Le "Grand Moyen-Orient" fait encore des siennes (2)

Publié le par cc jung in effect

Après la première partie consacrée à la situation du Moyen-Orient avec un focus sur le Liban et le plan de remodelage de la région, il est grand temps de s’intéresser à la situation catastrophique des Territoires occupés. Voilà un épisode tragique qui perdure depuis tellement longtemps que l’opinion publique ne semble plus guère s’émouvoir du sort des malheureux Palestiniens. Question d’habitude sans doute et d’habileté de la propagande impériale…

 

Stratégie de tension...



Des signes pour le moins inquiétants s’accumulent encore… La première partie de cet article était consacrée à la situation au Moyen-Orient et à l’activisme retrouvé des « Néo-cons » locaux et de leurs alliés américains en prenant pour toile de fond la guerre du Liban et la déstabilisation de ce pays comme des exemples probants d’une infatigable volonté de torpiller toute tentative de stabilisation régionale. La dernière péripétie en date était d’ailleurs l’apparition de navires de guerre US au large des côtes libanaises pour une mission dite de « stabilisation de la région » comme l’indiquent les inventifs spécialistes de la Novlang impériale. C’est sans doute le sens de la mission (lien Libération – partie Actualité immédiate) de la responsable de la diplomatie américaine, Condoleezza Rice qui a effectué une tournée au Proche-Orient pour tenter de sauver un processus de paix enclenché par la conférence d’Annapolis (novembre 2007) et sérieusement compromis après la nouvelle campagne d’Israël dans les territoires occupés. Cela, c’est la version officielle qui voudrait que le président américain George.W. Bush se soit donné pour objectif principal d’obtenir une avancée significative dans le dossier du conflit israélo-arabe avant la fin de son mandat, histoire de contrebalancer son bilan absolument calamiteux en matière de politique étrangère. Dans un même temps donc, la Maison Blanche envoie des émissaires attentionnés pour faire le tour des capitales régionales pour calmer les esprits échauffés tout en massant de nouveaux bâtiments de guerre en face des côtes libanaises (lien Nouvel Obs – Libération). Cherchez l’erreur ou plutôt les erreurs car il y en a…plusieurs.

La première erreur et non des moindres serait de se fier à l’agenda international de la diplomatie américaine qui tient du leurre absolu et de l’imposture érigée en système qui a fait ses preuves. Pour tout ce qui concerne la situation dans le Moyen-Orient et le conflit israélo-arabe, les USA apparaissent abusivement comme l’élément principal d’un jeu d’échecs compliqué à souhait et comme les seuls susceptibles de débloquer une partie engagée depuis des lustres sur de mauvaises bases. Le soutien inconditionnel des Américains à la classe dirigeante d’Israël en dépit de ses innombrables turpitudes locales, explique d’emblée le sentiment d’impunité totale qui anime les faucons de Tel-Aviv. Un passe droit impérial qui n’est pas de nature à freiner le bellicisme effréné des faucons israéliens et qui hypothèque l’ouverture d’un semblant de processus de négociation. Mieux, cette attitude on ne peut plus conciliante et partiale, doit amener chacun à s’interroger sur la drôle de complicité qui unit les deux danseurs de tango comme nous l’avons évoqué dans la première partie de cet article. Ce sont pourtant ces protecteurs attentionnés de l’irascible état hébreu ou ces mêmes manipulateurs qui ont transformé Israël en base avancée de l’Empire, qui sont sans cesse priés par la communauté internationale de servir d’arbitre équitable dans un conflit qui nécessite un doigté et une sincérité sans faille pour avoir la moindre chance de s’aplanir. Drôle de règlement quand même pour ce jeu macabre pour les seuls Palestiniens où l’arbitre et l’un des joueurs affichent leur connivence depuis des décennies tout en se prétendant d’une bonne foi absolue pour disputer une partie guerrière en toute « sportivité ». Voilà un écueil majeur qui explique que la situation régionale semble figée depuis belle lurette sans espoir d’une évolution positive. Le jeu est complètement faussé depuis le début puisque les règles sont fixées unilatéralement par l’un des protagonistes avec la complicité de celui que l’on a chargé de faire appliquer le règlement ! Condoleezza Rice peut donc vadrouiller à sa guise d’une capitale arabe à une autre en passant par Jérusalem pour assurer que les USA oeuvrent pour la paix et la stabilité au Proche-Orient sans autre effet…que l’effet d’annonce et ceux du jet-lag pour la voyageuse. Une pure diversion en somme.



