Dégazage sauvage

Publié le par cc jung in effect

Gaz hilarant ou presque
 
A l’heure où la trêve hivernale des expulsions prend fin, GDF annonce une énième hausse de ses tarifs, et ce, malgré des bénéfices records engrangés. Entre la spéculation immobilière, la hausse des produits pétroliers, des biens de consommations, des prélèvements de toutes sortes et un salaire désespérément plafonné…au plancher, le citoyen assiste, impuissant, à la chute vertigineuse de son pouvoir d’achat. Les plus touchés par cette brusque augmentation du coût de la vie seront encore et toujours les plus démunis et, de plus en plus,  une classe moyenne en voie de disparition.
 
La France qui se dessine après à peine quelques années de pouvoir absolu de l’UMP est bien à deux visages. D’un côté une France de la finance, des affaires et du copinage et de l’autre, un pays qui s’enfonce dans une misère certes digne et rampante mais bien réelle. Le sursaut de la banlieue, les claques électorales successives et la contestation étudiante sont autant de signes d’exaspération que nos dirigeants snobent pourtant de la plus belle des manières, sans doute étourdis par les chiffres mirobolants et presque obscènes exhibés par les grandes entreprises dont ils sont si proches. Une réalité économique chiffrée mais complètement déconnectée du quotidien des Français et sans incidence sur l'emploi.
 
Cet écart, ce fossé d’incompréhension, ce contraste et cette surdité prolongée d’une élite ne laissent rien présager de bon pour l’avenir. Les mesures fiscales avantageuses pour les catégories les plus aisées, le dynamitage du code du travail et le patient démantèlement des services publics annoncent une fuite en avant des instances dirigeantes qui va à l’encontre des aspirations exprimées maintes et une fois par la plèbe. L’annonce de cette hausse des tarifs gaziers est en soi un drôle de message envoyé au citoyen pris au piège économique de la nécessaire consommation. Ce n’est plus « marche ou crève » comme on le dit si bien à la Légion étrangère mais c’est désormais « tu payes ou tu crèves »…Telle est la dure loi du marché désormais « libéré » de toute contrainte éthique, politique et civique.
 
La plus belle manœuvre politique a longtemps consisté d’ailleurs à « vendre » cette évolution négative de l’économie de marché comme une fatalité irréversible. Une résignation du politique  due au manque d’imagination, à la trop grande proximité avec les multinationales et les grands groupes ou tout simplement du fait d’une idéologie élitiste assumée. Il y a pourtant assez de richesses dans les pays dits « développés » pour envisager un autre modèle de répartition plus équitable, plus profitable…à tous et souhaitable pour l’avenir du plus grand nombre. Tout n’est qu’une question de volonté et de vrai « patriotisme économique »…
 
 
 

Le gouffre sans fin

 
 
 
« PARIS (AFP) - Le groupe gazier Gaz de France (GDF) a dégagé en 2005 un bénéfice net historique, en hausse de 29% à 1,743 milliard d'euros, et a réclamé au gouvernement l'autorisation d'augmenter ses tarifs, qui avaient été gelés cet hiver.
Le groupe a annoncé jeudi qu'il visait en 2006 un bénéfice net supérieur à 2 milliards d'euros, grâce aussi à "une hausse des tarifs du gaz reflétant les coûts", et le ministre des Finances Thierry Breton a confirmé sur RMC que le groupe public avait réclamé au gouvernement une hausse de ses tarifs.
Selon le Figaro de jeudi, Gaz de France, en pleins préparatifs pour fusionner avec le groupe privé Suez, va demander au gouvernement l'autorisation d'augmenter de 16% de ses tarifs cette année, dont 8% le 1er avril puis 8% le 1er juillet, chiffres que ni le groupe ni le ministre n'ont confirmé jeudi matin.
 
 
Interrogé sur une éventuelle hausse des tarifs cette année, M. Breton a répondu "ils sont obligés de la demander avec la formule actuelle", qui prévoit que Gaz de France peut réviser ses tarifs chaque trimestre en fonction des cours du gaz. "Cela ne veut pas dire qu'on va les suivre", a-t-il ajouté.
Gaz de France avait été contraint l'automne dernier par le gouvernement de limiter ses hausses de tarif pour les particuliers et de les geler pendant l'hiver. (…)
 
 
 
 
Article complet :
 
 
 
 
 
 
Liens :
 
 
 
 
 
 
  
 
 
 
Ressources du site :
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
See u
 
CC Jung

Publié dans Omegactualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Hasting 16/03/2006 22:38

En effet, nos articles traitent du même sujet, et ça ne m'étonne pas que nous soyons interpellés par cette affaire gazeuse... Mais tu fais un travail de résumé de tes lectures, que j'ai la flemme de faire, et tu le fais bien. Bravo.