Tibet, un clash et des clichés

Publié le par cc jung in effect

 L'actualité est dominée par l'insurrection au Tibet. Les communiqués rageurs des uns remplacent les récits horrifiques des autres à la Une de nos quotidiens. La situation apparaît simple en apparence avec ces gentils moines qui manifestent pour plus de liberté et des autorités de Pékin sourdes aux revendications et brandissant les baïonnettes et les baillons pour faire taire la clique des renégats. Trop simple en fait puisqu'un petit détour sur la toile qui regorge de sources d'informations diverses et variées, nous permet de dresser un tableau avec beaucoup moins de couleurs primaires et beaucoup plus de dégradés grisâtres et de camaïeux. Le paysage politique du toit du monde devient beaucoup plus trouble et nuageux et quelques ombres viennent même se glisser dans la dramaturgie officielle. Il faut toujours lire le petit a) avant le Tibet des médias...

 

La perche tendue était trop belle pour ne pas tomber dans les filets de l'actualité et hameçonner l'opinion publique. A quelques mois des Jeux Olympiques de Pékin, le Tibet s'invite donc sur le devant de la scène et refait parler de lui. Médiatiquement, le timing est presque parfait puisque tous les regards vont converger vers cette messe planétaire et sportive (les JO), vers cette scène mondiale où le grand Dragon chinois s'active pour concocter la plus belle des parades et signer ainsi son tonitruant retour au sein des superpuissances planétaires. C'est l'Empire du Milieu qui s'éveille d'un long sommeil marxiste avec ses chiffres de croissance impressionnants, son expansionnisme économique méthodique et...une épine dans le pied du colosse bridé, ce fameux Tibet. Puisque le pays des moines souhaite attirer notre attention, faisons l'effort de regarder l'affaire de plus près, histoire de mettre justement un petit a avant le grand Tibet pour paraphraser notre jeu de mot hasardeux.

 

L'histoire pourrait en effet être simple, un joli conte comme aiment à le raconter nos amis clairvoyants de Reporters sans frontières mais pas sans œillères... Le sémillant Robert Menard vient d'ailleurs d'être récompensé pour l'ensemble de son œuvre (lien Libération sur la Légion d'honneur - Nouvel Obs) qui consiste à systématiquement pointer du doigt là où il convient de regarder et de s'indigner (Chine, Cuba, Venezuela, bref tous les ennemis de l'Empire, lien Voltaire). Le tout bien sûr en oubliant les atteintes répétées à la liberté de la presse en occident (lien sur Murdoch - Le Monde), en feignant d'ignorer la censure insidieuse et permanente (lien le Monde sur le sous-préfet limogé), en taisant l'islamophobie érigée en valeur montante de l'Europe vassalisée (lien le Monde sur le film du député d'extrême droite Geert Wilders) et en cautionnant la manipulation permanente de l'info par l'Empire. Mais, revenons donc à nos Bhikkhus, à nos moines mendiants... La problématique tibétaine pourrait aisément se décliner comme un conte, un récit qui débuterait par l'histoire des gentils lamas persécutés par d'affreux rejetons de Fu Manchu, cruels au possible et totalement imperméables à la si belle philosophie bouddhiste de la non-violence. Les méchants et les gentils, le scénario simpliste estampillé « néo-cons » est invariable et tellement pratique pour impacter cette opinion publique qui a sans cesse besoin d'être éduquée. Hélas, la réalité a le mérite de ne jamais être simple...

 
 

Pas question de se fâcher avec la Chine...

 

 

L'actualité d'abord...Quelles sont les dernières informations tombées sur les fils info ? Libération nous annonce gravement que la Chine ne lâche rien (lien) tout en pointant l'ambiguïté de la communauté internationale et...du Pape (lien Libération sur le discours du souverain pontife) dans un édito lapidaire (lien). « Le pape lui-même, qu'on connaît plus combatif quand il s'agit de ses relations avec l'islam, s'est contenté hier de mettre le Tibet en queue de sa liste des situations pour lesquelles il faut trouver des «solutions qui sauvegardent le bien et la paix». « Plus combatif  quant il s'agit de ses relations avec l'Islam » certes mais n'oublions pas que les deux principales multinationales de la foi s'affrontent à un niveau planétaire pour acquérir des parts de marché de nos âmes en perdition tandis que l'Empire du Milieu constitue pour le moment un « gigantesque réservoir potentiel de catholiques ». Là où l'on attendait de la politique, des sermons enfiévrés et d'outrés tressaillements de calotte blanche papale, il y a un business-plan avec un marché chinois à démarcher en douceur pour nos VRP en soutanes et autres politiques.