Le sceau de la « stratégie de la tension »


La seconde erreur est d’imaginer que les « Néo-conservateurs » ont perdu la main au sein de l’administration Bush et qu’ils attendent patiemment la fin du mandat présidentiel pour redéfinir leurs objectifs de prédation en humant le vent nouveau. Comme nous l’avons déjà indiqué dans la première partie, les provocations se sont multipliées depuis des semaines comme autant d’amorces pour réactiver le foyer local de tension : assassinat de l’un des fondateurs du Hezbollah, Imad Moughnieh à Damas le 12 février dernier, blocage du processus électoral au Liban (Lien Reuters, partie Actualité immédiate) et une nouvelle campagne sanglante de Tsahal dans les Territoires occupés. Le dernier et très inquiétant signe d’un regain de tension au Moyen-Orient reste l’alarmante démission de l’amiral Fallon qui était quand même le chef des forces américaines en Irak et en Afghanistan (liens Figaro – Le Monde). Considéré à juste titre comme un « modéré » dans le cénacle militaro-industriel qui dirige la première puissance mondiale, William Fallon, entouré de nombre d’amiraux de l’US Navy, a longtemps freiné les velléités guerrières de la Maison Blanche à propos de l’Iran en agitant le spectre de sa démission et d’une quasi insurrection dans les rangs de l’armée impériale en cas de coup de force. Officiellement démissionnaire à la suite d’un article très critique à l’encontre de l’administration Bush et du Pentagone paru dans le prestigieux Esquire (lien De Defensa – « un article trop loin »), l’amiral Fallon n’aurait pas supporté en fait les entourloupes des « Néo-cons » à propos d’un accord secret intervenu entre l’Empire, la Chine, la Russie et l’Iran relatif à la situation en Irak selon le bien informé Réseau Voltaire (lien). Liban, Iran, Irak, Syrie, Territoires occupés, Israël, toutes ces points chauds se tiennent d’une manière ou d’une autre et s’imbriquent dans un maillage serré qu’il faut défaire patiemment pour suivre le fil rouge des évènements placés sous le sceau de la « stratégie de la tension » (lien Wiki). On occultera momentanément le volet irakien - iranien de notre analyse, ce sera le sujet d’un prochain article.

Reprenons donc notre ouvrage avec patience et détermination pour démêler ce qui semble inextricable, ce flou est d’ailleurs bien utile pour masquer les manœuvres en cours dans la région aux yeux d’une opinion publique occidentale peu encline aux subtilités parfois surréalistes de la politique au Moyen-Orient. Un flou artistique qui arrange la machine de communication impériale qui peut ainsi redistribuer les rôles avec son manichéisme enfantin  « made in Hollywood » avec de méchants arabes terroristes et sournois d’un côté, de vaillants israéliens qui survivent au siège barbare avec l’aide de l’Empire du Bien de l’autre. Un scénario bien ficelé par les propagandistes du « choc des civilisations » qui gagne du terrain y compris dans notre beau pays des droits de l’homme (lien Mondialisation – « L’islam imaginaire : la construction médiatique de l’islamophobie en France » - partie Cèdre et cendres). Trop simpliste pour prendre durablement ? Plus le mensonge est gros et plus il passe bien dans l’opinion, souvenez-vous du lien « avéré » entre Saddam Hussein le pendu et Al Quaeda les barbus au lendemain du 11 septembre 2001 (lien Le Monde – « Le Pentagone avoue discrètement qu'il n'y avait pas de lien entre Saddam Hussein et Al-Qaida »). 



