OTAN de Sarkozy, tout est devenu possible, hélas... (2 a)

Publié le par cc jung in effect

Deuxième volet (partie a) de notre série consacrée à la situation en Afghanistan où il sera question de la propagande calquée sur le modèle de l'administration Bush, des promesses du candidat Nicolas Sarkozy, d'un peu d'histoire au menu aussi pour comprendre que les méchants d'aujourd'hui étaient les valeureux résistants à l'occupation russe sans oublier le rappel de certains faits troubles qui aboutiront au 11 septembre et ce qui s'ensuit. Une suite qui rappelle étrangement les  recommandations de la NEPD (pétroliers) et de la PNAC...

 

Comme un air de déjà-vu dans l'actualité... Il y a des discours que l'on entend en ce moment même qui nous semblent étrangement familiers. Comme dans l'emblématique Matrix, ce chat noir qui passe et repasse dans le décor ne laisse augurer rien de bien, juste la répétition d'un douloureux bug. Même méthode, même mensonge, les campagnes de communication de l'équipe Sarkozy ressemblent à s'y méprendre à celle de l'administration Bush qui a magistralement vendu il est vrai, les deux bourbiers dans lesquels elle s'est ensuite enlisée jusqu'au cou, l'Irak et l'Afghanistan. A l'époque, l'équipe de « spin doctors » réunie autour du dément va-t'en-guerre Dick Cheney et du retord Donald Rumsfeld, avait été même stupéfaite par l'immense crédulité de l'opinion publique US à l'ère des autoroutes de l'information et du haut débit, une opinion qui avait goulûment gobé la très rafistolée version officielle du 11 septembre, la fiole de pastis de Colin Powell, la connivence entre Saddam Hussein et Al Quaeda (75 % des citoyens américains y croyaient !), le sanctuaire high-tech des Talibans en Afghanistan (les grottes et autres bunkers à étages et ascenseurs), l'anthrax estampillé « Allah is great » et toute la ribambelle des inepties larguées comme autant de leurres magnétiques pour masquer leur plan méphistophélique et leur appétit cannibale.

 

C'est Nicolas Sarkozy qui s'invite donc à Maillé le village supplicié par les Nazis pour bien tartiner le nouveau message et emberlificoter un peu de sémantique perverse et beaucoup d'effets grossiers : «Je pense au sacrifice de nos dix jeunes soldats face à ces barbares moyenâgeux, terroristes que nous combattons en Afghanistan» (Lien Libération - partie Com). « Barbares moyenâgeux, terroristes », les french « néo-cons » et leur imposture du « choc des civilisations » ont remis le couvert avec les si pratiques barbus barbares, leurs « nazislamistes », leurs fanatiques musulmans face à la liberté immuable, au vibrant courage et au sacrifice des preux chevaliers de la démocratie si chère aux civilisés (ouarf !). En somme un remake un peu cheap de la logorrhée périmée du Pentagone tourné au pays du ministère de l'identité nationale, des rafles et du patrimonial Front national. « Sans surprise, ils ont pompé à leurs alliés, notamment américains, la même antienne rhétorique interchangeable d'un pays à l'autre » résume assez bien Bakchich (lien). Ainsi, pour enfoncer le clou venimeux de la propagande dans la tête du quidam lambda, c'est le sémillant secrétaire général de l'Elysée, Claude Guéant qui assure tout de go que les 10 soldats français ont péri face à une horde de sauvages mamelouks à poignards, précisant que «la majorité des assaillants n'étaient pas afghans» (vos papiers s'il vous plait !) et que la troupe a été confrontée à cette fameuse « internationale du terrorisme islamiste » (Lien Figaro) qui n'est autre, vous l'avez compris...qu'Al Quaeda bien sûr ! Al Quaeda, l'organisation créée par la CIA et qui devrait être déclarée d'utilité publique tant cette mythique fumisterie aura servi ad nauseam à nos si vertueuses démocraties pour couvrir leurs vilenies et leurs mensonges compulsifs. D'un côté, des barbares moyenâgeux, terroristes, « combattants étrangers », insurgés, internationale islamiste, bref et en résumé, des assassins  mahométans à la mode Nicolas S de Bruxelles (lien sur l'article du blog de Jean Quatremer - Libération) et de l'autre, le combat pour la « liberté du monde et la liberté de nos enfants » comme enjeu suprême (dixit l'emphatique Bernard Kouchner). Voilà tous les éléments de langage réunis pour bâtir une copieuse « campagne de communication », l'expression sémantiquement correcte qui évite celle plus explicite de « propagande » avec ses bons et ses méchants, ses barbares et ses civilisés, le bien et le mal, le binaire abêtissant, le sillon manichéen et le terrorisme pour lier la sauce peu ragoûtante (lien Agoravox sur le terrorisme). C'est donc très promptement que les habituels lobbyistes de l'Empire se sont mis au travail pour fournir de la matière à décervelage rapide comme on peut le lire dans la Pravda locale : « un retrait précipité ou prématuré des forces qui agissent sous mandat de l'ONU, tout comme le démantèlement de la coalition, ne ferait que ressusciter l'épicentre du terrorisme en réinstallant les talibans à Kaboul et en restituant ses sanctuaires à un Ben Laden plus aguerri, lesquels avaient servi à entraîner et à planifier les attaques du 11 Septembre. » (Lien Figaro). Tout y est, même le rappel du 11 septembre et ce brave Ben Laden « plus aguerri » (sic) que l'on a ressuscité pour l'occasion, le même que la coalition internationale feint de pourchasser sans fin dans les montagnes du Waziristan depuis plus de sept longues années comme une chimère absurde et plus sûrement, le fantôme d'une illusion grotesque et l'hologramme d'un mensonge entretenu vaille que vaille pour maquiller outrageusement les oripeaux de l'imposture...

