Afghanistan : de la liberté immuable à la défaite inéluctable (1)

Publié le par cc jung in effect

L'Afghanistan... Omegalpha ne fait pas une fixation sur le pays de feu Commandant Massoud mais cette contrée lointaine s'impose dans notre actualité depuis plus d'un mois avec insistance. Ce qui se passe là-bas mérite effectivement un meilleur éclairage à l'heure où l'on annonce l'envoi de nouvelles troupes tricolores et au moment où la grossière propagande claironne bruyamment ses couplets simplistes et abrutissants à l'usage d'une opinion publique peu au fait des subtilités locales. Sept années après l'intervention d'une coalition internationale sous commandement américain suite aux attentats du 11 septembre (on en parlera ici), un constat sévère et évident s'impose sur le terrain : non seulement la horde impériale n'a pas su gagner les cœurs et les esprits comme promis mais la situation empire de jour en jour sans que la moindre amorce de changement ne pointe à l'horizon. Après l'Irak momentanément figé grâce à l'amicale pression d'un Iran négociant son important virage stratégique, l'Afghanistan s'est transformé à son tour en un bourbier innommable pour l'Empire et ses supplétifs zélés empêtrés dans un sale guerre déjà perdue. L'histoire se répète donc, la puissante Armée rouge s'était cassée les dents en Afghanistan des années auparavant avant de rebrousser chemin piteusement. Notre tour est arrivé.

 
La loi des séries a un jour ou l'autre, une fin. Cet article devrait initialement s'intituler l'OTAN de Sarkozy V4 mais nous avons choisi d'interrompre la litanie pour redonner du souffle à notre propos et tracer de nouvelles perspectives relatives à cet hypnotique Afghanistan qui s'incruste durablement dans notre actualité hexagonale. Un pays que nous allons devoir apprendre à connaître et qui reste d'actualité depuis l'embuscade de la vallée d'Uzbin. Une actualité afghano-française prolixe puisque dans quelques heures aura lieu l'ouverture d'un débat parlementaire sur la présence française en Afghanistan qui fera beaucoup de bruit...pour rien (lien Le Monde, partie Afghan wings). Comme dans toute démocratie factice, les dés sont bien évidemment pipés à l'avance et les règles du jeu définies selon le bon vouloir du spécialiste du bonneteau de l'Elysée. La constitution française prévoit en effet dans ses textes de loi (article 35, Lien Libération sur « la fronde parlementaire ») que toute intervention guerrière devrait être avalisée au préalable par le Parlement mais le principe est allègrement bafoué depuis belle lurette par nos politiques (guerre du Golfe, Kosovo, Afghanistan) au prétexte accommodant qu'il n'y a eu de ...déclaration de guerre à proprement parler dans chacun des cas. Pas de déclaration de guerre officielle donc pas de guerre à faire cautionner par le Parlement, CQFD ! Nous ne sommes donc pas en guerre en Afghanistan et le débat parlementaire se résumera comme à son habitude à une gigantesque mascarade avec un vote d'adhésion massif de la majorité UMP qui piétinera toute velléité de réel débat démocratique. Affaire classée bientôt donc en dépit de la défiance de l'opinion publique française sur la question afghane. [Ajout] Les choses se sont effectivement déroulées comme prévu... (lien Libération Reuters). Notre secrétaire d'Etat à la défense, Jean-Marie Bockel pourra continuer à ânonner tranquillement sur la « nécessaire réintégration de la France dans le commandement intégré de l'OTAN » (lien Libération) comme une évidence indiscutable et définitive tout comme on nous a vendu depuis des décennies, les mirobolants bienfaits de l'ultralibéralisme sans freins et sans limites avec le merveilleux résultat que l'on constate aujourd'hui...

