Clearstream ou la dernière tentation

Publié le par cc jung in effect

en date de l'UMP
 
Dans le peu ragoûtant marécage de l’affaire Clearstream où s’ébroue la quintessence de notre élite, les combats souterrains font rage même si l’on aperçoit que l’écume à la surface. Heureusement que la presse dans son ensemble est là pour éclaircir un peu les eaux troubles et flairer le gros poisson qui se pourlèche les barbillons dans l’obscurité. L’éclairage salutaire qu’apportent les journalistes dans cette affaire opaque au possible, soulève quelques coins de voile et révèle encore un peu plus la méthode de gouvernance à la mode UMP. Le coup de projecteur involontaire n’a pourtant pas l’air de plaire à tous les poissons pilotes de la Majorité qui viennent de déposer un projet de loi visant la presse, une orientation digne de la nouvelle « démocratie » qu’ils espèrent visiblement instaurer, à la prochaine élection, si tout va bien.
 
Alors que l’ensemble de la Majorité actuelle compte les jours qui nous séparent de la Coupe du Monde pour ses vertus de…diversion ronde, l’affaire Clearstream livre peu à peu quelques unes de ses zones d’ombre dans une furieuse confusion qui fait tomber bien des masques grimaçants qui cachaient de féroces rictus fratricides. Mais nos chers démocrates de l’UMP n’ont rien trouvé de plus répréhensible dans cette affaire d’argent sale et de sale agent, qu’une intolérable déviance de la presse. Mieux, ils viennent de menacer ouvertement les députés de l’UDF tentés par la motion de censure déposée par le P.S. Ces méthodes d’intimidation que l’on prête généralement aux gangs et à la Mafia, démontrent encore une fois l’arrogance maladive d’une Majorité et son mépris absolu du jeu démocratique. Les crises successives n’ont visiblement pas servi de leçon et ces imprécations sont la preuve renouvelée que nos gouvernants actuels vivent dans une bulle mortifère qu’il est temps de crever à la prochaine occasion électorale.
 
Si vous arrivez à comprendre quelque chose, bravo ! Entre l’intoxication, les contre-feux, les allusions, les révélations à la chaîne, les complications voulues, les dénis, les mensonges, les omissions, la chronologie affolée, les rumeurs et le reste, le citoyen lambda nage vaillamment dans le torrent sombre de l’affaire Clearstream sans que les différentes acteurs ne lui laissent même le temps de prendre une goulée d’air entre deux brassées d’information. La méthode fonctionne à merveille puisque ce dossier, complexe au départ, est devenu un jeu de pistes infinies et un labyrinthe mouvant où chacun est prié de se perdre un temps avant d’abandonner la partie. C’est sans doute ce que font les Français qui ont renoncé à débarbouiller cette sale affaire où se mêlent et s’entremêlent les services secrets, les ministres, un informaticien, des dirigeants de grandes entreprises et la…presse.
Quand la tête est pourrie, le reste se porte généralement pas très bien. De quoi déprimer sévère et de quoi douter de nos politiques : « 69 % des personnes interrogées affirment qu'elles ne font «confiance ni dans la droite ni dans la gauche pour gouverner le pays » indique une enquête d’opinion publiée par Libération (Lien). Le constat est sans appel : « 54 % des personnes interrogées affirment s'en sortir «difficilement» avec les revenus de leur foyer (12 % «très difficilement») » malgré une météo économique tropicale chantée si souvent pas notre Breton facétieux. Tout est dans la tête, voyons ! Il suffit d’y croire…
 
 

 
Une démocratie époustouflée par leur gouvernance
 
 
Ah, la presse avec ses sondages (Lien) et ses vapeurs outrées (ce Colombani du Monde est un vrai rapace de l’édito – lien), quelle calamité quand même. Le tout puissant état RPR, pardon UMP, est tellement habitué à des média complaisants, serviles et dévoués qu’il n’en revient toujours pas que plusieurs journaux trempent leur plume dans le marécage Clearstream pour tenter d’éclaircir les jeux troubles. Avec l'épouse d’un des plus importants ministres de ce gouvernement qui officie à la grande messe du 20 heures, on pensait avoir atteint une côte d’alerte maximale pour ce qui est de la liberté de la presse mais nos entêtés poursuivent vaillamment leur grand œuvre qui consiste à faire basculer une démocratie époustouflée par leur gouvernance, vers une république bananière mais sans les avantages climatiques, hélas.
 
