Sauce à l'italienne

Publié le par cc jung in effect

 
Le bouffon insulaire
 
Enième mise en cause judiciaire pour l’improbable Silvio du village, le Big Brother à l’italienne qui trône dans tous les postes de télévision locaux, dans les tribunes des stades, les journaux et les églises, partout comme une grossière évidence. La semaine dernière, il annonçait une alliance avec le parti fasciste de la petite-fille de Mussolini, le voilà mis en cause pour corruption pendant que son ministre de la Santé annonçait sa démission pour une affaire d’espionnage. Un vrai mauvais téléfilm où il ne manque plus qu’une chose, le générique de fin…
 
 
« MILAN - A un mois des élections législatives pour lesquelles il est donné perdant, Silvio Berlusconi a vécu une journée noire avec la démission annoncée de son ministre de la Santé et la demande du parquet de l'ouverture d'un procès pour corruption à son encontre.
Le ministre italien de la Santé a déclaré vendredi qu'il allait remettre sa démission après avoir été accusé d'avoir espionné ses adversaires lors d'une élection régionale. Francesco Storace est soupçonné d'avoir organisé l'année dernière un véritable système d'espionnage de ses concurrents pour conserver la région du Latium, qu'il a finalement cédée.
Le parquet de Milan a réclamé le même jour l'organisation d'un procès contre Silvio Berlusconi dans une affaire de corruption présumée impliquant également l'époux de la ministre de la Culture britannique, a-t-on appris de sources judiciaires. Le porte-parole de Silvio Berlusconi, Paolo Boniuti, a rejeté ces accusations les qualifiant de "théories erronées". Ces deux annonces tombent au plus mal pour le président du Conseil italien à un mois des élections législatives des 9 et 10 avril qui s'annoncent serrées. La coalition de centre-gauche dispose d'environ quatre points d'avance sur la droite dans les sondages, mais un quart des électeurs n'a pas encore fait son choix.

Un autre imposteur de l'Empire

MENACE DE PLUSIEURS PROCES
 
 
 
Le parquet accuse le président du Conseil italien d'avoir versé 600.000 dollars à l'avocat David Mills, époux de la ministre britannique Tessa Jowell, pour ne pas divulguer des détails au sujet de l'empire médiatique de la famille Berlusconi lors de deux témoignages devant la justice. Le parquet détient notamment une lettre de David Mills adressée à son comptable, dans laquelle l'avocat britannique, spécialiste des paradis fiscaux, affirme qu'il n'a pas menti au tribunal mais qu'"il a traversé un moment délicat, pour ne pas dire plus" et reconnaît également avoir reçu les 600.000 dollars.
 
David Mills a dans un premier temps confirmé cette version des faits avant de se rétracter. Silvio Berlusconi de son côté affirme ne pas connaître Mills, qui a été entendu comme témoin lors de trois précédents procès pour fraude du président du Conseil italien. L'implication éventuelle de David Mills a déclenché une tempête politique en Grande-Bretagne, au point de menacer la carrière politique de sa femme. Le couple s'est séparé.
 
"Il faut distinguer deux choses: l'affaire concernant Tessa Jowell qui est désormais close et l'affaire italienne sur laquelle il n'y a pas lieu de faire de commentaires, pas plus que sur une affaire dans notre pays", a déclaré vendredi le Premier ministre britannique Tony Blair. Une audience préliminaire pourrait être organisée en mai, a-t-on appris de sources judiciaires.
Silvio Berlusconi et David Mills pourraient également être renvoyés devant un juge avec douze autres personnes dans une autre affaire de fraude impliquant Mediaset, le groupe de médias contrôlé par la famille Berlusconi. »
 
Article original par Emilio Parodi :
 
 
 
 
Liens :
 
 
 
 
 
 
A. Mussolini: "Mieux vaut être fasciste que pédé"  NOUVELOBS.COM
 
 «  Pour la petite-fille de Benito Mussolini, Alessandra, "mieux vaut être fasciste que pédé". Chef de file de l'extrême-droite italienne, elle se vante elle-même d'être fasciste. »
 » 
 
Lien sur l'Empire :
 
 
 
 
 
 
Bouffonneries insulaires du site :
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
See U
 
CC Jung
 
 
 

Publié dans les dépêches orange

Commenter cet article