La très belle histoire d'Ingrid Betancourt (2)

Publié le par cc jung in effect

ou l'Opération récupération...

Comme à chaque fois que le tourbillon de l'actualité enfle de manière vertigineuse, il convenait de prendre du recul et de laisser la liquide rumeur s'écouler et charrier son écume bavarde un peu plus loin avant de tirer les premières conclusions. Une étape nécessaire en somme avant de songer à l'édification d'un barrage de rétention afin de laisser les eaux troubles se décanter lentement. Attendre, compiler les informations et se lancer ensuite, telle est la méthode que nous avons choisi de suivre. Maintenant que le bruit « Betancourt » est passé comme un tsunami émotionnel en emportant toute raison sur son passage, il est grand temps de farfouiller un peu dans les limons, de sonder un peu les profondeurs et de se demander à quoi rimait ce nouveau numéro tropical du Sarko Circus jamais en mal d'imagination et de diversion. Remettons d'abord les choses dans leur contexte...

 

Dans le précédent article, nous vous avions signalé que le principal bénéficiaire et le grand ordonnateur de cette mascarade dans la jungle était bien ce président Alvaro Uribe mis à mal par nombre de scandales du fait d'une collusion effective avec les pires milices paramilitaires d'extrême droite et les narcos qui dirigent réellement le pays, le tout bien sûr sous le regard bienveillant et intéressé de l'Empire (lien Voltaire). Uribe, l'inventeur du fumeux concept de « sécurité démocratique » (dans la lignée du « Patriot act »), avait donc un urgent besoin de providentielle diversion au moment même où il mettait le nez dans la colombienne constitution, histoire de se bidouiller un nouveau mandat présidentiel en dépit des limitations édictées. Une véritable aubaine donc que cette opération « Jaque » qui finit si bien même si le récit hollywoodien et épique de la libération de Betancourt vacille bigrement au fil des informations qui fuitent (liens Mondialisation - Courrier International - Figaro - Libertés & internet). Les Farc que l'on annonçait moribonds et au bord de l'implosion, sont entrés dans la bataille de la communication autour de cette affaire Betancourt en libérant cette semaine d'autres otages là où la propagande impériale nous avait promis un massacre à la chaîne des captifs en représailles à la brillante opération d'Uribe et de ses conseillers israéliens (lien Libération). Une bataille d'image perdue d'avance pour des guérilleros paumés dans la jungle et confrontés à la toute puissante machine propagandiste de l'Empire capable de dissimuler la réalité des horreurs perpétrées dans ce sanglant pays ou de les imputer carrément à l'adversaire désigné (lien Libertés & internet). Du grand art ! Il n'y a désormais plus de génocide et de cocaïne en Colombie, juste un formidable président et une incroyable héroïne... (lien Mondialisation).
 
Tout va donc merveilleusement bien dans ce cher pays saupoudré de bonheur et cette euphorie nouvelle et enivrante, on la doit au remarquable ancien maire de Medellin, le merveilleux Alvaro Uribe. Pour s'en convaincre, il suffit de jeter un œil sur les différents articles que...la presse française (tendance impériale) lui a consacré, les uns plus dithyrambiques que les autres. Oublié le scandale « parapolitique » en cours, les accointances douteuses, le massacre d'Aro (1997), les fraudes électorales en 2002 et 2006 et les assassinats des syndicalistes de Bloque Norte (AUC). L'heure est au divertissement d'état selon les vœux du premier patron de presse en France, Nicolas Sarkozy. « Aux antipodes des caricatures de despotes sud-américains, ripailleurs et volubiles, genre Hugo Chavez. Alvaro Uribe est un homme froid, intelligent, un regard perçant, fin stratège, jouant un coup ou deux en avance sur ses adversaires. Un type à fleur de peau, tendu, colérique, dur. Un lutteur acharné, qui aime les risques. Une lame. Un combattant. (...) La Colombie, qui depuis près de deux siècles vit son indépendance sur le mode d'un western sanglant marqué par les guerres, les meurtres, les enlèvements, les règlements de comptes, les tortures, l'aime, ce président d'airain » halète le journaliste du Figaro qui a sans doute des mirages plein les yeux (lien article « Uribe, fils du chaos colombien ») tandis que Challenges loue le « moine-soldat » en mission (lien). « Liberté immuable », « Justice divine », les Croisades et les Templiers ne sont pas loin, l'Empire du Bien a toujours eu la fibre poétique lorsqu'il s'agit de couvrir l'écho du fracas des bombes, la stridence des cris d'horreur et le gargouillis des petits meurtres entre amis.

