Afghanistan : de la liberté immuable à la défaite inéluctable (2)

Publié le par cc jung in effect

C'est l'un des paradoxes de l'actualité : ce qui était hier le sujet de toutes les conversations et l'objet de toutes les attentions peut soudainement retomber dans l'ombre avant de disparaître complètement des « Unes » et des conducteurs des « JT ». Comme tant d'autres choses, l'information s'apparente désormais à un banal objet de consommation soumis aux modes, aux tendances, aux aléas et aux fluctuations de l'intérêt immédiat. On évoque un temps le sujet avant de zapper ce débat qui nous apparaissait impératif lorsque l'actualité était encore chaude. Le règne de l'émotion chasse celui de la raison. L'exemple de l'Afghanistan illustre parfaitement cette déconnection avérée entre la couverture médiatique d'un sujet donné (le traitement de l'info, le suivi et la veille) et le déroulement des évènements sur place qui ne s'autorise (lui) aucune relâche. L'Afghanistan demeure pourtant un sujet brûlant où la géopolitique se mêle aux intérêts croisés des puissances régionales et au fâcheux héritage de l'histoire. Consortiums pétroliers, mafias diverses, milice impériale à l'œuvre, dirigeants régionaux corrompus et sans légitimité, drogue et business viennent encore compliquer le grand jeu.

 

 

Ainsi, l'Afghanistan a brusquement surgi dans nos journaux télévisés et dans les colonnes encrées de nos quotidiens à l'occasion de l'embuscade survenue à une cinquantaine de kilomètres de la capitale afghane (Kaboul), le 18 août dernier. Un audacieux traquenard des Taliban dans la région de Saroubi qui laissera dix soldats français sur le carreau et qui provoquera un éphémère feu de paille médiatique et politique quant à la question du bien-fondé de notre implication militaire dans ce bourbier « Made in USA ». Un nid de vipères négligé par l'Empire par ailleurs trop occupé à répandre la « démocratie forcée » en Irak. Toute la machinerie du cirque démocratique s'est alors mise en branle pour colmater les brèches entrevues dans les justifications grandiloquentes et vaseuses des politiques concernés (Kouchner, Morin) et surtout pour étouffer les quelques doutes émis ici et là. Commission d'enquête synonyme d'enterrement de première classe, débat parlementaire qui équivaut...à plus rien, polémiques attenantes pour déplacer les projecteurs (affaire du reportage de Paris Match sur les Taliban), une bonne rasade de propagande et d'Al Quaida dans la presse pour rendre la pilule moins amère à avaler, un recadrage de la communication militaire (l'affaire Surcouf, Lien sur les familles de militaires 01 net) et une cérémonie pompeuse pour définitivement enterrer les morts...et le sujet.

 

Une mise en bière rondement menée puisque ces malheureux soldats tombés à des milliers de kilomètres de leurs foyers, donnaient en fait du grain à moudre aux opposants de la politique atlantiste de Nicolas Sarkozy qui porte ses premiers fruits...amers. Une réorientation stratégique voulue par notre génial Timonier que résume assez fidèlement le livre blanc de la Défense : intégration dans l'OTAN, vassalisation de nos forces armées et un accent mis sur le tout technologique en matière d'espionnage et de renseignement (lien Actualité croisée - Immarigeon - L'Express). En somme, un calque parfait de la stratégie impériale avec les brillants résultats que l'on sait en Irak et en Afghanistan sans oublier la campagne israélienne au Liban en 2006. S'empresser de copier des recettes qui ne fonctionnent pas ne peut s'expliquer autrement que par un mimétisme béat ou une mise en conformité voulue par l'Empire, le véritable donneur d'ordres et le chef d'orchestre en coulisses (liens Omegalpha - Actualité croisée).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un théâtre d'opérations en dégradation constante

 

 