 

« Pas question de se fâcher avec la Chine » regrette donc l'éditorialiste qui espère au passage que notre cher Président fera le geste idoine pour redorer son blason terni et faire oublier les éclats tapageurs de sa Rolex et de son artifice italien. Comment ? Un boycott ? Nous voilà en plein dans la démonstration ostentatoire et les effets de manche pour se donner bonne conscience et singer une posture gaullienne à peu de frais ou presque puisque le diktat de l'économie...bride bien des envolées. Selon un sondage CSA cité dans l'article de Libération relatif à l'intransigeance de Pékin, 53 % des Français souhaitent que Nicolas Sarkozy boycotte la cérémonie d'ouverture, c'est dire si le Tibet a une bonne presse dans l'opinion publique et au sein même de ce blog comme en témoigne une bannière qui flotte depuis quelques jours.

 

 

Le mythe du Tibet

 

 

Etre partisan de l'autonomie de ce pays ne signifie nullement adhérer sans faille au mythe du Tibet (lien Mondialisation) car il s'agit bien d'une forme de mythologie arrangée avec sa part d'ombre que l'on laisse soigneusement dans un coin et ses éclats que l'on prend bien soin de faire miroiter sous les sunlights d'Hollywood et les lambris des chancelleries. Les gentils bonzes à la robe safran, le bouddhisme Vajrayana (« véhicule de diamant »), le Palais du Potala, les thangka et mandalas colorés, la filiation des Dalai Lamas par la réincarnation et toute cette imagerie brillamment mise en scène par le réalisateur Bernardo Bertolucci dans « Little Buddha » (dédicacé à Francis Bouygues ...), ne devraient pas nous empêcher d'ouvrir les livres d'histoire ou les encyclopédies en ligne comme Wiki (lien, très instructive lecture) pour y voir plus clair.

 

On y découvre des informations passionnantes sur ce Tibet qu'il s'agit de libérer de la tutelle chinoise comme le fait que cet état éphémère (1913 - 1950) a vécu...en symbiose pendant des siècles avec son puissant voisin. Le Tibet était considéré alors comme l'une des provinces éloignées de l'empire avec un gouvernement autonome à l'occasion sans jamais s'affranchir véritablement de son statut de vassal de l'empereur chinois. La coopération entre les deux peuples a pris au cours de l'histoire, de multiples formes et des tournures surprenantes comme ce pacte liant les deux entités où l'une garantissait la protection militaire (Chine) tandis que les Tibétains réputés pour leurs pouvoirs magiques (le Vajrayana est la branche la plus ésotérique du bouddhisme) assuraient le volet céleste du bouclier commun. Objet de bien des convoitises du fait de ses ressources naturelles (or, pétrole, uranium, lithium, gaz, bauxite, cuivre, étain), le Tibet a subi sa première véritable colonisation à l'ère moderne en 1904, les bourreaux du moment qui ont sévèrement réprimé les contestataires locaux portaient...l'uniforme britannique.

 

Abandonné par les troupes de Sa Majesté en 1950, ce pays splendide coincé entre l'Inde et la Chine sera repris dans la foulée par l'armée populaire chinoise. Six années plus tard, les Tibétains se soulèvent contre l'occupant chinois, une insurrection qui culminera en 1959 avec la sanglante répression de Lhassa (la capitale) entraînant la fuite du Dalai Lama en Inde et l'exil d'une centaine de milliers de ses concitoyens. Un évènement qui laissera une marque durable et des traces dans la conscience de ce peuple (lien - 3 questions à... Jean-Paul Ribes - Nouvel Obs). Le bilan de cet effroyable carnage est estimé à plusieurs milliers de manifestants tués et objet depuis, de bien des polémiques entre les deux parties. Ce qu'il y a de sûr, c'est que toutes les manifestations en faveur de l'indépendance ont été sévèrement réprimées comme celle qui a éclaté en 1989 et qui fera 400 morts et donc la plus récente qui se déroule en ce moment même au bilan toujours incertain (Liens Nouvels Obs - Libération).

 

 

Pékin a décrété que personne ne pourrait être réincarnée sans sa permission...

