Le vendredi 13 de Sarkozy

Publié le par cc jung in effect

Avant de mettre en ligne la seconde partie de notre volet consacré aux émeutes de la faim et à la spéculation qui va de pair, Omegalpha a choisi de faire une petite halte dans l'actualité de notre imposteur préféré. Le vendredi 13 dernier, deux évènements se sont en effet télescopés dans l'agenda chargé de notre petit Timonier : le scrutin irlandais et l'Euro 2008... Deux belles promesses d'euphorie et de gloriole qui viennent de s'envoler et qui annoncent des lendemains difficiles...

 

Il y a des vendredi 13 qui font honneur à leur funeste réputation, une notoriété héritée d'un fait historique qui se déroula un vendredi 13 (en octobre 1307) et qui vit l'arrestation du maître de l'Ordre du Temple (Jacques de Molay) et la confiscation de la totalité des biens de la pieuse milice (les « Pauvres Chevaliers du Christ et du Temple de Salomon »). Le vendredi 13 juin 2008 passé n'a pas eu la même résonance historique mais on pourra quand même noter que ce jour-là, notre empereur miniature monté sur pilotis, a dû tressaillir au fur et à mesure que les dépêches tombaient. Un vrai festival de contrariétés ramassé en une seule journée. Annoncée comme une apothéose pour le personnage à l'ego sans égal, la présidence européenne qui lui revient pendant six mois à compter du 1er juillet, s'annonce d'ores et déjà comme un véritable calvaire depuis le coup de tonnerre entendu du côté de l'île d'émeraude.

 

Seul peuple à être consulté sur la nouvelle constitution européenne, ce qui en dit long sur la dimension démocratique de ce processus d'intégration régional, les 800 000 électeurs irlandais ont donc dit non au « traité simplifié » (Le Figaro) qui comporte pas loin de...4000 pages en comptant les annexes, annotations et astérisques plantés un peu partout pour camoufler l'essentiel. Un remix improbable en fait de la précédente version et un habillage sémantique malin pour mieux faire passer l'amère pilule de l'ultralibéralisme comme seul horizon économique et comme seule perspective d'avenir en dépit des innombrables signaux d'alerte qui clignotent désespérément (crise, précarité, fronde sociale, famine mondiale, prédation sans vergogne, bouleversement climatique, chaos constructif). Ce tour de passe-passe que l'on doit à notre cher petit Timonier et à la charismatique matrone Merkel, devait donc nous faire entrer de plein pied dans l'univers gothique et ténébreux de l'Empire et de ses multinationales et nous obliger de facto, à devenir de parfaits petits consommateurs de poulets américains à l'eau de Javel et autres OGM toxiques pour les rats de laboratoire mais pas pour les futurs clients de Monsanto bien sûr (lien Rue 89).

 

Quel pataquès que ce tonitruant non irlandais qui fait écho au refus déjà exprimé par d'autres peuples européens même s'ils sont désormais prier de se taire (le système est démocratique à condition de bien...voter, une règle de base de l'Empire). L'Eire a effectivement redonné du souffle à tous ces peuples bâillonnés qui refusent obstinément des orientations politiques entièrement conçues pour satisfaire les différents lobbys qui oeuvrent au cœur de la matrice communautaire. Des décisions iniques prises au nom de l'Europe mais au détriment de cette immense majorité d'européens transformés en un cheptel de consommateurs captifs et obéissants, sans âme et sans conscience. On peut bien sûr gloser à l'infini sur les raisons du non irlandais, on peut ainsi prétendre que le temps du « miracle irlandais » et du « tigre celte » est bel et bien fini tout comme on nous vantait il y a quelques temps le miracle bidonné de l'économie anglaise qui n'a pas fait long feu. Cruelles illusions qui se dissipent, ces deux pays au tissu industriel naufragé (Grande Bretagne) et à la pauvreté rustique (Irlande), ont juste été mis à niveau par l'Empire et sa succursale européenne pour agrandir le potentiel du marché de la consommation. Rien de plus. Le non de l'Irlande à ce « mini traité » qui fait le maximum pour l'Empire, arrive en fait à temps pour stopper une dérive atlantiste et libérale de la communauté européenne qui s'accomplit en dépit de la volonté de changement d'orientation émise par quelques peuples éclairés (les "non" français et néerlandais en 2005).