Cette manie des Palestiniens d'ennuyer les pacifiques israéliens


Honneur aux anciens Phéniciens pour commencer notre rapide tour d’horizon de la situation dans la région. Premier foyer en surchauffe, le pays du Cèdre. Le Liban est en effet au bord de la guerre civile du fait de l’évidente crispation politique induite par toute une série d’évènements qui vont dans le même sens. Le mot magique pour comprendre l’imbroglio libanais est Hezbollah, le cauchemar impérial par excellence. La guerre israélo-libanaise de 2006 visait à éradiquer cette milice chiite constituée après l’occupation israélienne en 1982 pour avoir les coudées franches dans le cas d’une attaque de la Syrie et de l’Iran. Raté ! La seule milice libanaise a tenu tête à la plus puissante armée régionale (IDF, armée israélienne) tout en se trouvant naturellement confortée par cette victoire probante. Incontournable force politique désormais, la milice s’est intelligemment alliée avec d’autres partis politiques libanais (le parti du général chrétien Michel Aoun et le mouvement Amal, un parti nationaliste chiite). Un assemblage politique pour contrecarrer l’alliance du 14 mars regroupée autour de Saad Hariri, le pion de l’Empire. Loin de vouloir un gouvernement de coalition et de réconciliation, les USA et Israël ont décidé de pourrir la situation en bloquant le processus électoral et en multipliant les provocations pour rallumer une guerre civile plus propice à une redistribution des cartes. En clair, créer les conditions pour imposer un docile gouvernement sous tutelle impériale, ce qui chagrine la Syrie encore présente dans le jeu libanais. Le mitraillage d’une foule pacifique et la manipulation d’une milice palestinienne implantée (Fatah al-Islam) dans les camps de réfugiés à coups de dollars pour faire le coup de feu sans oublier le meurtre de l’un des fondateurs du Hezbollah, Imad Moughnieh, n’ont pas eu les résultats escomptés pour l’Empire. Seule certitude… Le Hezbollah prépare une vengeance cinglante (lien Bakchich). Température ? Chaude !

Aussi torride que l’opération israélienne dans les Territoires occupés baptisée justement « hiver chaud » par nos réconfortants poètes de Tsahal. Prétexte invoqué pour cette énième campagne sanglante ? Les tirs de roquette (Qassam) ! C’est quand même incroyable cette manie des Palestiniens de charger des tubes d’acier bricolés par le forgeron du coin avec divers projectiles pour ennuyer les pacifiques israéliens qui sommeillent paisiblement derrière le mur de la honte qui dévore le misérable confetti qui leur sert de prison surpeuplée à ciel ouvert. On a beaucoup de mal à comprendre l’agressivité déplacée des habitants de Gaza qui subissent un bouclage complet depuis des mois et autant de meurtriers tirs de missiles pour entretenir l’ambiance dans cette enclave misérable, privée d’eau, d’électricité et de vivres depuis sa prise de contrôle par le Hamas. Ce n’est pas très civilisé comme attitude et cela prouve bien que nous avons affaire à des barbares islamistes. On vous l’avait bien dit, le « choc des civilisations » existe bel et bien ! « Une comptabilité macabre. Dimanche, un éditorialiste de Haaretz calculait qu’en une après-midi Tsahal avait tué plus de Palestiniens que les Qassam n’avaient tué d’Israéliens en sept ans. En deux ans, l’armée israélienne a tué près de mille habitants de Gaza, dont la moitié de paramilitaires et la moitié de civils. On peut imaginer, écrivait le quotidien israélien, l’outrage mondial si les Palestiniens avaient fait la même chose, avec le même pourcentage. Les opérations militaires israéliennes ne font que renforcer son emprise sur le million et demi de Gazaouis, qui survivent dans des conditions de dénuement et d’isolation abjectes. » (Lien Libération « Outrage » partie Cèdre et cendres).