 

 

Face à cette province aux velléités sécessionnistes, le pouvoir chinois n'a jamais lésiné sur les moyens de pression et d'oppression pour rétablir l'ordre. Harcelés, les maîtres du bouddhisme tibétain ont pris le chemin douloureux de l'exil pour éviter celui des prisons et de la torture pendant que les mêmes autorités chinoises démolissaient méthodiquement les temples qui constituent des sanctuaires et des réceptacles de la tradition et de l'histoire de ce pays. Dernière provocation en date, « le gouvernement chinois vient de porter un coup bas à l'un des principes fondamentaux du bouddhisme tibétain, la réincarnation. «Pékin a décrété que personne ne pourrait être réincarnée sans sa permission, explique Kate Saunders. C'est politique, il s'assure comme cela le contrôle de la désignation du prochain Dalaï-Lama.» (Lien 20 MN - «Les gens attendent depuis tellement longtemps pour agir»). Une politique agressive qui s'ajoute au désagrément de la colonisation par le peuplement et les déboires engendrés par la construction de la ligne ferroviaire Pékin -Lhassa qui n'amène pas que le progrès. « Pékin vient de lancer une nouvelle campagne visant à sédentariser les nomades, ce qui oblige les Tibétains à abandonner leurs terre et leur mode de vie; l'arrivée massive d'ouvriers migrants Han (ethnie majoritaire du pays) pour la construction du chemin de fer au Tibet inauguré en juillet 2006 a aussi été mal prise par les locaux. » (20 MN).

 

Nous voilà au cœur du véritable problème tibétain avec une occupation aux méthodes impitoyables, des colons de plus en plus présents, une surveillance paranoïaque des autorités, une ligne ferroviaire qui ressemble furieusement à un toboggan pour déverser encore plus de migrants, un chômage au plus haut, une culture et une spiritualité tibétaines en voie de délitement, un saccage écologique en cours de ce qui était l'une des plus belles réserves naturelles en matière de biodiversité avec la déforestation massive et une pollution dramatique due à l'exploitation anarchique des mines d'uranium par la Chine. Bref de quoi se fâcher et voir tout rouge mais sans les étoiles jaunes sur le drapeau. Un sentiment d'exaspération tellement prégnant que ce très ancien peuple de guerriers a perdu sa proverbiale retenue pour se livrer à des exactions terribles qui vont du lynchage de policiers et de civils chinois à la chasse à l'homme comme l'indique l'un des rares témoignages fiables recueillis sur place (lien - Un touriste français à Lhassa: "Une ambiance de guerre civile" - Rue 89). Voilà une information qui ne cadre pas vraiment avec le Tibet fantasmé par l'opinion publique mondiale...

 

 

Sa Sainteté Tenzin Gyatso se garde bien d'afficher ses convictions politiques

 

De la même manière, il convient de scruter toutes les sources d'information dont nous disposons pour se faire une idée plus précise des tenants et aboutissants de cette affaire tibétaine. Dans cette guerre médiatique entre les médias de l'Empire largement enclins à la cause tibétaine (très hype à Hollywood) et la machine de propagande chinoise, tout les coups sont permis et le débat fait rage sur la toile entre partisans de l'un ou l'autre des camps. Internet est devenu d'ailleurs un champ de bataille incontournable et la décision des autorités chinoises de bloquer l'accès à Youtube (lien Le Monde) entre dans cette stratégie globale de contrôle et de pare-feu et...de contre-attaque. Le site Bellacio que l'on pourrait cataloguer très à gauche et pas très loin des communistes, a ainsi mis en ligne une série d'articles et de contributions de sympathisants qui méritent une lecture attentive.


 
« Quelle tyrannie pour le Tibet ? » s'interroge ainsi un rédacteur qui renvoie dos à dos l'occupant chinois et la théocratie qui régissait auparavant le Tibet avec sa classe dirigeante (les moines) et leurs serfs dévoués (le peuple), une appellation soft pour ne pas parler de castes et d'esclavage... C'est l'un des arguments fétiches de la propagande chinoise, le fait d'avoir délivré la population d'un système féodal que résume Elizabeth Martens dans un ouvrage présenté également en ligne : « Histoire du bouddhisme tibétain : la compassion des puissants » (lien Bellaciao - « Ce que le Dalaï Lama ne dit pas sur le Tibet et sur sa doctrine »). Les autres liens proposés par le même site nous dépeignent un Dalaï Lama bien loin de l'image douce et zen qu'il véhicule dans nos médias enamourés. Sponsorisé par la CIA qui a formé dans les années cinquante des commandos tibétains, sa Sainteté Tenzin Gyatso se garde bien d'afficher ses convictions politiques et sa vision du monde qui se rapprochent plus d'un anticommunisme viscéral façon révérend Moon, d'un conservatisme que n'aurait pas renié le très progressiste Jean Paul II et d'une fascination sans borne pour ce merveilleux pays qu'est décidément les USA. « Les champions de la démocratie et de la liberté » affirme même celui qui vient de recevoir la plus haute décoration du Congrès américain des mains de l'Empereur en personne (lien Rue 89). Les populations afghanes et irakiennes sont certainement du même avis et partagent à n'en point douter cet enthousiasme délirant. Le blog de Michel Collon nous apprend également que l'apôtre de la paix et de la tolérance « condamne les mariages mixtes entre Tibétains et « les autres » et ce, afin de préserver la pureté de la race opprimée. » et qu'il bénéficie de la sollicitude de bien des leaders de l'extrême droite européenne. Curieux attelage quand même qui nous fait rappeler l'étrange fascination des Nazis pour le Tibet qui les poussera même à détourner la staviska pour agrémenter leur macabre cérémonial de magie démoniaque et sacrificielle. Nous voilà rendus très loin des frasques du futur petit lama de « Little Buddha », non ?