 

 



Europe = absence d'identité, absence de souveraineté, absence de légitimité...

 

 

 

Ce « qui manque à l'Europe se situe dans le domaine qualitatif, et dans la qualité de la perception des profondeurs derrière les apparences: absence d'identité, absence de souveraineté, absence de légitimité par conséquent (...). Quoi qu'il en soit, c'est dans ce cadre déjà bien incertain que le "non" irlandais porte un coup très sévère à cette interprétation. Quelle que soit la minorisation de l'affaire irlandaise, il reste que la légitimité déjà bien contestée des élites et dirigeants européens à représenter l'Europe avec ses peuples et ses intérêts est à nouveau terriblement abaissée, jusqu'à son inexistence, au moment où s'amorce la manoeuvre transatlantique. » note justement De Defensa. La dissolution de l'idéal européen teinté d'humanisme et de progressisme dans une sorte d'alliance militaro-industrielle avec les USA est au programme pour tous sans la moindre concertation préalable puisque les peuples s'avèrent incapables de prendre les bonnes décisions selon nos élites dévoyées et si peu représentatives. L'ingrate Irlande en est bien la preuve, n'est-ce pas ? Le peuple est bien trop bête pour comprendre l'intérêt qu'il y a à devenir une excroissance géographique et politique du Pentagone et de la Maison Blanche. « Le choix de l'axe USA-Europe est fondamentalement idéologique, absurde et néfaste dans ce cas. Il contribue à pérenniser une prétention de force, une attitude de suprématisme qui n'est plus justifiée par rien par rapport au reste du monde (...). Il est accablant, avec un signe supplémentaire de l'inculture régnant dans ces élites, de voir se perpétuer la fable des "valeurs communes" pour justifier cet axe » souligne encore le site belge dans ce même article qui à la saveur d'une Guinness glacée (lien L'Irlande et notre American Dream).

 

Ce funeste vendredi 13 pour l'Europe impériale tombe bien mal aussi pour notre empereur de poche qui devait inaugurer une présidence qu'il imaginait déjà à la hauteur de sa grandiloquence et de sa fatuité (lien Bakchich). Notre Don Salluste national avait prévu, en plus de ses acclamations, un véritable feu d'artifice événementiel pour marquer le coup. Pas moins de 400 à 500 manifestations sont ainsi prévues en France sans compter les sommets, manifestations culturelles, colloques et autres conseils des ministres européens exceptionnels. La folie des grandeurs pour l'empereur miniature comme le résume assez bien Bakchich (lien) et...des caisses pas si vides que cela pour le petit Timonier qui a des caprices de plus en plus coûteux comme en témoigne sa dernière lubie aérienne (le Air force one de Sarkozy - lien Libération). Hélas, la verte Irlande a renvoyé tout ce joli monde en ébullition égocentrique au terminus des prétentieux. « Après le rejet massif du Traité constitutionnel puis l'échec du Traité de Lisbonne, la construction européenne connaît la crise la plus grave de son histoire. Une crise de croissance, face à une Europe élargie qui s'interroge sur ses frontières et sa puissance. Une crise de confiance des citoyens dans des institutions désincarnées et technocratiques. Une crise de croyance des Européens dans la capacité de l'UE à leur apporter le progrès économique et social. En témoigne l'ahurissant accord des 27 Ministres de l'emploi qui prévoit d"autoriser" les travailleurs Européens à travailler jusqu'à 60 ou 65 heures » constate également le blog Des mots et débats de Libération (Lien). Voilà un exemple plutôt édifiant de l'Europe nappée à la sauce américaine que l'on essaye de nous faire avaler à tout prix...