Silence radio, R.A.S...Depuis les évènements survenus dans la vallée d'Uzbin, il faut croire que l'Afghanistan avait disparu littéralement de l'actualité pour ne pas dire que le sujet a été habilement escamoté de l'actualité hexagonale en dépit de derniers développements plutôt significatifs. Sujet sensible ? Certainement puisqu'il s'agit de ne pas alerter l'opinion publique sur le fait que nous participons à une sanglante campagne promise à la défaite inéluctable (1ere volet de cet article, lien Actualité croisée). Il s'agit également d'éviter que l'on pose la question de l'utilité du maintien d'un fort contingent français (3000 soldats) sur un théâtre d'opérations en dégradation constante. Une troupe tricolore qui vient d'être encore renforcée après l'envoi de près de 400 soldats issus du 27e bataillon de chasseurs alpins de Cran-Chevrier (Haute-Savoie - Lien Figaro). Du lourd pour bien s'enfoncer encore dans le bourbier mais finalement une dérisoire goutte d'eau pour éteindre l'incendie qui ravage le pays de l'inoubliable Massoud. A quoi donc rime cette mascarade tragique et dans quel piège nous enfonçons-nous vaillamment, là est la question qui fâche d'autant que l'actualité bégaye avec ce nouveau soldat français tué il y a quelques heures à peine, piégé par une mine (lien Figaro).

 

Pour avoir déjà une idée de la détérioration constante de la situation afghane, un coup d'œil sur les dépêches du fil info (Liens - partie « Bienvenue en Afghanistan ») devrait amplement suffire puisqu'il s'agit d'une litanie macabre où le bruit des explosifs et des attentats recouvre à peine les cris de douleur des populations prises en étau entre les nappages de bombes « intelligentes » de l'OTAN et les attaques des combattants locaux épaulés par les voisins pakistanais (solidarité ethnique et islamique oblige). Seule différence aux yeux de la population qu'il convient de souligner pour bien comprendre le fatras régnant : les forces internationales passent pour de lâches envahisseurs retranchés dans des bases surprotégées et larguant des  bombes depuis la haute altitude tandis que les rebelles afghans bénéficient d'une légitimité en tant que résistants à l'envahisseur étranger. Il faut ajouter que l'exaspération des civils afghans se comprend aisément puisque les raids aériens menés par l'OTAN frappent sans distinction les Taliban, les civils et les supplétifs afghans engagés auprès de la coalition. Il est vrai que les satellites et autres drones qui valent des millions de dollars s'avèrent bien incapables de distinguer le combattant du paysan armé, un mariage célébré en grandes pompes d'un rassemblement de rebelles en vue d'une opération militaire... Remember, le livre blanc de la défense, le tout technologique...Tsahal, la puissante armée israélienne, s'était retrouvée confrontée au même souci tactique lors de sa sanglante campagne au Liban en 2006 en commettant nombre de carnages effroyables. On attend d'ailleurs toujours les résultats de la commission d'enquête mandatée par l'ONU à l'époque...

 

   

 

 

 

 

 

 

La victoire prochaine de l'Otan contre les «terroristes»

 

 

Les missiles et autres bombes « faucheuses de marguerites » largués par les avions US ou...français (lien Bakchich  « Quand les Français filmaient leurs frappes aériennes ») tirent donc dans le tas en espérant faire mouche d'une manière ou d'une autre et le résultat s'avère bien évidemment dramatique et contreproductif pour une force qui prétendait « aider » les Afghans à s'affranchir du joug des Taliban. Les bavures succèdent aux bavures pendant que les rangs des...Taliban enregistrent sans cesse de fraîches recrues bien décidées à venger la mort de tel ou tel autre membre de sa famille déchiqueté par les obus de la coalition (Liens - partie Bavures à la chaîne, lire l'article Paris Match, très instructif). Autre signe plus qu'inquiétant, les provinces basculent les unes après les autres aux mains des Taliban qui contrôlent plus de la moitié du territoire (54 %) et déjà les premières roquettes s'abattent sur la capitale Kaboul, dernier refuge d'un gouvernement fantôme et corrompu. Plus de 500 attaques contre la coalition par mois, voila le rythme infernal d'une guerre qui monte en puissance. Il faut bien constater l'échec absolu de la coalition dans sa mission de « pacification » du fait d'une piteuse stratégie de départ et d'une absence totale de plan de reconstruction du pays. En décidant initialement de l'envoi de seulement 50 000 hommes pour stabiliser et nettoyer un immense pays à la solide réputation guerrière, les militaires occidentaux, étourdis par leur avance technologique incontestable, ont fait preuve d'une suffisance coupable et d'une prétention désastreuse à long terme.