 

Le peuple est bien trop bête et assurément incapable de prendre les bonnes décisions par manque de hauteur de vue historique, de maturité, de culture et de pragmatisme, c'est bien pour cela qu'il s'en remet à la vertueuse et dévouée classe politique pour trancher. Des politiques au dessus de tout soupçon qui ont mis près d'un mois à admettre une simple vérité divulguée ici le 23 août dernier (lien OTAN de Sarkozy, tout est devenu possible, hélas... 1), celle de l'impréparation de la troupe envoyée en urgence au casse pipe pour épauler l'Empire du carburant et du dollar englué dans la mélasse afghane. Pour suivre correctement l'actualité de notre pays, il n'y a plus d'autre solution valable désormais que celle de se précipiter sur la presse...étrangère pour lire autre chose que le verbiage propagandiste de Lagardère, de Dassault et autre Bolloré. Triste réalité de notre presse phagocytée par les amis du Président et du patronat d'élite.  Ainsi, Asia Times On line divulguait la plupart des infos relatives à l'embuscade qui a coûté la vie à 10 soldats français (18 août dernier) quelques heures seulement après le déroulement des faits. En France, le lecteur lambda soulève le voile du camouflage médiatique aujourd'hui, soit presque un mois plus tard, grâce à une étonnante indiscrétion du journal canadien « Globe and mail » (journal national à plus fort tirage au Canada, second quotidien en importance, après le Toronto Star) qui a révélé la teneur d'un rapport de...l'OTAN (liens Le Monde), ce qui ne manque pas de piquant et d'ironie pour cet Empire obsédé par la maîtrise de sa communication mensongère. Sauf bien sûr, s'il s'agit d'une fuite délibérée pour contraindre le vassal français à mettre plus de moyens opérationnels en s'impliquant davantage, l'hypothèse n'est pas à exclure non plus puisque nous avons affaire à des manipulateurs à l'imagination féconde et retorse.

 

 



« L'ignorance, c'est la force »
- Orwell (1984)

  

Notons au passage que le verrouillage en règle du flux informatif par l'Empire vacille en ce moment sous les coups de butoir d'une opinion publique occidentale désireuse d'éclaircir un tout petit peu le brouet épais qu'elle a été forcée d'ingurgiter le 11 septembre 2001. La récente saillie du comique troupier Bigard a fait l'effet d'une intempestive improvisation de pétomane dans une soirée guindée puisque le 11 septembre et le mensonge institutionnel qu'il véhicule depuis des années relevaient jusque-là du non-dit tacite et entendu entre gens biens. A la manière d'un fou du Roi, le clown a fait grincer des dents en divulguant un secret de Polichinelle, un affaire de famille un peu honteuse et passée sous silence d'où la violence inouïe des réactions qui démontre in fine combien la question demeure sensible et la collusion puissante et attentive. Les gardiens de la vérité officielle sortent les crocs pour défendre le bout de gras dont ils se gavent consciencieusement depuis un moment sur le dos d'une humanité famélique confrontée à un « chaos constructif » pour citer le bréviaire des « néoconservateurs », ces rois de la sémantique et de la Novlangue. Pas question donc de toucher au mythe fondateur sous peine de faire écrouler le château de cartes bâti consciencieusement par les politiques et les médias pour embastiller sournoisement nos libertés et nos aspirations progressistes (Lien Voltaire  - partie 11 septembre et 2001 mensonges). Au nom du 11 septembre 2001 (Liens Bakchich), combien de lois liberticides, de guerres, de manipulations et d'abus manifestes ? Et il ne faudrait même pas jeter un oeil dans les coulisses sous peine de sévères réprimandes ? Tel est en tous les cas le message délivré en ce moment par les médias unis comme jamais pour proclamer la vérité officielle intangible comme au bon vieux temps des régimes totalitaires. Des attentats spectaculaires ou un coup d'état planétaire ? La question mérite au moins d'être posée quand même, il parait que l'on vit toujours en démocratie. Enfin, c'est qu'imaginaient encore il y a peu les journalistes de France24 et de RFI (Liens Bakchich - Rue 89) avant que la patrouille locale de l'Empire ne sévisse durement. « La liberté, c'est l'esclavage » et « l'ignorance, c'est la force » déclamait un George Orwell hélas prophétique dans son roman « 1984 », de merveilleux slogans qui résument assez bien le monde selon Sarkozy et ses amis atlantistes. Christine Ockrent, la grande professionnelle du ménage, a quant à elle pris au pied de la lettre cette formidable citation de Louis De Funès dans Rabbi Jacob : « Mais il aime qu'on lui mente le peuple ! » pour formater l'information nouvelle de la France d'après selon les desiderata de notre Don Salustre à la Rolex. Silence dans les rangs !