Une stupidité résultant d’un mélange d’arrogance et de mépris

C’est la faute du terroriste Yasser Arafat et du Fatah ! On a entendu pendant des décennies cette rengaine à propos de l’historique leader palestinien et la milice de l’OLP (Fatah). A lui seul, il torpillait la paix et ce machiavélique terroriste sabotait les innombrables accords conclus avec les si pacifiques hébreux. Arafat ? Le diable en personne coiffé d’un keffieh, l’ancêtre médiatique de Ben Laden en fait dans l’imagerie propagandiste des faucons islamophobes. Pour affaiblir ce charismatique défenseur de la cause palestinienne, les intrigants de Tel-aviv n’ont pas hésité à créer et encourager une fraction armée concurrente…le Hamas, plus radicale encore. Apprentis sorciers encore et toujours.... De la même manière que les services secrets pakistanais et saoudiens et la CIA ont inventé les Talibans avec la réussite que l’on connait, nos joyeux stratèges israéliens ont encouragé la formation du Hamas qui a fini par prendre effectivement le pouvoir dans les Territoires occupés à la faveur d’élections démocratiques… Une illusion amère de la démocratie. C’est à ce moment là que le ciel est tombé sur la tête des Palestiniens coupables d’avoir mal voté ! Parce qu’entre temps, les choses avaient évolué dans un sens opposé. Après l’OLP, le Hamas était devenu l’ennemi numéro 1. Il faut suivre les entrelacs sinueux de la stratégie impériale et se munir d’un efficace GPS pour garder le fil.

« Cette politique était, bien sûr, basée sur une totale incompréhension de l’islam et de la réalité palestinienne. Le Hamas fut officiellement fondé juste après le déclenchement de la première intifada à la fin de 1987. Les services israéliens de sécurité (connus sous le nom de Shabak ou Shinbet) l’ont beaucoup ménagé. Ce n’est qu’un an plus tard qu’ils ont arrêté le fondateur du mouvement, le cheikh Ahmed Yassine. Quelle ironie qu’aujourd’hui les dirigeants israéliens soutiennent l’OLP dans l’espoir d’affaiblir le Hamas ! Il n’y a pas de meilleure preuve de la stupidité de nos "experts" s’agissant des questions arabes, stupidité résultant d’un mélange d’arrogance et de mépris. Le Hamas est beaucoup plus dangereux pour Israël que l’OLP ne l’a jamais été. » note justement Uri Avnery, une des rares voix d’Israël à avoir gardé un minimum de lucidité (lien « Good morning Hamas – contreinfo). Et au milieu de ce jeu mortifère, ballottés au gré des fluctuations des plans impériaux, se trouvent nos pauvres Palestiniens qui attendent de voir un rayon de soleil depuis…plus de 60 ans ! Les manœuvres de déstabilisation des Territoires s’enchaînent imperturbablement depuis si longtemps que c’est devenu presque une routine pour l’occupant : un coup d’OLP puis le Hamas avant de revenir au point de départ (lien Mondialisation). De là à s’énerver et à balancer des Qassam sur les colonies juives qui gangrènent méthodiquement le peu de territoire qui leur reste, il ne faudrait pas que les Palestiniens exagèrent quand même ! C’est à ce moment-là généralement que la propagande entonne le couplet du Hamas terroriste entièrement responsable de cette situation après le début de guerre civile qui a embrasé les Territoires occupés. Voilà d’ailleurs une intéressante variation de l’expérience menée in situ dans les laboratoires que constituent les gigantesques geôles palestiniennes de Gaza et celle de Cisjordanie. Le moment où dans la cage surpeuplée, les rats exaspérés finissent par se dévorer entre eux dans cette prison devenue zoo selon les mots de Darryl Li (lien Mondialisation).