 

Etonnante célérité, la machine impériale est bien devenue un système parfaitement rodé et en ordre de marche permanent. Un système propagandiste qui s'apparente depuis le sinistre Goebbels, à une admirable mécanique de précision appariée aux médias, une fourberie absolue capable de vous vendre une guerre et son corollaire d'horreur comme une vulgaire savonnette parfumée à la lavande en usant de délicieux stratagèmes de manipulation de l'opinion parfaitement codifiés (liens articles Huyghe.fr - Lyber-éclat - net - Acrimed - Voltaire). C'est ainsi que Sarkozy peut déclamer sans s'étouffer, que la France va continuer à aider les " forces de modération et de modernité" en Afghanistan (à opposer aux « barbares moyenâgeux » fanatiques) avant d'ajouter qu'un « retrait militaire serait suivi du retour des Talibans et  d'Al-Qaïda, et sans doute de la déstabilisation du Pakistan voisin » (Lien Xinhua.net). En des termes un peu plus diplomatiques, cela donne également : "nous livrons en Afghanistan un combat pour défendre ce que nous avons de plus précieux: nos valeurs, notre sécurité et aussi une solidarité indispensable avec nos alliés", signé Bernard Kouchner (lien Figaro - fil actu). « Valeurs », «  notre sécurité » « solidarité indispensable avec nos alliés » ? Autant de déclarations qui sont un savant mélange de mensonges par omission, de contrevérités criantes et une caricature outrancière et orientée de la situation sur le terrain.


Un exemple ? « Déstabilisation du Pakistan voisin » ? Parce que le Pakistan est un pays stable ?!!! Benazir Bhutto, ce n'est pas si vieux quand même (lien Omegalpha) ! A l'heure où ces lignes s'égrènent, de violents combats se déroulent dans le nord-ouest du Pakistan (Lien fil Info - Figaro), des affrontements qui ont jeté sur les routes près de 200 000 civils (Lien fil info - Figaro) alors que quelques jours auparavant, un double attentat perpétré dans la principale usine d'armement situé à quelques encablures d'Islamabad faisait 57 victimes. « Ce nouvel attentat est le dernier en date d'une vague sans précédent d'attaques perpétrées par des combattants islamistes proches d'Al-Qaïda et des talibans, qui a fait plus de 1.200 morts en un peu plus d'un an dans tout le pays. » précise la même dépêche du Figaro (Lien). Le retour « des Talibans et  d'Al-Qaïda » ? Les Talibans sont déjà là, de chaque côté de la frontière entre les deux pays voisins (Afghanistan - Pakistan) et ils affrontent en sus de la coalition...les militants d'Al Quaeda (Lien le Monde diplomatique) ! Les " forces de modération et de modernité" disait notre cher président au moment même où la coalition dont nous faisons partie chaque jour un peu plus, venait de commettre un effroyable carnage de plus dans la population civile afghane. Presque une centaine de civils pulvérisés (liens Figaro - Libération) par les " forces de modération et de modernité" stationnées dans ce magnétique pays pour défendre « nos valeurs ».  « Nous ne sommes pas ici contre les Afghans. Nous sommes avec les Afghans pour ne pas les laisser seuls face à la barbarie » affirmait encore notre petit Timonier bavard au moment même où les Afghans que l'on ne voulait pas laisser seuls face à la barbarie, enterraient leurs morts déchiquetés par les hordes de l'Empire du Bien (lien Libération). Vive la communication !