 

Ce que les amis de Christine O se gardent bien de divulguer à la masse laborieuse et en quête d'un semblant de vérité, c'est que les doutes relatifs aux attentats sont partagés par un nombre grandissant de personnalités en occident tandis que les scientifiques et autres pilotes professionnels US contestent la version délivrée par Bush and co (Liens De source sure - ReOpen). Cotillard et Bigard ne sont pas des illuminés ultra minoritaires mais juste la partie émergeante et dérangeante d'un mouvement plus profond qui traverse l'opinion publique mondiale. En dépit des stupides et intimidantes allégations d'antisémitisme et de révisionnisme que l'on a accolé aux « conspirationnistes » (sic) pour discréditer leur mouvement, le voile de l'imposture se déchire lentement mais sûrement, tiraillé qu'il est par la circulation à haut débit de l'information alternative qui torpille la propagande officielle distillée par les grands médias. Qui pourrait donc bien imaginer que l'administration Bush ne dise pas la stricte vérité à part de doux dingues et des « nazislamistes » ? Certes, on a répertorié pas moins de 935 mensonges à mettre à l'actif de l'administration Bush (Lien Figaro), certes John MacCain vient d'imputer la paternité des attentats à Al Quaeda, pardon à l'Irak, zut, à l'Iran (Lien Agoravox) en dépit du bon sens mais de là à douter de la sincérité de tout ce beau monde, il y a un pas qu'il est fortement déconseillé de franchir. Tout comme il vaut mieux éviter de dire que les Talibans combattus aujourd'hui sont une pure création de la CIA et des services pakistanais pour le compte de l'Empire des hydrocarbures avec qui on négociait le pactole gazier et pétrolier jusqu'à la veille des évènements de septembre (lien Bellaciao). A l'époque, personne ne parlait des « pauvres femmes afghanes » avec la larme au coin de l'oeil, du vernis à ongles qui coûte si cher aux coquettes locales (Lien 20 MN) et des « terroristes » à éradiquer pour défendre « nos valeurs » humanistes.

 

 



Nicolas Sarkozy, « homme de l'année » !

 

Des « valeurs » à géométrie plus que variable puisque ce même pays islamique dirigé par une pion de l'Empire, Hamid Karzaï (ancien cadre d'Unocal, entreprise pétrolière californienne rachetée depuis par Chevron), applique toujours la charia (loi islamique) qui condamne à mort les apostats (lien Voltaire sur le « Washington Times ») tout comme d'ailleurs l'Arabie saoudite... « Mourir pour la liberté (celle des femmes en particulier) en Afghanistan » comme persifle justement Alain Gresh (lien blog Monde Diplomatique) est encore une belle invention de la propagande si fidèlement relayée par ces médias qui « ne disent pas aux gens ce qu'ils doivent penser, mais à quoi ils doivent penser » (lien Sciences humaines sur la propagande). C'est bien ainsi qu'il faut comprendre la récente nomination de Nicolas Sarkozy comme « homme de l'année » (sic) par une association religieuse américaine proche d'Israël (lien Marianne), l'information n'est plus que de l'affichage clinquant pour masquer le vide, l'omission ou l'imposture. Le village global promis par la mondialisation et vendu par les puissants groupes de presse à l'opinion publique mondiale existe bel et bien mais il s'agit d'un village Potemkine construit par une matrice intelligente qui fabrique du faux et du mensonge à l'infini pour masquer la sordide réalité du pillage planétaire en cours et l'esclavage d'une majorité au profit exclusif d'une élite d'intouchables.

