigne De Defensa (lien). Le mensonge planétaire s’essouffle et les vassaux de l’Empire ont de plus en plus de mal à faire semblant de gober le plat indigeste. « A Berlin, Paris et Rome il s'exerce une pression politique de plus en plus forte pour que les gouvernements européens se libèrent de l'emprise de l'impérialisme » nous apprend le même article. Le bourbier qui salit tout le monde est en train de méthodiquement lessiver les consciences et de barbouiller les imposteurs en cravate.

 

Au moment même où le sémillant « néocons » Rasmussen s’empare de la tête de l’alliance atlantique (Figaro) en promettant du sang et des larmes (lien Libération), les politiques commencent, eux, à faire les comptes (liens E24, Libération, Figaro) en jugeant sans doute l’addition un peu salée en temps de crise et d’austérité générale. Chère, impopulaire, source de tensions entre alliés et de plus en plus meurtrière, cette guerre en Afghanistan s’annonce effectivement comme un nouveau Vietnam et un marécage pour l’occident pour reprendre le titre de l’article de De Defensa. Une situation qui s’aggrave encore à l’approche des élections présidentielles. Plus pathétique encore, au moment même où les Talibans mènent une guérilla de plus en plus sophistiquée et coordonnée (lien Le Monde), nos brillants stratèges du Pentagone se triturent les méninges fébrilement pour trouver un remède miracle pour éviter une débâcle totale. Bilan du brainstorming général ? Une distribution de bibles et de…viagra (liens Nouvel Obs – 20 MN) à la populace locale comme au bon vieux temps des colonies et des colifichets. Voilà un hallucinant décalage et un très instructif éclairage sur les méthodes et mentalités antagonistes qui s’affrontent sur le terrain. Le barbare n’est pas toujours celui que l’on croit… De quoi donner bien des sueurs froides comme nous le verrons dans l’ultime volet consacré à l’Afghanistan. A suivre…





Actualité afghane
 :

 

Operation Enduring Freedom – (Wikipédia) 


"Ben Laden est toujours vivant" (USA)


Attentat de Karachi : l’homme qui a écrit le rapport NAUTILUS en 2002 parle pour la première fois.
(Bellaciao)


POUR LE PRÉSIDENT PAKISTANAIS, OSAMA BEN LADEN A TOUJOURS ÉTÉ UN AGENT DES ÉTATS-UNIS
(Libertés & internet)


La France "va payer pour tous ses crimes" (Nouvel Obs) -

La police australienne déjoue un attentat suicide (Nouvel Obs)


Un général français nommé à un poste stratégique de l'Otan  (Figaro)


L'Otan désigne un nouveau commandant en chef en Europe (Libération)


En Afghanistan, la victoire sera “made in USA” ou ne sera pas
(De Defensa)


Talibans : Kouchner contredit Sarkozy
(De Sourcesure)


Dailymotion - Ce qu'a dit Nicolas Sarkozy sur l'engagement en ..

 

Quand Bernard Kouchner défend les « barbares afghans » (Monde Diplomatique)


Un déserteur dénonce l'opération britannique en Afghanistan  (Figaro)
 


Afghanistan : malaise dans l'armée britannique  (Figaro)


 Le soutien à la guerre en Afghanistan s'effrite en Europe et au Canada (Canadian press)

Tensions entre les grandes nations européennes et les États-Unis après la conférence de l'OTAN

Premiers frémissements significatifs (De Defensa)


Rasmussen s'installe à la tête de l'Otan
  (Figaro)


L'Otan se prépare à de durs combats sous un commandement américain renforcé
(Libération)


CORR- Le chef de l'Otan plaide pour des renforts en Afghanistan
(Libération)


La guerre en Afghanistan coûte cher
(E24)


La France va consacrer au moins 330 millions en 2009, un coût qui est déjà en hausse de 40% par rapport à 2008...


Les guerres d'Irak et d'Afghanistan ont coûté 900 milliards
(Reuters – Libération)


21h57 Guerre :l'Afghanistan plus cher que l'Irak
(Figaro)


L’Afghanistan, marécage de l’Occident
(De Defensa)


"Les nouveaux talibans afghans mènent une vraie guerre de guérilla"
(Le Monde – abonnement)


Afghanistan : des soldats US distribuent des bibles
(Nouvel Obs)

 

 La CIA paye ses informateurs afghans en Viagra (sur 20minutes.fr)

.

 

See U

 

DJ CC Jung

Publié dans L'Empire du Bien

Commenter cet article

Crodoff 11/08/2009 21:38

Enfin une mise à jour ! Je ne vois pas comment toute cette époque de mascarades et de délires chaotiques pourra finir autrement que dans un bouquet final apocalyptique. On prend de plus en plus de vitesse et le mur se rappoche de plus en plus. L'heure est a faire le point au fond de soi même et avec dieu, ou peut importe le nom que l'on donne au créateur de toutes choses... Ceux assez fânés pour croire au hasard, aberation suprême, fermeront donc les yeux lors de l'impact, les autres les garderont ouvert..

cc jung in effect 22/08/2009 19:47


Merci cher lecteur pour ta fidélité et ta patience. Il s'agit juste d'un manque de temps ou d'un agenda délirant parfois, l'envie est toujours là et c'est tant mieux.