 

 

 

Une précieuse ridicule

   

Toute cette clameur trompeuse et cet enthousiasme de commande visent à faire oublier l'échec retentissant de notre petit Timonier dans ce dossier qu'il jugeait primordial et sa mise à l'écart de facto puisque notre agitateur principal a été mis au parfum à peine quelques minutes avant l'annonce officielle de la libération d'Ingrid Betancourt. L'ironie amère de cette histoire rocambolesque, c'est que le gouvernement français qui s'est démené comme un beau diable (innombrables missions officielles ou secrètes, avion médicalisé en stand-by, etc), a vu ses efforts constamment sapés par le même « moine-soldat » tandis qu'une ou plusieurs rançons clandestinement versées assurent désormais de confortables rentes à des intermédiaires loufoques et des escrocs joyeux selon diverses indiscrétions. La France vue de la Colombie ? Une précieuse ridicule qui s'est fait embobiner du début à la fin ! Pas de quoi fanfaronner ? C'est mal connaître le culot ahurissant de notre bonimenteur frénétique capable de s'esclaffer lors de la solennelle cérémonie de commémoration de la Résistance à Glières en mars dernier ou d'envoyer des SMS lors de son audition par le souverain pontife en présence de son ami Jean-Marie Bigeard convié à la sauterie... Il fallait marquer le coup à tout prix même si notre pays apparaît comme le dindon de la farce in fine (lien Marianne - « Sarkozy, chef d'orchestre de l'émotion nationale ? »). Nous reviendrons un peu plus tard au saltimbanque après avoir évoqué Sainte Ingrid et le miracle de sa conversion impériale...
 
Il serait en effet inconvenant de ne pas s'arrêter un instant devant la nouvelle icône qui a repris des couleurs sous les sunlights et les flashes des photographes et qui doit être en train de parfaire son bronzage aux Seychelles en ce moment même. La chère Ingrid Betancourt et son revirement spectaculaire qui lui a permis de réintégrer illico presto le giron confortable de l'Empire, voilà effectivement un beau miracle et la seule et vraie morale de cette histoire alambiquée. S'occuper de justice et venir en aide aux pauvres et aux loqueteux n'amène que des soucis, autant rester du bon côté de la barrière tout en veillant à bien verrouiller les issues pour éviter désormais d'être dérangé par ceux qui n'ont pas eu cette chance, question d'atavisme sans doute... Que la Colombie devienne chaque jour un peu plus la succursale narcotique quasi officielle de l'Empire dirigée par une cohorte de sanguinaires paramilitaires ne dérange apparemment plus l'égérie de l'intelligentsia parisienne. La voilà bien trop occupée entre la remise de sa Légion d'honneur, les invitations, les médias, le concert, le pèlerinage de Lourdes et bientôt le rendez-vous avec le Pape (liens Libération - Nouvel Obs). Quand on voit comment l'autre pion impérial et narcotique dans la sous région, le Mexique, est en train de sombrer dans une spirale de violence, il y a effectivement aucune raison de s'inquiéter pour l'avenir des Colombiens... (liens Figaro - Le Monde - Nouvel Obs).