 

La Chine ne peut se permettre de perdre l'une des pièces du puzzle national

 

 

Difficile donc de se faire une opinion tranchée dans cette histoire avec ce Dalai Lama qui bénéficie d'un soutien feutré des USA (même article Rue 89) pour cause de partenariat économique majeur avec l'Empire du milieu ce qui lui évite, pour l'instant, une dégringolade plus sévère du dollar et donc de son économie. Le business est bien la seule morale des dirigeants de cette planète, nous en avons encore ici la preuve... Que va faire la Chine ? Si l'on en croit les messages distillés, les autorités de Pékin sont bien décidées à mater la rébellion (Liens Libération - Reuters) et ne semblent pas partager les vues du gouvernement tibétain en exil qui réclame une autonomie à défaut d'une véritable indépendance. La Chine qui reste l'un des derniers empires constitués, ne peut se permettre en effet de perdre l'une des pièces du puzzle national sous peine d'éclatement à moyen terme de la même manière que l'URSS a été dynamitée en quelques années par les proclamations successives d'indépendance de ses régions turbulentes.

 

Un air de déjà-vu donc qui explique la ferme prise de position de Moscou qui soutient Pékin et sa politique impitoyable (lien Reuters). Un processus d'effritement et un effet domino en URSS encouragés et financés à l'époque par le département d'état US via des ONG de défense des libertés, de la presse et autres cache-nez de la CIA. Des officines spécialisées dans les coups fourrés, la formation d'opposants, les comités de soutien et de défense et la planification des révolutions orange, fleurie, douce, etc. Voilà comment l'on retrouve au détour de notre panorama, nos chers amis de RSF, les plus ardents défenseurs du Tibet médiatique, les intrépides champions de la démocratie qui oublient une occupation encore plus féroce, un lent génocide avec tous ses symboles mortifères (arrestations de masse, barbelés, tortures, privations, tirs sur la foule), une colonisation qui a fait mille fois plus de victimes, celle de la Palestine, celle qui n'émeut personne. Ici point de boycott mondial, point d'agitation cathodique, de débats, de pression populaire (lien sur l'appel des prix Nobel - Nouvel Obs), de manifestations à l'échelle mondiale, pas même le droit d'évoquer le sujet comme l'a sans doute maintenant compris le sous-préfet puni, juste un silence gêné pour accompagner le deuil d'un peuple qui dure depuis 60 années. L'Empire a des indignations très sélectives. Fermons la douloureuse parenthèse.

 

Que conclure ? Cyniquement que le Tibet a de bons attachés de presse et peu de chances de se dépatouiller de la tutelle chinoise en dépit des remous vaguement hypocrites puisque le mal est fait depuis longtemps avec l'attribution des Jeux Olympiques à Pékin pour contenter ces multinationales qui lorgnent sur le fabuleux marché chinois et qui n'ont que faire des droits de l'homme. On se doute que les vraies puissances, celles capables d'agir et celles qui dirigent le monde ne sont jamais très éloignées du tiroir-caisse. Conclusion : les Jeux Olympiques n'ont rien à craindre. Maintenir la pression sur la Chine, voilà finalement une bonne manière de maintenir enfoncé l'aiguillon qui devrait faire boiter le géant chinois, ralentir un peu sa marche conquérante (on pense au Darfour qui doit compter quelque part dans ces coups à trois bandes) et ternir son image. Autre enseignement de ces évènements, le Dalai Lama qui est un formidable vecteur de communication pour le peuple tibétain semble un peu dépassé par la tournure que les évènements ont pris, quoi qu'il en dise (Lien Le Monde). La nouvelle génération qui manifeste un peu partout au pays apparaît comme lassée par le beau discours pacifiste, la représentation hollywoodienne et autant de symboles clinquants qui ne font pas vraiment avancer les choses (lien sur la jeune garde tibétaine - Libération). Deux options restent donc ouvertes, celle d'une pression de la communauté internationale pour adoucir l'occupation chinoise et contraindre Pékin à envisager une forme d'autonomie relative qui a fonctionné pendant des siècles, soit un durcissement de l'insurrection avec des prolongements violents (terrorisme, lutte armée). Rien de plus finalement qu'une mise en conformité du dragon chinois selon les normes impériales avec ses terroristes, ses inimaginables attentats et ses prisons secrètes. Rien de bien réjouissant en somme pour le peuple tibétain qu'il faut soutenir lucidement.