 

Le « client » quotidiennement « traité » est captivé par la boule lumineuse à facettes qui tournoie au plafond comme un miroir aux alouettes en oubliant qu'il a les pieds dans le purin et qu'il vit à Pandémonium... Gentils moudjahiddines combattants de la liberté anti-russes et méchants Talibans d'Al Quaeda en Afghanistan, ce sont les mêmes rhabillés par la sémantique à la mode « faucon » de Washington ou de Tel-aviv, ce poison insidieux, xénophobe et toxique diffusé à haute dose encore aux USA via le documentaire « Obsession ». L'Amérique est en effet inondée par des DVD anti-musulmans distribués gratuitement en ce moment comme si la machinerie Fox news ne suffisait plus à liquéfier les cerveaux. Le tout, sans que cela n'offusque plus que cela. « Le  'documentaire'  est une coproduction de Honest reporting et de Clarion Fund. Honest Reporting est une organisation de veille médiatique destinée à lutter contre « les articles tendancieux sur Israël » dirigée par un rabbin orthodoxe israélo-canadien, Ephraim Shore. The Clarion fund a quant à elle pour vocation d' « éduquer les Américains sur les questions de sécurité nationale ». Elle a été créée en 2006 par Raphael Shore, le frère d'Ephraim » nous apprend Marianne (Liens). Du Goebbels en série produit par des militants...juifs, amère et cruelle ironie. On imagine les réactions si l'on s'avisait d'inonder de même le pays avec des DVD antisionistes ou antisémites. Effet de miroir saisissant, non ? La paille et la poutre, toujours... L'Empire perd les pédales et Israël dévisse consciencieusement le guidon et les freins... La propagande tue hélas. Prometteur pour l'avenir qui ressemble de plus en plus à un mur en gros plan.

 

De la même manière, l'avenir en Afghanistan s'annonce sous de sombres auspices pour les troupes de la coalition (Force internationale d'assistance et de sécurité - FIAS commandée par...l'OTAN donc par les USA), puisqu'il s'agit justement de...troupes d'occupation et que le pays du lapis-lazuli se coltine des envahisseurs depuis pas moins de 1500 années sans jamais céder un pouce de ce terrain caillouteux irrigué par des torrents de montagne (lien Wiki sur l'histoire de l'Afghanistan -Partie stratégie du non-sens). Le pays qui nous a donné de magnifiques beloutches (tapis tissés) et des lévriers à poils longs a toujours su résister aux invasions d'étrangers successives (indiens, perses, russes, moghols ou britanniques). La dernière armée moderne qui s'est frottée à la dure réalité afghane, la puissante Armée rouge forte de plus de 150 000 hommes (qui culminera même avec 250 000 hommes engagés sur place en 1984), a piteusement remballé tout son barda après des années de vaine occupation (1978 - 1989) du fait de pertes nombreuses (14 000 tués, 75 000 blessés, 800 hélicoptères et avions, 1 500 blindés et plusieurs milliers de véhicules détruits). En dépit d'une écrasante supériorité technologique et de l'utilisation de méthodes expéditives qui feront 1 242 000 morts côté afghan (80 % de civils !), le président Mikhaïl Gorbatchev a bien dû admettre que la partie était définitivement perdue et ordonner un repli honteux pour cette superpuissance d'alors. C'est bien simple, toutes les puissances coloniales européennes ou autres ont été mises en déroute, les Britanniques ont même enregistré deux des plus cuisantes défaites de leur histoire militaire en 1842 à Gandamak et Maiwand. De la même manière, le grand Genghis Khan avait rebroussé chemin face à la détermination des guerriers pachtounes, tadjiks, hazaras et ouzbeks en son temps. Des guerriers aguerris par des années de lutte contre l'occupant soviétique puis par une guerre civile effroyable (1992 - 1996) qui consacrera les fameux Talibans armés par la CIA (Opération Cyclope, lien Wiki) et l'ISI (services pakistanais). Des combattants structurés et regroupés derrière de puissants chefs de guerre qui disposent de l'appui non négligeable des fondamentalistes du pays voisin (Pakistan) et du reliquat d'Al Quaeda autrefois éparpillé par l'intervention de la coalition en octobre 2001. Une résistance d'envergure attend nos soldats inexpérimentés et sous-équipés, voilà un peu de vérité à méditer.