Sauf que dans cette histoire de coup de force inter palestinien… le Hamas a  subi les évènements plus qu’autre chose, la réécriture permanente de l’histoire est l’une des grandes passions impériales comme on le constate à chaque fois que l’on gratte le vernis de la communication propagandiste. « Un ancien conseiller néo-conservateur pour le Moyen-Orient du vice-président Dick Cheney, David Wurmser, a accusé l'administration Bush de s'être "engagée dans une sale guerre dans le but d'offrir la victoire à une dictature corrompue (menée par M. Abbas)".Il a indiqué à Vanity Fair que selon lui, le Hamas ne prévoyait pas de prendre le pouvoir dans la bande de Gaza en juin 2007, mais y avait été contraint par le Fatah » (lien le Monde – AFP sur la révélation de Vanity Fair). Incroyable imbroglio non ? Un chiffre donne quand même une bonne indication du climat local plutôt tropical au détour d’une dépêche publiée pendant le déroulement de l’incursion israélienne récente  : « Les derniers décès portent à 6.264 le nombre de personnes tuées dans les violences israélo-palestiniennes depuis 2000, pour la plupart des Palestiniens, selon un bilan établi par l'AFP » (lien Reuters). Et ne parlez surtout pas de l’occupation des Territoires qui continue de plus belle en sus (Liens Libération – AP – Le Monde – Contreinfo) parce que c’est un gros mot comme ironise gravement Uri Avnery (lien Mondialisation).
 


Dangereuse perspective d’alliance des mouvements et milices 


Quel est donc le bilan politique de la dernière facétie sanglante d’Israël dans les Territoires occupés (liens Hiver chaud) ? Plus d’une centaine de Palestiniens tués (civils et militants confondus) et quelques soldats de Tsahal. Militairement ? Un nouvel échec des faucons de Tel-Aviv puisqu’il s’agissait d’arrêter les bombardements de roquettes (impossible) et que le Hamas sort in fine renforcé de la confrontation puisqu’il apparaît désormais comme la seule alternative de défense du peuple palestinien depuis le « retournement »  de l’OLP de Mahmoud Abbas au profit de l’occupant. Le Hamas est donc devenu incontournable dans les Territoires occupés après l’opération « hiver chaud » (lien Le Monde) tout comme le Hezbollah s’est placé au centre du jeu politique après la campagne libanaise de Tsahal au Liban en 2006. Voilà pour la brillante et illisible stratégie du peuple du Livre, en apparence... Le gouvernement d’Ehud Olmert se voit désormais contraint même de négocier une trêve (lien Libération) après l’attentat meurtrier perpétré par un militant palestinien dans une école talmudique (lien Nouvel Obs). Un bain de sang qui a été malheureusement la démonstration la plus pétaradante que le prétexte sécuritaire invoqué pour la construction du mur de la honte et de l’insensé maillage de check points et de barrages, ne servent finalement à rien et ne garantissent aucunement la sécurité des citoyens israéliens. Un attentat revendiqué d’ailleurs par un groupe inconnu, Kataëb Ahrar el-Jalil (Brigades des hommes libres de la Galilée) -Groupe du Martyr Imad Moughnieh et les martyrs de Gaza. Imad Moughnieh ? C’est bien le chef du Hezbollah libanais. Israël, de par sa politique agressive, réussit à fédérer peu à peu les différents mouvements nés suite à ses hasardeuses expérimentations coloniales et militaires. Dangereuse perspective d’alliance des mouvements et milices que l’état hébreu fabrique chaque jour un peu plus tout aveuglé qu’il est, par sa toute puissance et l’impunité totale que lui confèrent ses errements passés jamais punis. 

« Il n’y a aucun moyen d’écraser la résistance d’une population face à une armée étrangère : j’ai entendu ce message cent fois dans la bouche des responsables du Shin Beth [services secrets]. Il n’y a pas de solution militaire (…). Pendant les quarante ans que la bande a été entre nos mains – et elle est toujours entre nos mains malgré notre départ, grâce à nos avions espions, nos incursions, nos collaborateurs, les clôtures –, on n’y a même pas construit une chambre d’hôpital ni un puits d’eau potable. C’est un enfer sujet à des bombardements et à des incursions nocturnes incessantes. Gaza est un enfer à côté de chez nous. » se lamente justement le romancier israélien Ygal Sarna (lien Courrier International, partie Perspectives). Que voulait dire alors cette conférence d’Annapolis (lien Mondialisation), cette énième sommet pour apporter la paix dans la région, ces feuilles de route devenues autant de confettis envolés et piétinés par les chenilles des chars, ces accords « historiques », ces promesses réitérées de Bush, de Clinton, de Carter (lien Figaro sur la promesse d’un état palestinien) et autant de refrains entonnés qui finissent toujours par le même final sanglant ? Du cirque avec des dompteurs et des animaux en cage qui donnent une représentation cruelle dans l’indifférence générale (lien Mondialisation, article de Daniel Vanhove) ? Il y a un peu de cela hélas pour les Palestiniens mais la vraie stratégie est celle du sablier qui s’écoule.
 

