Quand le Figaro rime avec Guantanamo

Publié le par cc jung in effect

Le quotidien du marchand de canons fait feu de tout bois dans son édition du jour. Le premier article, qui prétend en finir définitivement avec ceux qui critiquent les méthodes de l’Empire, est une apologie bienveillante de Guantanamo, de la torture qui s’y pratique et des méthodes contestées utilisées par Bush et compagnie. Consacré au palmarès de Cannes, le second fustige le cinéma politiquement engagé qui a transformé l’usine à rêves d’Hollywood en un foyer de dangereux marxistes. Deux savoureux et épais morceaux de propagande à savourer d’urgence…
 
C’est un titre à l’allure martiale, une affirmation définitive et sans fioritures : « Analyse : Guantanamo : pour en terminer avec la propagande anti-américaine » (lien). Pour en finir avec la propagande anti-américaine proclame l’imprécateur qui place sans doute la barre de ses ambitions à des hauteurs vertigineuses, au moins aussi hautes que les tours de guet et les miradors qui poussent à Guantanamo. L’exaspération qui transparaît dans l’intitulé nous laisse supposer que cette posture, la critique des méthodes de l’Empire, est lassante de bêtise, d’ignorance et de manque de clairvoyance. Bon…
 
Attention, ouvrez les mirettes puisqu’il s’agit là d’une « analyse » nous mentionne le titre, soit du sérieux, du lourd pour les balourds que nous sommes, de la pure réflexion distillée généreusement pour les sots qui ne comprennent décidément pas grand chose. Un coup d’œil rapide nous donne une autre précieuse indication, le rédacteur est à la hauteur de la prétention initiale puisque le Sieur en question est « professeur d'université Paris-X Nanterre, agrégé de philosophie et de science politique, auteur de Le néo-conservatisme est un humanisme ». Pour réussir à écrire un livre au titre aussi saugrenu en apparence, le bonhomme doit être une pointure, de celle qui assène des discours satisfaits, impatients et dogmatiques à l’image de l’énoncé initial du titre…

Le moral ruiné de nos nations... C'est tout ?

 
« le poison de l'antiaméricanisme ruine le moral de nos nations »
 
Entamons le débat, à notre petit et misérable niveau de citoyen lambda. Le titre pose problème, désolé. Il s’agit d’en finir avec la propagande anti-américaine ? Ce n’est pas la propagande qui est dénoncée ici en bloc mais l’un de ses aspects, l’une de ses destinations. Pour en finir avec la propagande anti-américaine, rien de mieux que de la propagande…pro-américaine ! « Au lieu de soutenir ceux qui sont en première ligne dans cette guerre d'un nouveau type, livrée par les forces barbares à toutes les civilisations, le poison de l'antiaméricanisme ruine le moral de nos nations » attaque d’entrée le magistral. Nous voilà coupables de haute-trahison en temps de guerre, les uns se battent pour tous contre des « forces barbares » qui jurent la perte de « toutes les civilisations » pendant que nous nous empoisonnons avec cet « anti-américanisme" qui " ruine le moral de nos nations ». Le coups de blues de l’Europe est donc à mettre au compte d’un insidieux anti-américanisme qui « ruine » le moral de nations entières. Soutenez l’empire pour retrouver le sourire ! C’est un slogan intéressant…
 
Il y a mieux même. En cas d’épisode de dépression chronique, il suffit de songer à Guantanamo pour retrouver un semblant de peps et de joie de vivre. « La propagande y dénonce l'isolement et le secret, réclame l'intervention des tribunaux américains, invente des prisonniers détenus sans raison, imagine tortures et viol des droits individuels » ajoute notre ami. Ne l’écoutez pas cette vilaine voix qui vous dit que Guantanamo est une honte. C’est de la propagande mensongère ! Elle dénonce «l'isolement et le secret » ? Faux ! Guantanamo est un lieu ouvert à tous, que l’on peut visiter à des horaires décents et qui se retrouve perdu dans une base militaire à Cuba pour offrir aux prisonniers une vue imprenable sur la mer turquoise. Cette même sournoise propagande réclame « l'intervention des tribunaux américains » et elle « invente des prisonniers détenus sans raison ». Tous les détenus qui ont été relâchés après des années de tortures et d’interrogatoires pour cause d’homonymies avérées, d’erreurs « administratives » et de dénonciations non fondées n’existent pas. Ils étaient des inventions !
 