 

 



Les équarisseurs patentés

 

Pire, les insurgés afghans disposent d'atouts considérables : la drogue, la corruption, les avions de l'OTAN et le fabuleux bilan de la coalition en matière de reconstruction et de pacification. La communauté internationale avait promis des routes et des avenues bordées de Macdonald rutilants et des magasins bondés, une économie de marché florissante, des services de santé efficients, du bâtiment flambant neuf pour retaper un pays ravagé par des décennies de guerre et des aides à tire-larigot pour remettre à flot ce pays carrefour de l'Asie. Force est de constater, sept années après le débarquement des troupes occidentales, que le pays est dans un état déplorable et que la situation empire chaque jour un peu plus. « De fin 2001 à juin 2007, la communauté internationale a alloué 27 milliards de $ à la reconstruction ; or, 10 milliards restent à débourser ! Les 2/3 de l'enveloppe utilisée échappent au gouvernement de Kaboul ; 40% de l'aide consentie ... revient vers les pays donateurs (cf. salaires des consultants, etc.). Les Etats-Unis, 1er contributeur jusqu'alors, n'ont versé que les 2/3 de leur budget (manque donc 8,5 milliards $), déléguant à peine 6% de leurs crédits au bon soin de l'administration Karzai. Enfin, à eux-seuls, les militaires US dépenseraient quotidiennement 14 fois plus que l'ensemble des autres donneurs (étatiques ; multilatéraux ; publics et privés) réunis. Avec le résultat que l'on connait. Myopie ou aveuglement ? « Le succès est en vue (...). La partie difficile est derrière nous (...) » affirmait il y a quelques jours le chef de l'Etat afghan, H. Karzai, candidat à sa succession en 2009. » (Lien PDF de l'IRIS). Comme à son habitude, l'Empire et ses alliés ont déboursé une aide conséquente que les entreprises amies du Pentagone et les ONG parasites qui pullulent là-bas se sont empressées de siphonner goulûment au détriment de la population concernée par l'enveloppe budgétaire. Un processus courant lorsque l'on a affaire à des équarisseurs patentés et au lobby militaro-industriel, on a retrouvé nos fameuses « valeurs » occidentales...

 