 

« Ainsi, au lieu de mener contre les talibans une guerre de commandos, de tendre des embuscades la nuit à leurs colonnes, l'Otan et ses alliés afghans font de la contre-guérilla à l'aveuglette, à coups de bombes de précision et de convois blindés, dépendant des routes et de l'air pour leur ravitaillement. Les statistiques compilées par les états-majors de l'Otan dans des bases climatisées, installées d'ailleurs à l'emplacement même des cantonnements britanniques de 1840 à Kaboul, ou des bases russes de Kandahar ou de Bagram, annoncent la victoire prochaine de l'Otan contre les «terroristes» raille méchamment le journaliste de Dassault (lien Figaro). Une dépendance logistique devenue problématique puisque la coalition est ravitaillée depuis des années via des bases aériennes...russes mises à disposition au lendemain du 11 septembre 2001. Voilà qui explique la tempérance inhabituelle des alliés occidentaux dans un autre dossier brûlant, celui de la Géorgie... Ils n'avaient pas vraiment le choix, pris à la gorge qu'ils étaient (liens De Defensa - Le Monde). Sans l'assistance logistique des Russes, les troupes engagées se trouveraient complètement isolées et à court de moyens très vite. Armées modernes certes mais des armées de pachydermes gourmands et confortables.

 

 

   

 

 

 

 

 

 

 

Une menace de contagion régionale du conflit afghan

 

 

Pour corser encore le grand jeu si complexe, les rebelles afghans et leurs alliés pakistanais ont constitué des QG et des bases des deux côtés de la frontière commune lors de l'opération « Enduring freedom » déclenchée en octobre 2001 par les USA (lien Wiki). Une zone refuge qui complique encore le travail de traque des militaires occidentaux qui se voient contraints de franchir la ligne blanche frontalière pour frapper les leaders de la guérilla via les drones téléguidés. Un nouveau front ouvert (province du Waziristân) qui a le don d'exaspérer encore plus les nationalistes et autres fondamentalistes pakistanais déjà engagés au côté des insurgés afghans. Des violations manifestes de souveraineté territoriale qui augmentent de quelques degrés supplémentaires la température de la cocotte-minute locale qui bout depuis un long moment (liens sur les attentats - partie Le Pakistan s'invite). Les incursions des commandos américains au Pakistan et les bavures perpétrées par la même occasion ont en effet, passablement tendu les relations entre la toute puissante armée du « pays des purs » (lien Wiki) engagée dans une lutte fratricide contre les fondamentalistes (Lien La croisade des talibans contre Islamabad - Figaro) et un commandement allié dépassé par les évènements et l'ampleur de la tâche à accomplir. Des échanges de tirs entre les deux supposés alliés (Pakistan - coalition) se sont même déroulés il y a quelques semaines. Plus grave, les autorités militaires d'Islamabad ont décidé de fermer provisoirement la passe de Khyber à titre de représailles. Soit, une des rares voies de ravitaillement terrestre encore viables depuis que l'autre axe routier Quetta - Kandahar subit de violentes et dévastatrices attaques de convois de la part des rebelles afghans. Un violent attentat survenu à l'hôtel Marriot d'Islamabad qui visait les plus hauts gradés de l'armée pakistanaise le 21 septembre dernier, a rendu ces derniers plus raisonnables et coopératifs... (Liens Voltaire - Nouvel Obs).

