Désertion dans le désert irakien

Publié le par cc jung in effect

Les sables mouvants de la campagne irakienne
 
Vous le savez sans doute, le DJ Jung n’a de cesse de dénoncer la mascarade meurtrière de l’Irak, une odyssée sanglante et pétrolière dont les premières victimes sont hélas, les civils irakiens. Il ne faut pourtant pas oublier la soldatesque de l’Empire constituée des citoyens les plus pauvres, noirs, latinos, « petits blancs », aguichés par des promesses de bourses d’études et de naturalisation. Officiellement, 2400 Gi’s ont péri depuis l’invasion mais le chiffre des soldats mutilés à vie, plus de 17 000 victimes, est bien plus significatif de la boucherie en cours. Ce sont des chiffres officiels, la réalité est sans doute plus terrible.
 
La conséquence de cette dégradation de la situation en Irak se fait sentir dans les rangs des boys. Une vague de désertion touche les bataillons envoyés sous le ciel plombé de la Mésopotamie. Des milliers de déserteurs, à l’occasion de permissions, ont trouvé refuge de l’autre côté de la frontière, au Canada. Le sujet est bien évidemment tabou pour l’état-major mais il faut savoir que les autorités militaires ont connu la pire campagne de recrutement l’année dernière malgré le patriotisme vibrant qui anime les citoyens américains. Les critères de sélection ont été revu à la baisse, les sergents recruteurs n’hésitent plus à faire leur marché mortifère dans les lycées, les primes d’incorporation ont grimpé en flèche mais l’Empire peine à renouveler sa chair à canon (lien).
 
Le vassal anglais a également quelques soucis même si les 8000 soldats de sa Majesté se tiennent loin des zones de turbulences, laissant le soin à l’armée US d’affronter la bienveillante reconnaissance des locaux. Avec plus d’une centaine de morts, une opinion publique chauffée à blanc, un Tony Blair en perte de vitesse malgré sa savante communication, l’expédition irakienne passe de plus en plus mal même dans les rangs de l’armée anglaise. Le cas du lieutenant Malcolm Kendall-Smith qui refuse de servir pour une campagne qu’il juge « illégale » est significatif (Lien). Il montre les limites de l’engagement militaire, les contradictions flagrantes de la démocratie et de la représentation politique et le choix de conscience d’un homme sous l’uniforme. Après tout, la majeure partie de l’opinion était contre la participation de la Grande Bretagne, les raisons invoquées pour justifier le pillage se sont toutes avérées fausses et trafiquées et le résultat escompté, la démocratisation forcée, a abouti à une quasi guerre civile…
 
Autre signe de délitement, la multiplication des bavures avérées malgré la très cosmétique propagande de l’état-major. Le massacre d’Haditha, au delà de l’horreur des faits, montre un pourrissement du bourbier irakien. Face à une population de plus en plus hostile, face au déclenchement d’une guerre civile qui vient compliquer encore les choses, face à une absence de perspectives, les soudards de l’Empire perdent pied et mordent le sable brûlant, semant le chaos et la terreur sur leur passage. La très récente prise de position du tonitruant Blair sur une nouvelle approche du « terrorisme » indique d’ailleurs un revirement stratégique (Lien). On ne peut prétendre combattre le terrorisme et sa barbarie en massacrant allègrement les populations que l’on était censé délivrer, en saccageant un pays tout entier et en offrant le spectacle contre-productif de Guantanamo. La confusion gagne bien vite les esprits et l’on finit logiquement par se demander qui est réellement le terroriste de qui ?

 

Mirage démocratique...

 
 
"LONDRES (AP) - Un officier britannique qui a refusé de servir en Irak parce qu'il jugeait cette guerre illégale a été renvoyé devant une cour martiale par un juge, mercredi.
Le juge John Bayliss a pris cette décision contre le lieutenant Malcolm Kendall-Smith, un médecin de la Royal Air Force, devant le tribunal militaire d'Aldershot, dans le sud de l'Angleterre où une audience préliminaire avait eu lieu la semaine dernière.
 
Le Dr Kendall-Smith, 37 ans, qui possède la double nationalité néo-zélandaise et britannique, avait servi à deux reprises avec les forces britanniques dans le sud de l'Irak, avait refusé d'y retourner une troisième fois en juin.
 
Son avocat, Me Philip Sapsford, a fait valoir que son client estime que dans la mesure où l'Irak n'a pas agressé la Grande-Bretagne ou un de ses alliés, il n'y a aucun motif légal pour envahir l'Irak. Sur cette base, Kendall-Smith a usé de son droit de désobéir à un ordre "illégal". AP
 
 

Observation attentive

 
 
 
Liens :
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
See U
 
CC Jung

Publié dans Omegactualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article