 





La CIA et l'ISI armaient en ce temps là ces valeureux résistants

 

  

Mais ces grands communicants qui envoient les enfants des autres crever en enfer, oublient bien évidemment de préciser que ces diables de Sarrasins à l'accent pachtoune, tadjik, mongol ou hazâra qu'il faut estourbir d'urgence aujourd'hui, étaient les mêmes que l'on appelait à l'époque les vaillants « moudjahiddines », les mêmes que l'intelligentsia et le monde politique en occident admiraient pour leur légendaire bravoure face...aux méchants Russes qui occupaient leur si poétique et aride pays. C'était l'époque de Massoud magnifiquement racontée par Christophe de Ponfilly, celle de l'admirable résistance à l'occupant, celle des combattants...de la liberté qui luttaient pour bouter l'envahisseur étranger dehors... La CIA et l'ISI (services secrets pakistanais) armaient en ce temps là ces valeureux résistants à tour de bras tout en rapatriant sur place les plus extrémistes des djiadistes de la péninsule arabe et du Pakistan voisin (la liste des candidats au djihad en Afghanistan figurait en effet dans une base de données informatique secrète, Al Quaeda, la base en arabe, d'où le nom générique) pour créer artificiellement cette brigade internationale islamiste d'Afghanistan (Talibans).

 

Forte de ses succès militaires et de la débandade de la très puissante armée rouge, l'aguerrie milice talibane s'est ensuite emparée du pouvoir en écartant les autres fractions afghanes (guerre civile) tout en s'émancipant quelque peu de ses mentors initiaux, tarissant au passage considérablement la manne financière énorme que représentait le commerce du pavot pour la plupart des acteurs concernés dans la région et nombre de services secrets impliqués (liens Polemia - Monde diplomatique - Voltaire). On fera d'ailleurs remarquer à titre anecdotique que nombre de « révolutions de velours » et autres remodelages géopolitiques que l'on doit à la nébuleuse National Endowment for Democracy (NED), une « fondation pour la démocratie » que connaît si bien le débiteur Robert Menard et qui est une énième ONG/émanation de la CIA, riment allègrement avec le pétrole et une recrudescence du trafic de drogue (Kosovo, Kirghizie, Ukraine, Kurdistan, Ouzbékistan, etc.). La démocratie à la mode impériale que l'on nous serine à longueur dans les médias, sent bien trop souvent le kérosène et la poudre de perlimpin à plein nez... (Liens Voltaire - Mondialisation - Planète non violence). La dope et la corruption comme principaux fluidifiants démocratiques, il fallait y penser même s'il faut préciser que Bush, Cheney (Halliburton, Brown & Root) et la centrale de Langley sont de fins connaisseurs en la matière comme l'a démontré Michael Ruppert (liens traduction Ruppert par Nenki - StopUsa - Mondialisation). Coke is good for you...

 

 

 

 

Un plan établi par le groupe de développement de la politique énergétique nationale (NEPD)

  

Pour revenir à nos moutons et nos affreux enturbannés à génocider d'urgence, il y avait un fait bien plus grave que celui de priver la centrale de son lubrifiant principal à révolutions puisque la constitution même de la milice talibane avait pour seul véritable objectif la sécurisation de l'Afghanistan (liens Bellaciao - Mondialisation sur Rumsfeld) afin de mettre en route un très ambitieux projet de pipelines financé par les compagnies Unocal - Delta - Bridas (américaine, saoudienne et argentine) pour convoyer les importantes réserves de pétrole et de gaz naturel situées autour de la mer caspienne (lien Arte, le dessous des cartes - partie Oil) et permettre à la compagnie Enron de faire enfin fonctionner sa centrale électrique en rade à Dabhol en Inde (3 milliard de dollars d'investissement). Un pipeline Turkmenistan-Afghanistan-Pakistan-Inde (TAPI - gaz) qui tenait particulièrement à cœur à l'administration Bush, celle qui sent si fort les pétrodollars des contributeurs de campagne (lien Voltaire - « Odeurs de pétrole à la Maison-Blanche »). Toutes ces directives obéissaient en fait à un plan établi par le groupe de développement de la politique énergétique nationale (NEPD) mis en place discrètement par le vice-président Dick Cheney deux semaines à peine après le début du premier mandat de Bush. C'est dire l'urgence et le climat installé d'entrée de jeu par les pétroliers à peine cachés derrière les rideaux du bureau ovale. Urgence parce que les choses ont trop traîné sous Clinton. « le 4 décembre 1997, des Représentants Talibans sont invités au quartier général texan d'Unocal pour négocier un accord concernant le projet d'oléoduc trans-Afghan. Des rapports indiqueront par la suite que les négociations ont échoué, supposément parce que les Talibans demandaient trop d'argent. (Source : B.B.C., le 4 décembre 1997 » (Lien Entrefilets.Com). Les négociations vont pourtant encore durer jusqu'au mois d'août 2001 avec une ultime réunion entre protagonistes dans un grand hôtel à Berlin qui échouera en dépit des très claires menaces d'intervention de l'US Army qui avait déjà massé des commandos au Tadjkistan et en Ouzbekistan. Les pièces du grand jeu (lien Monde Diplomatique) se mettaient en place les unes après les autres, le compte à rebours avait bien démarré....