« Guerre, drogue, corruption, les Afghans perdent espoir » titre justement Rue 89 (Lien), voilà un saisissant raccourci qui illustre combien les troupes sur place ont réussi leur mission initiale qui se voulait humanitaire et pacificatrice. Du vent et de la communication pour masquer les consortiums pétroliers à l'œuvre en coulisses qui pompent sans relâche tout ce qui a la couleur verte. A l'approche de l'hiver, des millions de pauvres malheureux sont menacés par la famine (Lien Bellaciao) dans ce pays qui compte 1,5 million de veuves (Lien Mondialisation). Toute à son arrogance coutumière, l'Empire s'imaginait faire qu'une bouchée des amis d'autrefois (les Talibans - liens Voltaire) pour mettre en route ensuite les projets de pipelines pétroliers et gaziers avec un contingent d'à peine 50 00 hommes (Lien Mondialisation) et une étourdissante technologie guerrière qui ne sert pas à grand-chose en définitive dans les zones tribales à part faire régulièrement des carnages sur les populations civiles prises en étau dans cette folie absurde et sanglante (Lien De Defensa). Des bavures sans fin qui nourrissent encore le dépit des populations exténuées et qui ajoutent de nouveaux combattants dans les rangs talibans pour défaire cette coalition de « lutte contre le terrorisme » qui a apporté plus...de terrorisme, des bombardements à la mode Guernica tout en permettant l'édification d'un narco-état rongé par la prévarication et la voilence. Respectable bilan à porter au crédit de cette calamiteuse épopée impériale à laquelle nous prenons de plus en plus part grâce à notre zélé zouave à talonnettes. Les fourmis industrielles de la machine propagandiste peuvent nous pondre des dizaines d'articles sur commande (Liens Figaro sur « le sens d'une guerre en Afghanistan » et Al Quaeda bien sûr) et notre ministre de la Défense assurer qu'un retrait est inconcevable (Lien Libération) tandis que des nostalgiques de la gégène fantasment sévère sur une guerre totale contre les barbares à pakol (Lien Rue 89), un constat s'impose : nous avons déjà perdu cette guerre. Tous les observateurs militaires, les stratèges de salon et les spécialistes s'accordent au moins sur un fait indéniable, celui de la défaite annoncée de l'OTAN (Liens Libération - Marianne - Rue 89 - 20 MN - Le Monde - Partie Défaite). Nous verrons pourquoi l'Empire s'obstine à persister dans l'erreur en dépit de la catastrophe annoncée qui se profile déjà comme en témoignent les récents et tragiques évènements survenus dans le Pakistan voisin qui entre dans la danse macabre et le grand jeu local pour compliquer encore la donne... De la casse en perspective. Tout ceci sent de plus en plus mauvais.

 

 

 


Afghan wings
 :

 

Débat au Parlement sur la présence militaire française en Afghanistan (Le Monde) - Fronde parlementaire sur l'envoi de renforts en Afghanistan (Libération) - La France et l'OTAN: Jean-Marie Bockel seul contre tous  (Libération) - OTAN de Sarkozy, tout est devenu possible, hélas... (1) (Omegalpha) - L'Assemblée prolonge le mandat français en Afghanistan (Libération - Reuters) - Soldats français tués: un rapport inédit (Le Monde) - Afghanistan : un rapport accablant sur la mort des soldats français (Le Monde)  

 

11 septembre et 2001 mensonges :

 

La menace terroriste : un instrument pour limiter les libertés (Voltaire) - Les complices du 11 septembre se disputent la présidence des États-Unis (Mondialisation) - Au nom du 11 septembre... (Bakchich) - Au nom du 11 septembre... (suite) (Bakchich) - De nouveaux départs à RFI (Bakchich) - La rédaction en chef de France24 décapitée (Rue89) - 9/11 : la liste officieuse de ceux qui ne croient pas à la thèse officielle (De source sure) - 800 personnalités états-uniennes ne croient plus le président Bush et les journalistes occidentaux (Reopen 911) - Les 935 mensonges de l'administration Bush  (Figaro) - Quand John McCain relie l'Iran au 11-Septembre (Agoravox) - L'histoire secrète des négociations entre Washington et les talibans (Bellaciao) - Devant Obama, Sarkozy ressort la légende des talibans et du vernis à ongles (20 MN) - Le « Washington Times » décrit un Afghanistan inchangé depuis les Talibans, mais n'en tire aucune conclusion ! (Voltaire) - Mourir pour la liberté (celle des femmes en particulier) en ...  (Monde Diplomatique)- L'opinion manipulée et le retour de la propagande (Sciences Humaines.com) - Sarkozy homme d'Etat de l'année pour une fondation proreligieuse américaine (Marianne fr) - « Obsession », le film qui obsède les Mariannautes (Marianne .Fr) - Obsession, le DVD anti-musulmans qui inonde l'Amérique (Marianne .Fr)

 

Stratégie du non-sens :