Gagner du temps, encore et encore...

Dès le départ (la naissance d’Israël), les dés ont été pipés et certains ont vu clair très vite comme le…Général de Gaulle qui n’avait pas hésité à fustiger cet état hébreu, ce « peuple d’élite, sûr de lui-même et dominateur ». « Seul le Président de la France, le Général de Gaulle, placé en isolement politique pour avoir déclaré lors d'une conférence de presse plusieurs mois plus tard qu'Israël "organise sur les territoires qu'elle a saisis une occupation qui ne peut pas marcher sans oppression, répression et expulsions - et lorsque la résistance à cela apparaîtra, on dira, à son tour, que c'est du 'terrorisme'" nous apprend également Robert Frisk (« Mensonges et scandales » - Mondialisation). Une analyse pertinente qui n’a pas pris une ride tandis que la carte géographique s’est profondément modifiée avec le temps (carte Monde diplomatique). Chaque jour qui passe, les Territoires occupés se transforment un peu plus en un véritable enfer, un enclos invivable qui voit les pans de la gigantesque prison se rapprocher avec de nouveaux murs qui jaillissent, toujours plus d’armes pour s’entretuer, des conditions de survie innommables (lien Voltaire sur l’eau polluée), une pression démographique terrible et surtout, aucune perspective d’avenir à court et moyen terme pour les Palestiniens. Gagner du temps, encore et encore jusqu’à la disparition complète des deux bantoustans palestiniens qui s’amenuisent inexorablement, voilà la seule trame de fond que chaque nouvelle campagne militaire de Tsahal assombrit encore. Rendre la vie impossible aux Palestiniens, voici la seule stratégie qui perdure avec l’espoir qu’ils finiront (ces arabes natifs) par se disperser dans la nature environnante comme en Jordanie voisine, un état peuplé à plus de 60 % par des Palestiniens exilés (lien Wiki). 
Les 97 résolutions prises à l'encontre d'Israël par l’ONU et les 322 résolutions de l'Assemblée générale des Nations unies condamnant Israël font partie de la gigantesque mascarade en cours, la propagande sioniste ayant même réussi à reprendre ces chiffres effarants comme le symbole même de…l’antisémitisme de la communauté internationale ! On parle bien de cette même communauté internationale qui a engagé une guerre du Golfe contre l’Irak pour non-respect d’une seule résolution de l’ONU, de cette même assemblée qui a feint de ne pas entendre ce ministre israélien promettre la fameuse Shoah…aux Palestiniens (lien Reuters) et qui ferme les yeux devant ce nouvel Apartheid dénoncé inlassablement par Omar Barghouti (Liens Mondialisation - partie Perspectives). On parle de la même tête de pont du monde dit « civilisé » que le culte en Israël de l’assassin extrémiste de Rabin n’émeut pas plus que cela (Lien Figaro) tout comme les crimes de guerre commis au Liban et les souvenirs explosifs (sous munitions) laissés sur place qui continuent de tuer et de mutiler les paysans libanais (Lien Le Monde). On parle de cette même élite européenne de l’Empire, de ces "intellectuels"  si courageux qui se mobilisent pour « dégommer » la déléguée de l’ONU pour les Droits de l’Homme, Louise Arbour, coupable d’avoir fait son travail en dénonçant le sort inadmissible des Palestiniens (liens Le Monde - Bakchich) au moment où l’on inaugure le Salon du Livre de Paris dont l’invité d’honneur n’est autre que le vertueux état hébreu (Le Monde). 