 

 

 

Se salir de la boue des bidonvilles et des mains calleuses des pauvres

   

Notons quand même que ce spectaculaire revirement de la colombe d'autrefois est salué comme il se doit par une partie de la presse sud-américaine : « Le trophée tant espéré des uns et des autres retrouve la liberté par la main d'Uribe et retourne auprès de ceux de sa classe, de son idéologie, de sa condition sociale, pleine de haine, c'est logique, pour ceux qui lui ont volé six ans de vie. Elle est photographiée avec le ministre de la guerre colombien, demande la réélection d'Uribe, et annonce, revêtue d'un uniforme militaire qu'elle sera un soldat contre les Farc. Elle voyage en France et embrasse devant les caméras le président européen partisan des dix huit mois d'emprisonnement pour tout colombien trouvé en Europe sans papiers. Ni Chavez, ni Piedad ne les intéressent désormais. Elle risquerait de se salir de la boue des bidonvilles et les mains calleuses des pauvres en leur compagnie. Elle n'en a plus besoin pour attirer l'attention de l'opinion publique internationale. » note amèrement Pascual Serrano repris par le Grand Soir (lien). Nous voilà à des années-lumière de la pitoyable prose d'André Glucksmann parue dans le Figaro (lien) qui a réussi l'exploit de bégayer ses obsessionnelles sottises de propagandiste compulsif du « choc des civilisations » et d'Israël en prenant prétexte d'un hommage dégoulinant à l'héroïne nouvelle qui fait tourner les têtes.
 
Tout le monde fête désormais la Sainte Ingrid qui n'est pas encore un jour férié en espérant profiter au maximum de l'éclairage pour montrer sa bouille défraîchie, oubliée (Fillon - lien Libération) ou en campagne (Delanoë) mais le triste manège médiatique exacerbé par notre premier animateur télé et accessoirement président people, commence déjà à lasser l'auditoire pourtant bon public dans cette mascarade selon l'ineffable Opinionway (lien Figaro). Finalement cette « opération Betancourt » a ressemblé à un gigantesque soufflé (lien Médiatiques - Libération) qui est monté très haut avant de s'affaisser doucettement dans l'indifférence générale même si notre petit Manitou songe encore à un ultime dérivé du produit IB en cogitant sévère sur la création d'un poste honorifique sur-mesure pour l'ancienne captive... Pourquoi donc tant de bruit, tant d'agitation et d'émotion médiatique mise en scène par le régisseur Nicolas et son Sarko Circus en perpétuelle représentation ? Encore et toujours, la réponse est la diversion, un feu d'artifices permanent et une batterie de fumigènes jetés un peu partout pour dissimuler la politique de la terre brûlée qui sert de vrai programme à cet UMP. Un parti dominant qui ressemble de plus en plus furieusement à son ancêtre, le RPR... Ce sera le sujet de notre ultime volet que nous avons voulu distinct des deux précédents même s'il s'inscrit dans la suite logique du propos. A suivre donc...

 

  

Uribe, les Farc et l'opération :

 

 

George W. Bush et Alvaro Uribe contre la paix en Colombie (Voltaire)
 
Les Farc ont révélé qu'il n'y a pas eu de sauvetage des otages mais une fuite.(Mondialisation)
 
L'opération «récupération» - par Atilio A. Boron (Mondialisation)
 
COLOMBIE : QUESTIONS TROUBLANTES AUTOUR DE LA LIBÉRATION DES OTAGES (Libertés & internet)
 
AFFAIRE BETANCOURT Le chef des FARC s'exprime sur la libération d'Ingrid Betancourt (Courrier International)
 
Les gardiens de Betancourt "ont trahi" (Figaro)
 
10 otages libérés par les Farc en Colombie (Libération)
 
LA PROPAGANDE ET LES DROITS HUMAINS EN COLOMBIE (Libertés & internet )
 
La libération d'Ingrid Betancourt et le génocide silencieux perpétré en Colombie (Mondialisation)
 
  
 

La couverture médiatique et le cirque :

 

 

Alvaro Uribe, fils du chaos colombien (Figaro)
 