Après les différents épisodes sur les glorieuses Colonies (le bon temps avec ses indigènes dociles), une nouvelle escouade de députés UMP espère livrer une féroce bataille à cette presse accusée de ne pas se dégonfler en faisant…pshiittt. C’est l’un des ultimes avatars de notre démocratie qu’il convient assurément de réformer d’urgence, d’autant que comme chacun le sait, les rédactions sont « infestées de gauchistes », une formule utilisée par un des sbires de l’UMP à l’encontre de la…Magistrature. Infestées, gangrenées, contaminées par des anarchistes et des communistes, l’horreur absolue, des empêcheurs de mentir à la ronde et de tourner en rond comme le Clemenceau. Joseph Mccarthy n’est pas loin… A quand le grand nettoyage au Karsher ? Bientôt si tout va bien…
 
 

Cette partie de la presse que l’on a pas encore réussi à verrouiller totalement
 
 
 
En attendant, « Jacques Briat, député UMP du Tarn-et-Garonne, a demandé lundi 15 mai l'inscription à l'ordre du jour de l'Assemblée nationale d'une proposition de loi déposée en novembre 2003 et qui vise à obliger les médias à citer leurs sources pour un article faisant état d'une enquête ou d'une instruction judiciaire» indique le Nouvel Observateur (Lien). Ce missile à tête chercheuse est « cosigné par 46 députés ». Voilà nos chers gouvernants si peu soucieux de la loi et des us et coutumes de notre démocratie (cumul des mandats, Parlement maintes fois bafoué, mélange des genres, etc) qui sont pris d’une soudaine poussée de fièvre légaliste. Haro sur cette partie de la presse que l’on a pas encore réussi à verrouiller totalement par la carotte de la connivence ou le bâton. « Obliger les médias à citer leurs sources » sur le mode du Patriot Act de Bush tant décrié ailleurs, c’est tuer toute notion d’enquête journalistique et de journalisme d’investigation. A la première alerte, le scribouillard est prié de dénoncer son informateur, ce qui aura pour effet de tarir la source et d’étouffer dans l’œuf tous les scandales possibles. Un monde parfait à la sauce UMP qu’ils imaginent. Une république bananière sous un vernis légaliste purement cosmétique, un semblant de démocratie fardée, vulgaire et de pacotille.
 
Nos amis les journalistes suscitent bien des curiosités en ce moment, dites-moi. Après la mascarade danoise à l’encontre des deux journalistes accusés d’atteinte à la sécurité d’état pour avoir divulgué la supercherie des armes de diversion massive irakienne (Voir ressources du site), ce sont les services secrets allemands (BND) qui s’illustrent en filant le patron d’un groupe de presse et en le photographiant sous toutes les coutures ( y compris privées) pour des fins que l’on imagine aisément. Il faut dire que ces services secrets en question sont accusés d’avoir servi de relais zélés aux services américains en ce qui concerne les vols charters vers Guantanamo, la grande internationale secrète de l’Empire en somme…« Selon ce rapport, le BND aurait non seulement espionné des journalistes en Allemagne -- alors qu'il n'est en théorie pas chargé du renseignement intérieur -- mais il aurait également rétribué des journalistes en échange de renseignements sur le travail de certains de leurs confrères » indique une dépêche de l’AFP (Lien).
L’Empire attend encore deux ou trois populistes de plus en Europe, un grosse pincée d’extrême droite un peu partout, une vague d’attentats pour impacter l’opinion et quelques intimidations bien ciblées pour balayer toute cette caste de journaleux insoumis qui passe son temps à déblatérer et à fouiller dans les poubelles d’où elle n’aurait jamais dû sortir… C’est à l’étude, ne vous inquiétez pas.
 
 
 
Ressources du site :
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 
 
Liens :
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
See U
CC jUnG

Publié dans Omegactualité

Commenter cet article