 

Guantanamo est une institution reconnue d'utilité publique...

 
« Guantanamo, c'est ce courage »
 
Sacrée propagande qui « imagine tortures et viol des droits individuels » à Guantanamo. Les prisonniers bénéficient de la meilleure défense qui soit dans cet espace hors de toute juridiction territoriale enfin ! Et puis les conditions de détention (camisoles oranges, chaînes, privations de sommeil, humiliations, tortures ) ne sont que le fruit d’une imagination trop fertile… Les adolescents détenus et de pauvres vieillards pachtounes, des paysans paumés enrôlés par les Talibans et très loin d’Al Quaeda, sont d’aimables invités au frais de l’Empire. « Mais où sont les preuves de torture de Guantanamo ? » s’énerve même notre impatient. « Guantanamo, c'est ce courage » ( ????) renchérit notre « analyste » en convoquant même Montesquieu pour parfaire son argumentaire d’une touche de culture de bon aloi.
 
Convaincus ? Il est grand temps de se convertir à l’Empire parce que « l'antiaméricanisme apparaît chaque jour davantage comme le nouvel opium du peuple. Le cœur d'un monde sans âme d'où la moralité est exclue, le repère fantasque des consciences perdues par la chute du mur de Berlin. ». En résumé, critiquer Guantanamo, les méthodes de l’Empire en Irak, les assassinats de civils, les bombardements de villes entières et le reste, c’est se droguer au « nouvel opium du peuple ». Oser dire du mal de l’Empire du Bien, c’est faire partie de ce monde « sans âme d'où la moralité est exclue » et plonger définitivement dans le gouffre d’un « repère fantasque des consciences perdues par la chute du mur de Berlin ». Enfer et damnation attendent donc un DJ CC Jung, opiomane, sans morale, sans âme et à la conscience définitivement perdue.
 
 
 

Les lunettes de Karl Marx...

 
« en battant sa coulpe ou en chaussant les lunettes de Karl Marx »  
 
Pour se consoler, le pénitent ne pourra même pas compter sur l’usine à rêves du cinéma hollywoodien car cette industrie est également aux mains de propagandistes pervers nous prévient la même livraison du Figaro (lien).Là encore, il s’agit d’une « analyse » des nouvelles tendances du cinéma…Le récent palmarès de Cannes qui a récompensé nombre de films engagés, des œuvres consacrées au devoir de mémoire, au scandale de Guantanamo, à l’absurdité des guerres et autant de sujets d’actualité, est ici laminé.Le cinéma actuel vu par le Figaro ? « La tendance lourde est à la morosité, au misérabilisme, au déclinisme, voire à la critique appliquée de notre histoire dont on est prié de relire quelques chapitres en battant sa coulpe ou en chaussant les lunettes de Karl Marx  » analyse subtilement une autre plume vengeresse. Ce 7e art connecté aux réalités de notre monde, « volontiers subventionné et jaloux de son exception culturelle », « n'échappe pas à l'idéologie ni à cette bonne vieille lutte des classes qui a encore l'avantage de se lire comme un western avec ses bons et ses méchants » ironise encore notre journaliste acerbe. La suite est du même acabit, le DJ Jung vous épargnera le reste. On frôle depuis trop longtemps l’indigestion.
 
 
Le Figaro du jour :
 
 
 
 
En Somalie, les islamistes déclarent la guerre aux «infidèles» (condensé de simplification, de propagande et de désinformation )
 
 
L’Empire et le Figaro rattrapés par la patrouille Omegalpha :
 
 
 
 
 

 
Liens :
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
See U
 
CC Jung
 
 
 

Publié dans L'Empire du Bien

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article