 

Cette ambiance délétère et la menace de contagion régionale du conflit afghan laissent augurer d'un développement dramatique de la situation d'autant que la République islamique pakistanaise dispose d'un arsenal nucléaire conséquent et d'une armée parfois encline à protéger les milices islamistes locales qui s'opposent frontalement au pouvoir en place tout en épaulant les moudjahidin afghans. Des milices infiltrées par les militants d'Al Quaida, ce mouvement terroriste fabriqué initialement par la CIA et les services pakistanais pour combattre les Russes avant que ces miliciens fanatiques ne se retournent contre leurs donneurs d'ordre primitifs. Complexité du problème, terrorisme, fondamentalisme religieux et entrelacs d'alliances secrètes ou claniques dans les deux pays concernés rendent l'équation impossible à résoudre militairement parlant. L'option guerrière choisie par les alliés occidentaux ressemble effectivement à une impasse dans laquelle nous nous sommes pourtant engouffrés en dépit de tous les signaux d'alerte émis par les différents services. Le clapet s'est donc refermé avec un bruit sinistre.

 

Non seulement la situation militaire ne fait qu'empirer puisque les Taliban sont aux portes de la capitale mais le volet politique de ce panier de crabes n'est guère mieux loti puisque les deux dirigeants des pays impliqués apparaissent comme de vulgaires pantins désavoués par leur population respective, des hommes de paille qui doivent uniquement leur accession au pouvoir à leur haut degré de soumission à l'Empire. Au Pakistan, Pervez Musharraf l'équilibriste (Lien Rue 89) a finalement laissé sa place au compagnon de Benazir Buto (lien Omegalpha sur l'option Buto), Asif Ali Zardari... Un sacré client que ce veuf de Benazir Bhutto, leader du Parti populaire, une vieille connaissance même pour le petit peuple pakistanais affamé qui l'avait surnommé « Monsieur 10 % » du temps où il régnait goulûment sur le pays et le monde des affaires avec son épouse. Corrompu et mentalement dérangé puisque le bonhomme fréquente régulièrement les hôpitaux psychiatriques, le nouvel homme fort du Pakistan traine encore une accusation formelle de blanchiment d'argent émise par la justice suisse et de forts soupçons pèsent sur le même quant à son implication dans le trafic de drogue régional (Lien Voltaire). L'Empire a choisi de mettre en place un pantin idoine à la hauteur de son propre degré de moralité en somme... Que dire d'Hamid Karzaï, son homologue afghan... Nous avons déjà évoqué son parcours dans les précédentes livraisons relatives à l'Afghanistan, on peut donc résumer sa situation politique en quelques mots : illégitime, corrompu, impliqué dans le trafic de drogue et le détournement de l'aide internationale et sans assise populaire. Trafic de drogue encore ? Voila un fait qui revient sans cesse dans la conversation dès que l'on évoque la situation régionale, une donnée essentielle qui vient encore complexifier la donne et qu'il convient de ne pas négliger.

 

 

 

 

 

 

 

 

La dope et l'agence de Langley

 

 

 