Afghanistan -( Wikipédia)  - Afghanistan, les livres que Sarko devrait lire (Bakchich) - Opération Cyclone (Wiki) - 20 milliards de dollars de dons pour l'Afghanistan (France 24) - ACTUALITE STRATEGIQUE en ASIE (IRIS - PDF) - Guerre, drogue, corruption... les Afghans perdent espoir (Rue 89) - Des millions d'Afghans menacés par la disette cet hiver (Bellaciao) - AFGHANISTAN: Triste sort pour quelque 1,5 million de veuves afghanes (Mondialisation) - « Pour les Afghans, la pauvreté est une menace plus redoutable que le terrorisme » (Voltaire) - « Nous combattrons l'Ouest comme nous avons combattu l'Est » (Voltaire) - Mission ISAF : 52.000 soldats et 173 morts, l'armée qui n'arrive pas à gagner (Mondialisation) - Les massacres "as usual" deviennent un problème politique (De Defensa) - Le sens d'une guerre en Afghanistan (Figaro) - Sur la défensive en Irak, Al-Quaida revit en Afghanistan (Figaro) - Retrait français d'Afghanistan: «Inconcevable», selon Morin (Libération) - Afghanistan : une « guerre révolutionnaire » serait un échec.(Rue 89) -

 

Défaite

 Que fait la France en Afghanistan ? (Marianne 2) - La guerre en Afghanistan a-t-elle encore un sens?  (Rue 89) - : «Comment gagner une guerre militairement ingagnable?» (20 MN) - Afghanistan: "une impasse militaire totale et durable" (Libération) - "La victoire de l'OTAN en Afghanistan est impossible" (Le Monde) - «On ne sait plus qui terrorise qui»  (Libération) - L'OTAN tenue en échec par les talibans (Le Monde) - Impossible retrait, illusoire victoire (Libération) 

    

See U

 DJ CC Jung

Publié dans L'Empire du Bien

Commenter cet article

rachid 24/09/2008 23:21

SAINT NICOLAS
Il existe un nouveau Gandhi, et il n'est pas italien. Voilà une nouvelle qui devrait consoler ceux qui ne se remettent pas d'avoir vu l'équipe nationale de foot rentrer la queue basse à la maison.  Pour apprécier tout le sel de la nouvelle, il faut savoir que ce prix « récompense des êtres exceptionnels qui ont consacré leur vie à combattre l'indifférence, l'intolérance et l'injustice ». Ainsi donc Nicolas Sarkozy serait un modèle d'abnégation et on ne s'en serait pas aperçu ? Nicolas Sarkozy, l'homme que le monde entier nous envie ? Un héros d'autant plus modeste qu'il aurait camouflé toutes ses qualités par un souci d'humilité ? C'est à la lumière de cette révélation qu'il nous faut désormais reconsidérer les faits et gestes de notre président. Quand le jeune Nicolas Sarkozy s'imposait jadis à la mairie de Neuilly, ce n'était pas par ambition personnelle mais bel et bien pour venir en aide à ses pauvres habitants dans le besoin. Plus tard, c'est pour le bien des Français que Nicolas Sarkozy a continué son ascension. Et quand tout frais élu président de la République, il alla aussitôt au Fouquet's, c'est qu'il s'était trompé de chemin, pensant se rendre chez les compagnons d'Emmaüs. Ses vacances sur le yacht de Bolloré ? Il pensait en toute bonne foi rencontrer des boat people, des immigrés clandestins, mais surtout pas ce luxe ostentatoire. Son mariage avec la riche héritière de la famille Bruni ? Là encore, une erreur d'aiguillage, quand notre chanoine aurait préféré croiser le chemin d'une sœur Emmanuelle ou d'une mère Térésa. Le ministère de l'Intérieur et de l'Identité nationale ? Un ministère pour identifier les damnés de la Terre et mieux les secourir ! Alors, ne dites plus Nicolas Sarkozy mais saint Nicolas Sarkozy, car ce prix ne peut être qu'une première étape sur le chemin difficile de la sainteté.
Bravo pour ton blog, je vais prendre le temps de tout lire.Nous avons fait un aricle sur la vidéosurveillance, je serai ravi de lire ton commentaire éclairé.Au plaisir de te lire