 




La seule chose qui nous reste est la création d'un 'Club restreint'  - Jean-Claude Juncker (Premier ministre luxembourgeois)

 

Sans doute un peu sonné par le « No » irlandais, le futur président de l'Europe s'active comme un beau diable pour tenter de sauver les meubles et de remettre à flot une barque trop chargée (27 pays) qui prend l'eau de toutes parts. L'insidieux doute a refait surface et il risque de ronger bien des enthousiasmes à moins que les bonimenteurs se transforment en tricheurs éhontés au vu et au su de tous. Dans cette Europe qui prétend représenter les aspirations des peuples, toute décision communautaire non approuvée par les peuples concernés, s'invite aussitôt dans la gouleyante tuyauterie parlementaire pour passer quand même en évitant tout nouveau débat et toute anicroche au processus. Voilà la pratique courante. Dernier subterfuge en date, la modification des règles du jeu en cours de partie... L'Irlande est le seul pays à jouir encore de la possibilité d'un référendum pour ratifier ou pas le traité ? Son refus devrait logiquement signer l'arrêt de mort de ce traité bricolé et confus. Pas grave...

« Si l'Irlande ne veut ou ne peut pas prendre le risque d'un nouveau référendum, nombre de dirigeants européens ont clairement fait savoir que le mouvement ne s'arrêterait pas. "Puisqu'il est de plus en plus difficile que tous les pays avancent du même pas, il est probable que la seule chose qui nous reste est la création d'un 'Club restreint'", a déclaré samedi le Premier ministre luxembourgeois Jean-Claude Juncker. (lien Libération). De mieux en mieux... Etonnante pirouette qui fait fi de toutes les règles établies pourrait-on s'exclamer. Pas vraiment de quoi sursauter pourtant, l'Europe, c'est l'Empire et l'Empire a des méthodes bien particulières de gouvernance et des principes démocratiques à l'élasticité stupéfiante comme en témoignent le camp de vacances de Guantanamo, le Patriot Act et autres décrets instaurant la paranoïa étatique et le contrôle de ses propres citoyens. Un modèle de société à suivre pour tous les européens assurément.

Vendredi 13 ou la malédiction, suite... l'Irlande qui compromet la fête annoncée de notre Aldo Macionne à Ray-Bans et qui ralentit la gigantesque machine à digérer l'héritage philosophique et politique des Lumières pour recracher benoîtement une vulgaire mentalité de marchand de soupe OGM et de pillard planétaire. Un vilain coup de blues vraiment pour le maître de cérémonie qui piaffait d'impatience d'en mettre plein la vue au monde entier d'autant que l'ambiance n'est pas bien folichonne à la cour des miracles...annoncés et que l'on attend toujours. Inflation, croissance inexistante, balance commerciale morose, l'or noir au plus haut, la bonne blague du pouvoir d'achat, les dépenses somptuaires pour assurer le train de vie du vilain petit canard à la démarche pataude, soit autant de mauvais chiffres et de piètres résultats que l'on peine à maquiller. La novlang utilisée en permanence par nos gouvernants atteint ses limites lorsque le compte des uns et des autres se retrouve en négatif le 15 du mois et que le réfrigérateur ne refroidit plus que son squelette métallique. Atmosphère, vous avez dit atmosphère ? A défaut de pain pour le peuple, il reste les paillettes et la tournée programmée du cirque bariolé avec ses gladiateurs à écussons et à crampons pour égayer ce mois de juin à l'incertaine météo. Le foot, vite ! Vive le roi des sports pour que le peuple commente autre chose que les frasques royales et  qu'il braille autre chose que des slogans vindicatifs et anarchistes !