P.S : article scindé en deux parties (a - b) pour cause de longueur...


La série :  OTAN de Sarkozy, tout est devenu possible, hélas... (1)


Com :

 

A Maillé, Sarkozy face aux «barbares moyenâgeux» d'hier et d'aujourd'hui (Libération) -  Sarkozy: La France assumera ses responsabilités en Afghanistan (Xinhua.net) - La France en Afghanistan pour longtemps (Figaro - actu) - L'option Benazir Bhutto : trop tôt et trop tard... (Omegalpha) - 20h12 Pakistan: 22 islamistes tués - Pakistan/Combats : 200.000 civils fuient - Pakistan : les talibans revendiquent (Fil Info Figaro) -  Al-Qaida contre les talibans - par Syed Saleem Shahzad. - (le Monde Diplomatique)  -  90 civils auraient été tués par des raids en Afghanistan (Libération) - Afghanistan/bombardement : 90 morts (Le Figaro)   -   Sarkozy juge indispensable la présence française en Afghanistan (Libération) -   Afghanistan, cette guerre qui ne dit pas son nom (Bakchich) -   «La majorité des assaillants n'étaient pas afghans» (Figaro) - Sarkozy et les musulmans (Blog Libération - Jean Quatremer) -   Si le terrorisme n'existait pas, il faudrait l'inventer (Agoravox)  -  L'avenir des Français en Afghanistan (Figaro) - État, guerre, médias (Huyghe.fr) - Guerre de l'Information, Terreur et Subversion Culturelle (Lyber-éclat - net) - Les sciences de la domination mondiale (Voltaire)  -      Dix soldats tués en Afghanistan : l'Elysée choisit les images (Acrimed) -  Polémia - Guerres, islam et drogue en Afghanistan : le grand jeu ... (Polemia)   - Le Pakistan exploite le pavot afghan (Voltaire) - Les routes de l'opium afghan (Le Monde Diplomatique) - La NED, nébuleuse de l'ingérence « démocratique » (Voltaire)  -  Les ONG, nouveau bras de la diplomatie US (Voltaire)  -   Le gouvernement kosovar et le crime organisé (Voltaire) - Kosovo : Les États-Unis et l'Union européenne appuient un   processus politique en lien avec le crime organisé (Mondialisation) - Dick Marty : « L'indépendance du Kosovo n'a pas été décidée à Pristina » (Voltaire)  -  « La révolution en Kirghizie a un goût d'opium »  - Craig Murray : « Les États-Unis contrôlent le trafic de l'héroïne afghane » (Voltaire)  -  Bush - Cheney: Leur Empire de Drogue (Ruppert - Nenki)  -  Un jet lié à la CIA s'écrase au Yucatan avec un chargement de drogue (StopUSA)  - Georgie : Un pipeline très protégé par les USA et Israël (Planète non violence) - L'alliance entre les talibans et les Etats-Unis : de 1994 jusqu'au 11 septembre 2001. (Bellaciao) - Rumsfeld a aidé al-Qaïda à établir un bastion dans le nord-ouest du Pakistan (Mondialisation)

 

  

Oil :

 

MER CASPIENNE : LE GRAND JEU. Les Talibans. (Le dessous des cartes - Arte) - Odeurs de pétrole à la Maison-Blanche [Voltaire]  -  Une chronologie des événements liés au 11 SEPTEMBRE (Entrefilets.com)  - Le nouveau « Grand Jeu » (Le Monde Diplomatique)  - Le Canada a préparé l'invasion anglo-saxonne de l'Afghanistan AVANT le 11 septembre (Voltaire) -  La France doit retirer ses troupes d'Afghanistan (Voltaire)



See U

DJ CC Jung

Publié dans L'Empire du Bien

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Crodoff 30/08/2008 10:08

Je ne déroge pas à la régle de faire un compliment ici, c'est un vrai soulagement de voir pousser dans la bouse médiatique des fleurs comme tes articles. Pour la photo de Condolinazia Rice, rajoute lui le casque de Dark Vador et le terme l'empire n'en est que plus criant.