Dans les filets

Publié le par cc jung in effect

La Coupe du Monde a donc bel et bien débuté dans un cortège de couleurs chatoyantes, de chants de supporters et dans une bonne humeur largement arrosée sous un soleil enfin digne du calendrier. « Enfin elle débute ! » doit-on se dire du côté de nos gouvernants qui ont, à leur manière, effectué une préparation sévère en accumulant bourdes et boulettes en série avec une belle constance. Voilà plus d’un mois de trêve footbalistique pour nos pieds nickelés nationaux qui ont cumulé les cartons rouges et qui sont momentanément hors-jeu. Il était temps finalement car nous étions tous à bout de souffle, incapables de suivre le rythme effréné imprimé par nos champions olympiques à l’image de Guy Drut. Et pourtant elle continue de tourner la planète en dehors du ballon rond, Omegalpha a ramené une moisson intéressante dans ces filets…
 
 
Certes, la tentation est grande en ces jours nimbés d’un soleil franc et d’un bleu azuréen, c’est même un supplice cruel pour le DJ... Immense est en effet la tentation, celle de laisser toutes les infamies du monde se dérouler loin des yeux et des oreilles, celle de plonger avidement dans un monde vert où les pelouses déroulent du rêve, en profitant pleinement de la bulle de la Coupe du Monde. Et puis, du coin de l’œil, on aperçoit quelques images mille fois vues, celle de femmes et d’enfants de type moyen-oriental, tordus de douleurs, emmaillotés dans des tissus sanglants dans l’affolement général. Toujours les mêmes, on devrait commencer à s’y habituer... Même pas. Est-ce l’Irak qui n’en finit plus de s’auto détruire poussé dans les ténèbres par tant de forces obscures ? L’Afghanistan qui s’embrase encore sur un air de campagne inachevée de l’Empire ?
 
Ni l’Irak, ni l’Afghanistan ? Il ne faut pas chercher très longtemps sur la mappemonde pour localiser un foyer de tension, celui-là saigne depuis des lustres, assurant une sorte de pérennité de la douleur arabe. Le carnage a donc eu lieu dans cette prison à ciel ouvert qui rétrécit à vue d’œil, celle où croupit un peuple rendu exsangue par des décennies de violence, d’humiliations et d’injustice. Un peuple entier assigné à résidence qui a cru naïvement au mirage des discours comme à chaque fois, le peuple de Palestine. Espérance furtive d’un semblant de changement et de dignité, l’espace d’un bulletin confié au Hamas, la seule alternative au Fatah, le parti au pouvoir discrédité par sa piètre gouvernance d’un état fantôme.
 

Ne rien voir...

Le seul obstacle à la Paix était personnifié par ce diable d’Arafat
 
Les Territoires occupés, étranglés par un boycott pour avoir eu le tort de choisir démocratiquement de nouveaux représentants après des décennies de gabegie et de prévarication, s’enfoncent dans une spirale qui ressemble à s’y méprendre à une guerre civile larvée. Comme en Irak, d’habiles pinces coupantes s’acharnent à écarteler ce confetti écarlate qui étouffe en jouant sur le séculaire poison de la division interne pour hâter le déchirement. Privés de ressources, incapables de subvenir à leurs besoins du fait de la situation géopolitique ubuesque, les Palestiniens payent depuis des dizaines d’années une cécité du droit international, le même que l’on brandit ailleurs pour justifier des agressions et des pillages. Démocratique le Nouvel Ordre Mondial…à condition de bien voter.
 
Après avoir répété depuis des décennies que le seul obstacle à la Paix était personnifié par ce diable d’Arafat, l’état hébreux s’est empressé d’ériger un mur de mauvaise foi et un double discours permanent qui rendaient impossible l’ébauche même d’un début de confiance réciproque, préalable nécessaire à toute négociation. Arafat à dix pieds sous terre, le mur glouton a encore grandi, sortant des propres entrailles de l’enclave où l’on a parqué ce peuple gênant, scorie des bricolages de l’histoire (voir ressources du site : « le mur qui les mange »). Le colosse de béton qui dévore les illusions de frontières a continué son œuvre d’encerclement, a continué à mordre dans l’animal efflanqué, ceinturant un peu plus ce peuple grouillant de vie mais si souvent abonné au désespoir, si souvent abandonné.
 
Sans espoir réel d’amélioration de leur quotidien, pris entre le marteau et l’enclume d’une occupation féroce et d’une guerre fratricide pour le pouvoir, victimes journalières de dégâts collatéraux dans cette partie de cache-cache mortel avec Tsahal, les habitants des Territoires occupés payent un terrible tribut dans l’indifférence générale. Pas une journée ne se passe sans qu’un bulletin d’information n’entame sa litanie « d’assassinats ciblés », de missiles destructeurs, de bombardement, d’incursions sanglantes et de civils tués dans ce territoire anémique. La dernière péripétie sanglante a eu lieu sur une plage…« La plage d'al-Soudania, au cœur de Gaza, est le lieu de détente préféré des réfugiés du camp de Chati. Dès le printemps, les familles s'y pressent durant tout le week-end. Cette concentration explique le terrible bilan de la salve d'obus tirée vendredi après-midi par l'artillerie israélienne sur la base d'une milice jouxtant la plage. Sept civils ont été tués, dont un couple et leurs trois enfants (Lien) »
 
 
Ressources du site :
 
 
 
 

Liens :
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
France :
 
 
 
 
 
 
 
Ségolène Royal parmi les plus sexy (Nouvel Obs) ( !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! )
 
(…) Mais elle devance devant Loana (8e), Eve Angeli (27e) et Laetitia Casta (47e). Sophie Marceau (66e) et Monica Bellucci (91e) sont largement distancées par la présidente de la région Poitou-Charentes. (…)

 
Le vrai taux du chômage : 19% de chômeurs (Interview sur le site du LCR)
 
Coupe du Monde :
 
 
 
See U
 
CC Jung
 
 
 

Publié dans Omegactualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article