L'Euro 2008, voilà un petit mois de trêve qui arrive au bon moment pour un gouvernement fantôme rongé par les dissensions internes, les intrigues en tout genre et l'atmosphère corrosive des cours impériales avec ses courtisans et courtisanes affairés. Un mois de diversion, de ballon rond, de carré vert, un mois d'effort, de ferveur et de sueur pour faire oublier une année entière de désillusion totale. De quoi glisser doucettement vers les vacances avant une rentrée sociale qui s'annonce déjà chargée. La France est de retour braillait le joyeux bambin épinglé par PPDA qui a fait les frais de son moment de lucidité journalistique. Une promesse de spectacle tenue d'ailleurs par ce spécialiste du one-man-show qui concurrence le vieillissant Berlusconi en faisant beaucoup rire nos voisins avec ses mémorables saillies, son bon goût notoire et son inflation du moi toute l'année... L'Europe en cale sèche ? Place à l'Euro arrosé ! Les Bleus, c'est bon pour le vague à l'âme, une épopée pimpante avec tambours et trompettes, la France qui gagne, l'apologie de l'effort et du travail, la France métissée, un ballon que l'on shoote jusqu'en finale et c'est la courbe de popularité de l'imposteur qui reprendrait mécaniquement son envol... Mais, Domenech, le roi des étoiles, avait oublié que la constellation bleutée ne brille pas sans sa comète kabyle... Catastrophe !  Ce vendredi 13 avait un air chafouin de trouble-fête puisque les Bleus se sont complètement écroulés face à des Orange pressés d'en finir avec une équipe qui a plus sa place au musée Grévin que sur les pelouses de l'Euro. Exit la diversion !

Vendredi 13 juin 2008 ? Un terrible vendredi pour notre GO préféré, un véritable bûcher des vanités avec ces deux tuiles qui dégringolent sur le toit du monde. Quelle panade pour l'intéressé qui rêvait de panache... Heureusement, l'ami Bush traîne dans le coin pour sa tournée d'adieu en vedette américaine, rallumant au passage des étoiles dans le regard torve et brouillé de Nicolas 1er  que seules de douces berceuses italiennes arrivent à dérider parfois. Quelqu'un de bien ce George et qui mérite vraiment que l'on déroule le tapis rouge à cette heure où il s'apprête à rejoindre les poubelles encombrées de l'histoire. Un farceur avec du sang sur les mains ? Non ! Un précurseur et un pionnier... On en reparlera un de ces jours...

 

 

Liens :

 

L'Irlande dit «Non» au mini-traité (Le Figaro).

 

OGM: Quand Monsanto sème la terreur (Rue 89)

 

L'Irlande et notre American Dream (De Defensa)

 

Douche irlandaise pour Sarkozy et l'Europe (Bakchich)

 

Présidence française de l'UE : Sarko a la folie des grandeurs (Bakchich)

 

Le futur «Air Force One» de Sarkozy ? (Libération)

 

Non irlandais: l'Europe contre le peuple ? (Des mots et débats - Libération)

 

Ballet diplomatique pour sauver le traité européen de Lisbonne (Libération)

 

Sarkozy et Bush n'en finissent pas de célébrer leur amitié (Libération)

 

 

See U

 

DJ CC Jung

 

Publié dans Omegactualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

eva journaliste-resistante 26/06/2008 02:33

BonjourVoici le commentaire qu'on m'a envoyé :
J'arrive sur votre blog avec satisfaction. D'autant qu'il est plaisant de voir une femme s'engager et penser de façon si clairvoyante sur ces sujets régulièrement dénigrés en "théories de conspirations" (finalement ça n'est pas faux, mais le ton qu'on lui donne va dans le sens inverse de ce qu'il devrait), dans ce domaine je ne rencontre quasi uniquement que des hommes. Continuez ! Je vous conseil un blog d'un ami, savoureux : http://omegalpha.over-blog.com/
Ecrit par : Crodoff | 26.06.2008 je suis venue voir, et je me suis abonnée !amicalement Evahttp://r-sistons.over-blog.com

cc jung in effect 26/06/2008 19:27


Merci !