Bien évidemment, l'intervention US en Afghanistan ne s'est pas faite pour venir en aide aux pauvres femmes afghanes, une belle réussite de la machinerie propagandiste du Pentagone... Du temps où les Taliban servaient encore les intérêts de l'Empire, leur triste sort n'intéressait personne et ne suscitait pas la moindre trace d'émotion dans les chancelleries occidentales. Bien évidemment, le prétexte du 11 septembre 2001 relève de l'imposture comme semble le découvrir enfin Jean-Luc Mélenchon (lien Agoravox partie "Dope"), les préparatifs de l'opération « Enduring freedom » ont en fait démarré après l'échec des négociations entre les consortiums pétroliers et gaziers de l'Empire et la milice islamiste devenue soudainement trop gourmande (août 2001 - lire à ce sujet « OTAN de Sarkozy, tout est devenu possible, hélas... (2 b)). Le pipeline trans-afghan pour accéder au pétrole et au gaz naturel des républiques de l'Asie Centrale se place au cœur de la matrice décisionnelle, c'est certain. Bien sûr, la possibilité d'encercler encore plus l'Iran et de disposer de bases aériennes à quelques encablures de la frontière de l'état perse suscite l'intérêt stratégique du commandement US, mais ce n'est pas tout. La dope et l'agence de Langley ne sont jamais loin l'une de l'autre. De la même manière que l'odeur du pétrole et du dollar enivre les intrigants de l'Empire, la drogue suscite un intérêt équivalent pour les mêmes chasseurs de cash, de bénéfices mirobolants et de politique souterraine. Imaginez donc le pactole que cela représente et le nombre de « black budgets » que ce dernier peut nourrir à l'abri de bien des regards et en premier lieu, loin des instances chargées de surveiller les ressources et les opérations des services secrets (Congrès, etc.). Pour financer ses coups tordus, l'Empire s'empresse de dénicher le cash là où il coule à flot, c'est-à-dire dans les trafics divers et surtout dans celui tellement lucratif de la drogue. CIA ou FSB (ex KGB) utilisent d'ailleurs les mêmes méthodes, triste constat. Un exemple ? La guerre du Vietnam qui coutait cher et les nombreuses opérations « undercover » de la Centrale menées dans la sous-région ont donné naissance au plus important trafic d'héroïne (opium) en Asie à l'époque, le « Triangle d'or » (lien Geopium.org). Pour l'anecdote, la même guerre a aussi transformé la Thaïlande en un « lupanar géant » pour les GI's stationnés en Asie qui voulaient prendre du bon temps. Le « pays libre » (traduction de Thaïlande) ne s'en est jamais remis. Tout comme aujourd'hui la Colombie et le Mexique alimentent désormais directement les USA en drogue (1er consommateur au monde) et la CIA en dollars (lien Bellaciao). Des pays déchirés par la violence, le racket et la corruption.

 

Figurez-vous également que l'autre plus important centre mondial de production de stupéfiants situé en Asie, est le... « Croissant d'or » qui englobe trois pays, l'Iran, l'Afghanistan et le Pakistan (lien Le Monde Diplomatique). Or...« depuis la fin de la guerre d'Afghanistan en 2001 et la mise en place d'un nouveau gouvernement, la culture du pavot, qui était déjà diffuse à l'époque des Talibans, a aujourd'hui atteint des niveaux records estimée pour 2006 à 6100 tonnes, ce qui dépasse largement la demande mondiale et concurrence durement les autres produits de la toxicomanie. » (Lien Wiki, la Narco-économie en Afghanistan). La faute aux Taliban qui après avoir combattu le fléau, l'encouragent désormais pour financer leur guérilla ? Mouais...mais la province d'Hemeland au sud-ouest du pays, s'avère être la plus productive et elle ne cesse de battre des records en termes de tonnages d'opium produit. Une région entièrement contrôlée par les forces de l'OTAN et directement placée sous tutelle de l'armée britannique... OTAN, opium, un couple qui marche également la main dans la main à l'occasion comme au Kosovo par exemple, un état « indépendant » (2008) devenu la plaque tournante du crime organisé en Europe et qui se charge d'écouler l'opium...afghan (lien Voltaire). L'ex procureur du Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie, Carla Del Ponte (lien l'Express), a bien essayé de lever le voile sur ce pays mafieux créé de toutes pièces par l'Empire pour abriter la plus rutilante de ses bases dans les Balkans, CampBondsteel, (Lien Voltaire), personne ne veut rien entendre. Personne ne veut écouter non plus une autre histoire dérangeante, celle de la terrible dépendance de l'état pakistanais, un allié impérial...