 

 

 

Liens :

 

Légion d'honneur pour Bernardette Chirac, Christian Clavier... (Libération)

 

Reporters sans frontières compte intervenir jusqu'à l'ouverture des jeux Olympiques (Nouvel Obs)

 

N.B : Robert Menard de RSF a déclaré que « la Chine est la plus grande prison du monde » en oubliant de préciser que proportionnellement au nombre d'habitants, le pays qui a la plus forte proportion de prisonniers est... les Etats-Unis d'Amérique (1% des Américains derrière les barreaux - lien Libération). Un trou de mémoire sans doute...

 

Reporters sans frontières contre le Venezuela (Mondialisation)

 

Pourquoi l'Unesco ne peut pas s'associer à Reporters sans frontières (Voltaire)

 

Un sous-préfet limogé après avoir publié une tribune anti-israélienne (Le Monde)

 

Rupert Murdoch reconnaît imposer son "contrôle éditorial" sur ses journaux tabloïds (Le Monde)

 

Le film sur l'islam du député néerlandais Geert Wilders bloqué par un fournisseur d'accès à Internet (Le Monde)

 

Tibet : Pékin ne lâche rien (Libération)

 

Le pape lance un message de paix et évoque le Tibet (Libération)

 

EDITORIAL  Ambiguïtés (Libération)

 

Le mythe du Tibet - par Michael Parenti (Mondialisation)

 

Tibet par Wiki

 

3 questions à... Jean-Paul Ribes (journaliste) : "Pékin a entamé un nettoyage politique au karcher" (Nouvel Obs)

 

Tibet: «Les gens attendent depuis tellement longtemps pour agir» (20 MN)

 

Des centaines de tués dans les émeutes au Tibet (Nouvel Obs)

 

Le gouvernement tibétain en exil fait état de 130 morts (Libération)

 

Tibet: «Les gens attendent depuis tellement longtemps pour agir» (20 MN)

 

Un touriste français à Lhassa: "Une ambiance de guerre civile" (Rue 89)

 

La Chine bloque YouTube dans le volet électronique de sa "guerre populaire" au Tibet (Le Monde)

 

Quelle tyrannie pour le Tibet? (Bellaciao)

 

Ce que le Dalaï Lama ne dit pas sur le Tibet et sur sa doctrine Ce que le Dalaï Lama ne dit pas sur le Tibet et sur sa doctrine (Bellaciao)

 

La Chine, le Tibet et le Dalaï Lama (video)  (Bellaciao)

 

La CIA : "C'est nous qui avons préparé l'insurrection au Tibet" (Bellaciao)

 

Le Dalaï Lama : "Les Etats-Unis sont les champions de la démocratie et de la liberté" (MichelCollon.info)

 

Tibet: le soutien ambigu des Etats-Unis au dalaï lama (Rue89)

 

Pékin fustige le dalaï-lama, nouveaux troubles au Tibet (Libération)

 

Pékin accuse le dalaï-lama de préparer des actions terroristes (Libération)

 

Moscou soutient la Chine contre les "actions illégales" au Tibet (Reuters)

 

L'armée chinoise prête à mater les troubles tibétains (Reuters)

 

Vingt-six prix Nobel appellent à la fin de la "répression" (Nouvel Obs)

 

Manifestations lors des cérémonies olympiques en Grèce (Libération)

 

Le dalaï-lama veut renouer le dialogue avec Pékin mais en appelle à la communauté internationale (Le Monde)

 

La jeune garde tibétaine sourde à la modération du dalaï-lama (Libération)

 

Victoire de l'opposition à Taiwan, en dépit du Tibet (Rue 89)

 

Blogs et sites de soutien au Tibet :

 
Tibet - Wikipédia
 
http://www.tibet-info.net/   
 
http://www.tibetonline.fr/music/tibetonlinemusic.html (Musique)
 
 
France Tibet
 
[Tibet-info.net]
 
Bienvenue sur Tout sur le Tibet !
 
Tibet défense. Site d'information sur le peuple tibétain.
 
Association Solidarité Tibet
 
Le Tibet en images (Google)
 
See U

 

DJ CC Jung

 

 

Publié dans Omegactualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article