Riche sensation

Publié le par cc jung in effect

Omegalpha n’a eu de cesse de railler la fumeuse crise économique que la presse nous sert complaisamment, nuit et jour et avec un brin de fatalisme, pour expliquer le marasme ambiant. Au nom de la crise, le citoyen lambda est prié de ravaler ses revendications, d’oublier le droit du travail, d’accepter que l’on rogne son pouvoir d’achat et d’avaliser un système économique de plus en plus irrationnel et injuste dans son fonctionnement.
 
Au nom de la crise que l’on habille élégamment de savants mots comme « mondialisation », « nouvel ordre économique » ou « ultra libéralisme », 95 % de la population mondiale n’a d’autre choix que de produire toujours plus en gagnant toujours moins pour garantir de coquettes marges aux 5 % des heureux bénéficiaires du système. Magnificence absolue du capitalisme triomphant, un siècle après l’abolition de l’esclavage, la planète entière est devenue un gigantesque champs de coton et un monstrueux atelier borgne où s’active une grouillante population qui a les yeux de Chimène pour les nouveaux maîtres, démiurges absolus qui disposent d’un véritable droit de vie ou de mort sociale ou littérale.
 
 

Les charognards...

 
La récente publication dans l’édition du Monde (Lien) d’un article illustrant l’insolente bonne santé de ces nantis démontre avec une froideur chiffrée et peu contestable, l’irrationalité d’un système qui dégage de plus en plus de richesses alors que l’outil de production, l’employé, est soumis à une dépréciation chronique. C’est la notion même de progrès qui est ici bafouée dans le sens où l’évolution est éminemment dommageable au plus grand nombre et profitable à une minorité. Le fameux « choc des civilisations » que l’on tente de nous vendre obstinément n’est d’ailleurs rien d’autre qu’une habile diversion sémantique et stratégique qui vise à dénigrer une contestation de plus en plus violente d’un ordre établi, une jacquerie politisée venue du Sud tandis que le « terrorisme mondial » et son corollaire sécuritaire sont utilisés pour pétrifier toute velléité de réforme politique et sociale qui émanerait des sociétés occidentales, en accentuant le sentiment d’insécurité et la pression sur l’individu.
 
« La guerre est une affaire purement intérieure. Anciennement, les groupes dirigeants de tous les pays, bien qu’il fût possible de reconnaître leur intérêt commun et, par conséquent, de limiter les dégâts de la guerre, luttaient réellement les uns contre les autres, et celui qui était victorieux pillait toujours le vaincu. De nos jours, ils ne luttent pas du tout les uns contre les autres. La guerre est engagée par chaque groupe dirigeant contre ses propres sujets et l’objet de la guerre n’est pas de faire ou d’empêcher des conquêtes de territoires, mais de maintenir intacte les structures de la société… » George Orwell (« 1984 »).
 
  
 Lien principal :
 
 
 
Extraits : (Le Monde) « Le club mondial et très sélect des millionnaires (en dollars) s'est élargi de 500 000 membres en 2005, pour atteindre 8,2 millions, selon l'étude publiée, mardi 20 juin, par la banque américaine Merrill Lynch et la société de services informatiques française Capgemini. Même si certains d'entre eux ont quitté le classement, leur nombre a augmenté de 6,5 % en un an. Et leur fortune cumulée a atteint 33 300 milliards de dollars (26 400 milliards d'euros) en hausse de 8,5 % par rapport à 2004.
 
(…) Les pays émergents ne sont pas à l'écart de ce phénomène, bien au contraire. Ils affichent en effet les plus fortes hausses entre 2004 et 2005. Les millionnaires sont 21,3 % de plus en Corée du Sud, 19,3 % de plus en Inde et 17,4 % de plus en Russie. Avec un taux de croissance du produit intérieur brut (PIB) de 1,4 % en 2005 et une hausse de l'indice du CAC 40 de 23,4 %, la France a vu le nombre de grandes fortunes augmenter de 3,5 %, soit 367 000 membres pour le club français fin décembre[ Maguy Day – Le Monde ]
 

 
Ressources du site :
 
 
 
 

Liens :
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Le scandale Airbus (L’Express)
 
 
 
 
 
 
 
See U
 
 
CC Jung

Publié dans Omegactualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article