 

Sans réelles ressources (voir lien cité - Wiki), le Pakistan vit en fait sous perfusion en s'occupant de la transformation des énormes quantités de pavot afghan en héroïne consommable, une activité encouragée au départ par les services secrets locaux (ISI) et ceux des USA pour inonder l'Iran et les rangs de l'Armée Rouge de came bon marché tout en procurant des subsides conséquents au véritable état dans l'état que constitue l'armée pakistanaise (lien Voltaire - « Le Pakistan exploite le pavot afghan »). Depuis, la manne toxique sert de trésor de guerre au Pakistan qui peut ainsi dépenser sans compter pour s'équiper militairement en vue d'un possible embrasement de la région en cas de clash avec...l'Iran, les USA ayant opportunément mis fin à l'embargo depuis 2005 en vendant des F-16 et des navires de guerre (lien Voltaire). Business as usual... On comprend mieux pourquoi The Observer, dans son article "Victorious Warlords Set To Open the Opium Floodgates." (novembre 2001 - Lien entrefilets) consacré aux seigneurs de guerre afghans, divulguait un fait stupéfiant : les chefs militaires afghans alliés aux Américains ont fait passer une consigne claire à l'intention de tous les fermiers locaux dès la victoire acquise - il faut planter le plus d'opium possible ! Le Figaro peut toujours doucettement et diplomatiquement titrer sur l'échec de Karzaï, trop d'intérêts rentrent en ligne de compte, le « président de Kaboul » est un pion presque négligeable dans ce dossier (lien Figaro). Tout le monde se sert au passage et mange une part du space-cake...Ce flot ininterrompu de liquidités sales en circulation finit de toute façon par atterrir dans les caisses des banques lessiveuses en Europe, dans les fonds d'investissement et autres machines à engraisser notre merveilleux capitalisme et son élite. Souvenez-vous de la regrettée BCCI, la merveilleuse « Bank of Credit and Commerce International » fondée au... Pakistan (lien Wiki). Nous voilà à des années-lumière des grands discours émouvants sur la lutte contre le terrorisme et la barbarie et des déclarations d'intention de l'OTAN à propos du trafic de drogue (lien Nouvel Obs). Des rideaux de fumée pour cacher une réalité plus sordide : le business de la drogue se porte à merveille (liens Libération - Voltaire - Le Monde - Cyberpresse), c'est une maigre consolation pour l'Empire.

 

(à suivre le volet consacré aux enjeux stratégiques de la guerre pour l'OTAN et aux récents développements survenus depuis l'élection de Barack Obama et la « nouvelle stratégie » préconisée)

Liens :

 

Actualité croisée :

 

Les familles des soldats tués en Afghanistan privées de commentaires en ligne (01.net) - Immarigeon: "Le degré zéro de la pensée stratégique" (L'Express) - Omegalpha : - OTAN de Sarkozy, tout est devenu possible, hélas... (3) - OTAN de Sarkozy, tout est devenu possible, hélas... (2 b) - OTAN de Sarkozy, tout est devenu possible, hélas... (2 a) - OTAN de Sarkozy, tout est devenu possible, hélas... (1)  - Des soldats français s'envolent pour l'Afghanistan (Figaro) - 350 militaires de Carcassonne envoyés en Afghanistan (Libération) - Afghanistan : de la liberté immuable à la défaite inéluctable (1) Omegalpha - Neuf soldats français blessés en Afghanistan (Figaro) - Afghanistan: 3 soldats français blessés (Figaro) - Afghanistan: la France perd 2 missiles (Figaro) - Afghanistan : un militaire français tué (Figaro) - Les pertes de soldats français en Afghanistan (Nouvel Obs)

***************

Bienvenue en Afghanistan :