Entre gens biens, on a toujours su se reconnaître, n’est-ce pas ? Israël n’a donc aucune raison d’infléchir sa politique colonialiste et son penchant pour les épopées sanglantes et les coups tordus faute de vraies sanctions et d'une opprobe efficace à l'instar du boycott international de l'Afrique du Sud ségrégationniste (involontaire collision sémantique).  Condoleezza Rice et son successeur pourront toujours organiser d’autres conférences de paix, le futur président des USA pourra encore promettre un état palestinien, un jour… Le sablier s'évide innéluctablement. L’heure continue de tourner et les aiguilles de ce gigantesque mécanisme très au point, continueront de ressembler encore longtemps à des faux funestes pour les Palestiniens et les Arabes, ces affreux enturbannés terroristes et fanatiques qui menacent la paix dans le monde.
 
 
Actualité immédiate :
 
Cèdre et cendres :
 
L’islam imaginaire : la construction médiatique de l’islamophobie en France - par Thomas Deltombe (Mondialisation)  - Le Pentagone avoue discrètement qu'il n'y avait pas de lien entre Saddam Hussein et Al-QaidaLiban: l'armée tire sur des avions militaires israéliens survolant le sud (AFP) - Massacre à Beyrouth - La drôle de guerre du Fatah al-Islam (Libération) - (Voltaire) (Le Monde) Comment le Hezbollah se prépare à venger son chef (Bakchich) - EDITORIAL  Outrage (Libération) - Uri Avnery : Good Morning, Hamas (traduction Mondialisation)- Les manœuvres de déstabilisation contre un peuple emprisonné continuent (Mondialisation) - Les USA ont tenté d'évincer le Hamas déclenchant la crise interpalestinienne (presse) (Le Monde – AFP) - Gaza : d'une prison à un zoo - par Darryl Li (Mondialisation) - Un soldat israélien tué dans une embuscade près de Gaza (Reuters) - Feu vert à de nouvelles constructions dans une colonie juive (Libération) -Israël relance la construction d'une colonie controversée (Le Monde) - Israël projette la construction de nouveaux logements à Jérusalem-Est (AP) - Israël : pendant les négociations les expropriations continuent (Contre info)  - Le gros mot - par Uri Avnery (Mondialisation)) -
    Hiver chaud
 Incontournable Hamas (Le Monde) - Malgré les affrontements, le Hamas et Israël négocient en coulisses (Libération) - Attentat à Jérusalem-ouest : 8 morts, au moins 35 blessés (Nouvel Obs) - Le Hamas reprend la main depuis Gaza (Libération) - PALESTINE - Cinq activistes palestiniens tués par Tsahal en Cisjordanie (Reuters) - Tirs de roquette sur Israël et raid israélien à Beït Hanoun (Reuters) -  Israël craint une troisième Intifada (Courrier International)  - Le Hamas, en renforçant son armement, a ouvert à Gaza un second front pour Israël  (Le Monde) - L'armée israélienne s'est retirée de Gaza sans avoir mis fin aux tirs palestiniens (Le Monde) - Le Hamas pose ses conditions à l'établissement d'une trêve avec Israël (Le Monde) -. Salam Fayyad dénonce les activités de Tsahal en Cisjordanie (Libération) - Gaza: un bébé tué dans les combats (Figaro) - Un adolescent palestinien tué par un colon (Fil actu Figaro) - Le Hamas se dit vainqueur alors que Tsahal débute son repli (Libération – Reuters) - - "L'armée israélienne est incapable de faire cesser les tirs de roquette" (Le Monde) -  Bande de Gaza: 68 Palestiniens tués dans l'offensive israélienne "Hiver chaud" (AFP) - Mahmoud Abbas : "Ce qui se passe à Gaza est plus qu'un holocauste" (Nouvel Observateur)- Deux militaires israéliens tués dans le nord de la bande de Gaza JERUSALEM (Reuters) - Olmert déterminé à poursuivre les opérations à Gaza, Rice accuse le Hamas AFP - Israël intensifie ses raids aériens à Gaza, 4 enfants tués (Libération) - Proche-Orient: nouveaux raids aériens israéliens à Gaza, 6 blessés dont 3 enfants (AFP) - FORTS SUR LES CHIFFRES ! — Gideon Levy - Les forces israéliennes abattent un Palestinien à Gaza (Libération) - Des soldats israéliens ont abattu mardi un agriculteur palestinien qui labourait son terrain près de la frontière israélo-gazaouie, annoncent son entourage et des responsables médicaux. (…) - Deux colons israéliens et un Palestinien tués en Cisjordanie (AFP ) - Un bébé tué à Gaza dans une série de frappes israéliennes sur Gaza AP -   Quatrième jour à l’air libre pour les Palestiniens de Gaza - par Michele Giorgio (Mondialisation) - 