La mission d'alvaro uribe, moine-soldat, s'accomplit (Challenges)
 
Sarkozy, chef d'orchestre de l'émotion nationale ? (Marianne)
 
Concert à Paris organisé par Ingrid Betancourt (Libération)
 
Ingrid Betancourt, Dany Boon, Jacques Séguéla promus 14.07 à 14h50 (Nouvel Observateur)
 
Quatre millions de personnes ont manifesté en Colombie (20 MN)
 
Mexique/violence: 8 morts dont 3 enfants (Figaro)
 
Quelque 450 officiers de police ont été tués au Mexique depuis le lancement en décembre 2006 d'une opération massive de lutte contre le trafic de drogue. Depuis l'arrivée au pouvoir du président Felipe Calderon, fin 2006, 36.000 militaires ont été mobilisés dans cette lutte pour appuyer les forces de police ou même les remplacer dans certaines zones.
Le mois dernier, le sénat américain a approuvé un plan anti-drogue d'assistance sur trois ans d'1,6 milliard de dollars destiné au Mexique, à l'Amérique centrale et aux pays caribéens, appelé "Initiative de Merida".
 
Les Mexicains ulcérés par les brutalités de leur police (Le Monde)
 
Un narco sous-marin intercepté par la marine mexicaine (Nouvel Obs)
 
La trahison d'Ingrid SERRANO Pascual (Le Grand Soir)
 
Ingrid Betancourt, icône iconoclaste Par André Glucksmann (Figaro)
 
Fillon voit dans la libération de Betancourt le retour de Paris (Libération)
 
Betancourt : pour 56 % des Français, Sarkozy a joué un rôle important (Figaro)
 
Ingrid Betancourt remercie la Vierge à la grotte de Lourdes  (L'Express)
 
Betancourt : les nouvelles propagandes (Libération - Médiatiques)
 
(...) Sur le site du Figaro, le directeur adjoint de la rédaction, Yves Thréard, assure (en exclusivité mondiale) que c'est bel et bien la carte Chávez, jouée par Sarkozy, qui a abouti à la libération de Betancourt. Christophe Barbier, directeur de L'Express, l'organe central du carlabrunisme, se surpasse sur le plateau de LCI : «Quand Sarkozy se donne un objectif suprême, rien ne l'en détourne jamais. [...] Sa mobilisation personnelle a participé de la mobilisation collective. Ça a bougé les lignes au niveau international. Et voir cette mobilisation collective de la France derrière son président, c'était bon pour le moral d'Ingrid Betancourt, et ça n'a pas de prix, grâces en soient rendues à Nicolas Sarkozy.» Le même jour, sur le même plateau, il somme Bertrand Delanoë : «Betancourt et sa famille ont remercié hier le président Sarkozy. Reconnaissez-vous que sa mobilisation personnelle a accéléré le jeu diplomatique ?»(...).

 

 

See U
 
DJ CC Jung




Publié dans Omegactualité

Commenter cet article

Crodoff 07/08/2008 13:05

un article d'internaute sur le sujet de fin 2007 qui vaut le détour : http://www.toreador.fr/2007/12/01/banderille-n%C2%B0180-dans-le-silence-mediatique-personne-ne-vous-entendra-crier/

cc jung in effect 07/08/2008 20:40



Effectivement, cela valait le détour. Merci pour l'info !



Crodoff 04/08/2008 11:42

L'américanisme de la politique française, grace à l'arrivée de sarkosy bat son plein, la politique show biz, les effets de une des journaux, les évènements médiatiques jetables. Le sarko circus comme tu dis, de la prestidigitation médiatique pour mieux cacher les ficelles de ce qui se passe doucement mais surement en dessous de la table.

lilin 28/07/2008 13:42

vous êtes des merdes morales immondes

cc jung in effect 28/07/2008 14:17


"Merdes immondes", le compliment est délicat et le débat s'élève instantanément... "Morales"  est sans doute en trop dans le commentaire. Merci pour la visite.