Attentats, combats, exécutions : les talibans intensifient leur pression en Afghanistan (Le Monde) - Afghanistan: 2 soldats bulgares blessés (Figaro) - Explosion dans le centre de Kaboul, des victimes (Libération) - Afghanistan : 150 civils enlevés (Figaro) - Attentat à Kaboul: 41 morts, les talibans nient, l'Afghanistan accuse le Pakistan (Cyberpresse.ca) - Attentat suicide contre une base de l'Isaf, des victimes (Libération) - Evasion massive d'une prison à Kandahar (Nouvel Obs) - Kaboul: 2 employés de DHL tués (Figaro) - Afghanistan: 3 soldats de la coalition tués (Figaro) - Assassinat de la policière la plus célèbre d'Afghanistan (Le Monde) - Un procureur régional tué dans le sud-ouest de l'Afghanistan (Libération) - Un travailleur humanitaire français enlevé en Afghanistan (Libération) - Afghanistan/Otan: crash d'un hélicoptère (Figaro) - Le président afghan visé par un attentant taliban à Kaboul (Libération) - Afghanistan: six responsables de tribus abattus dans l'ouest (AFP) - L'armée allemande reste en Afghanistan (Figaro) - Un policier afghan tue un soldat américain (Figaro) - Un soldat britannique tué dans le sud de l'Afghanistan (Reuters) - Dix civils afghans et un soldat américain tués dans un attentat (Libération)  - Afghanistan : 3 soldats canadiens tués (Figaro) - Afghanistan: 3 soldats canadiens tués (Figaro) - Afghanistan: une bombe tue 3 soldats (Figaro) - Afghanistan: attentat contre des soldats (Figaro) - Afghanistan/Attentat : un soldat tué (Figaro) - Une à une, les provinces afghanes basculent du côté de la rébellion (Figaro) - La Russie invite la crise afghane dans notre grande crise (De Defensa) -  "Dégel" dans les relations de la Russie avec les Occidentaux (Le Monde) - Afghanistan : 2 roquettes sur Kaboul (Figaro) - Les Talibans assiègent Kaboul (Bellaciao) - Talibans A la barbe de l'Otan (Libération) - Afghanistan : Quand les Français filmaient leurs frappes aériennes (Bakchich) : « La seule chose que les Talibans disent des Français est : « ils bombardent ». Ce qui, à leurs yeux, nous place moralement du mauvais côté. »

 

***************

Bavures à la chaîne : 

Afghanistan: des dizaines de civils tués (Figaro) - Afghanistan: 8 civils tués (Figaro) - Enquête afghane sur de possibles victimes d'un raid américain (Challenges) - Plusieurs civils tués en Afghanistan - (Figaro) : « Une frappe aérienne menées par la force internationale a tué plusieurs femmes et enfants dans le secteur de Nad Ali, dans la province d'Helmand. Des villageois fous de rage ont apporté 18 cadavres, dont ceux de femmes et d'enfants très mutilés, devant la résidence du gouverneur de la province dans la capitale provinciale Lashkar Gah, selon Haji Adnan Khan, un chef tribal qui a dit avoir vu les corps -  Afghanistan ; les civils premières victimes des représailles (Paris - Match) - Afghanistan - Le nombre de civils tués dans des bombardements en Afghanistan aurait triplé (Libération) - Au moins dix civils tués par des tirs américains (Le Devoir) - Manifestation à Kaboul (Figaro) - - Des frappes US en Afghanistan ont bien tué 33 civils (Nouvel Obs) - Forte hausse du nombre de civils tués dans des bombardements (Le Monde) - Raid aérien américain en Afghanistan, 22 civils tués (Challenges.fr) - Bavure/Afghanistan : 40 civils tués (Figaro) - Kaboul : "une bavure de la coalition" (Figaro) - Un soldat français blesse 3 civils (Figaro) - Des militaires canadiens tuent deux enfants lors d'une attaque en Afghanistan (TQS.ca) - Afghanistan : l'Otan a tué 3 enfants (Figaro) - Afghanistan: Quatre morts dans un attentat suicide (Le JDD) - Bavures et "tirs amis" meurtriers en Afghanistan (Le Monde) - Coalition : un véhicule tue une Afghane (Figaro - fil actu) - 30 civils afghans tués par la coalition  (Figaro) - Les autorités afghanes accusent l'OTAN de la mort de 64 civils en trois jours (Le Monde) - Des dizaines de morts civils afghans dans un raid "étranger" (Libération) - Afghanistan/Bombardement : 76 tués (Figaro) - Afghanistan/bombardement : 90 morts (Figaro) - La coalition tue douze civils par erreur en Afghanistan (Le Monde) - Afghanistan: frappes alliées mortelles (Figaro) - Les Afghans s'interrogent sur les objectifs des Américains (Libération)