Perspectives
 :

L’enfer à côté de chez nous (Courrier International
-
France Palestine) - Annapolis: un paravent derrière lequel on fomente la guerre civile entre Palestiniens et prépare une attaque de l'Iran (Mondialisation) - Bush promet aux Palestiniens un État dans un an (Figaro)- Un peuple à l'agonie...dans l'indifférence quasi générale! - par Daniel Vanhove (Mondialisation) - Pas de « solution juste » sans le droit au retour des réfugiés palestiniens - par Pierre-Yves Salingue (Mondialisation) - Double tragédie en Palestine - par Mark Levine (Mondialisation) - Une invention appelée « le peuple juif » - par Tom Segev (Mondialisation) - LES CRIMES DE L'ÉTAT JUIF : DU LIBAN À GAZA — Jean-François Goulon (Questions critiques) - Bethléem : La cruauté de l’occupation israélienne montrée sur le vif . (Mondialisation) - Les crimes de guerre doivent s’arrêter - par Uri Avnery (Mondialisation) - CE QUE PENSE L'AMÉRIQUE DE LA PALESTINE – (Questions critiques) - Gaza : Chaque Palestinien est une cible pour l’armée israélienne. (Mondialisation) - Crimes de guerre israéliens - par Silvia Cattori – Georges Habache et la Résistance palestinienne Mensonges et scandales... L'auriez-vous cru ? — Robert Fisk (Questions critiques) - Un Etat palestinien morcelé par les colonies (Monde Diplomatique). (Voltaire) -Gaza : pire situation humanitaire depuis 1967 (Nouvel Obs ) - Les habitants de Gaza condamnés à boire une eau polluée (Voltaire) – La Jordanie (Wiki) - Un ministre israélien menace le Hamas d'une "shoah" (Reuters) - Omar Barghouti : « Aucun État n’a le droit d’exister comme État raciste » (Voltaire) - LA CONNIVENCE DE L'EUROPE AVEC LE LENT GÉNOCIDE ISRAÉLIEN — Omar Barghouti - Israël : le souvenir de Rabin terni par le culte de son assassin (Figaro) - Pour l'armée israélienne, l'emploi de bombes à sous-munitions au Liban était légal- Source : AFP - Une association israélienne dénonce la montée du racisme contre les Arabes dans l'Etat hébreu - Tuerie de Beit Hanoun : aucun militaire poursuivi (Le Monde) - (Le Monde) - Washington et Tel-Aviv pointés du doigt par le gouvernement canadien (Le Monde) L’UNESCO retire son co-patronage à Reporters sans frontières (Granma.cu) - Un directoire USA-OTAN-UE à la place du Conseil de sécurité ? (Voltaire) -L'ONU contre les droits de l'homme- Louise Arbour flinguée en vol (Bakchich)  - Une majorité d'Israéliens serait prête à négocier avec le HamasIsraël invité d'honneur du Salon du livre de Paris, les appels au boycott se multiplient (Le Monde) - Le chef israélien Barenboim accepte un passeport palestinien (Rue 89) (Libération) - (Le Monde) 
See U
Dj cc jUNG

 

Publié dans L'Empire du Bien

Commenter cet article