***************

Le Pakistan s'invite...:  La vraie cible des bombardements US au Pakistan (Voltaire) - Pakistan/bavure US : 7 morts (Figaro) - Au Pakistan, un bombardement américain fait 21 morts (Libération) Pakistan: le raid de la coalition condamné (Figaro - fil actu) - Le Pakistan condamne le raid (Figaro) - Un attentat suicide fait six morts au Pakistan (Libération) - Pakistan/attentat:au moins 60 morts (Figaro) - Un attentat suicide fait six morts au Pakistan (Libération) - Un travailleur humanitaire américain tué à Peshawar (Nouvel Obs) - Pakistan : ces civils qui fuient les bombes américaines (Rue 89) - La croisade des talibans contre Islamabad (Figaro) - Armée: L'armée pakistanaise tire sur des hélicoptères de l'OTAN (Xinhuanet) - Acculée en Afghanistan, l'OTAN organise un attentat au Pakistan (Voltaire) - Le Pakistan rouvre la passe de Khyber aux camions (Nouvel Obs) - Pakistan (Wiki) - Le cerveau d'un projet d'attentats contre des avions a été tué (Nouvel Obs) - Operation Enduring Freedom - (Wikipédia) -  Le dictateur Musharraf emporte ses clubs de golf (Rue 89) - L'option Benazir Bhutto : trop tôt et trop tard... (Omegalpha) - Zardari élu président du Pakistan, selon un décompte officieux (Reuters) - Pakistan : Asif Ali Zardari est toujours inculpé en Suisse (Voltaire) - Pakistan: tentative d'assassinat de Gilani (Figaro) - 2 bombes explosent au Pakistan (Figaro)

 

***************

 

Dope : Mélenchon : le 11-Septembre n'est pas la vraie raison de la guerre en Afghanistan (Agoravox) - Narco-économie en Afghanistan (Wiki) -- Le triangle d'or, les fondements géohistoriques des routes de la drogue (Geopium.org) - Le gouvernement kosovar et le crime organisé (Voltaire) - Trafic d'organes: la controverse Carla del Ponte  (L'Express) - Le Kosovo et la géopolitique des Balkans (Voltaire) - Un jet lié à la CIA s'écrase au Yucatan avec un chargement de drogue (Bellaciao) - Les routes de l'opium afghan (Monde Diplomatique) - Le Pakistan exploite le pavot afghan (Voltaire) - Washington lève l'embargo contre le Pakistan (Voltaire) - 11 SEPTEMBRE (entrefilets.com) - L'échec de Karzaï dans la lutte antidrogue (Figaro) - Bank of Credit and Commerce International (Wikipédia) - Afghanistan: l'Otan pourrait cibler le trafic de drogue (Nouvel Obs) - Des millions de tonnes d'opium stockées en Afghanistan (Cyberpresse) - Opium, guerre : le "narco-Etat" afghan (Le Monde) - Afghanistan : les barons de l'héroïne par la grâce des États-Unis (Voltaire) - Dépression et toxicomanie en progression chez les Afghans (Libération)

 

See U

 

DJ CC Jung

 

 

 

Publié dans L'Empire du Bien

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article