Un fauteuil pour quatre ou…cinq ou six

Publié le par cc jung in effect

A boulets roses…
 
Comme nous vous l’indiquions il y a peu, les tirs de barrage des candidats à la Mairie de Paris se focalisent sur la seule personne du maire actuel, Bertrand Delanoë (PS). Comme il fallait s’y attendre, les coups-bas pleuvent à défaut de réels programmes.
 
Avec les trois ou quatre mousquetaires de l’UMP en lice, on s’attendait à une distribution des rôles de cape et d’épées mais on a droit pour l’instant, à la seule cour des miracles, avec ses gentils détrousseurs, ses mégères à la gouaille aillée et ses précieux ridicules. Les quolibets moqueurs qui fusent des fosses, sont bien évidemment savamment orchestrés en direction de celui qui occupe le balcon de l’Hôtel de ville, les refrains sonnent comme des soupirs mal réfrénés de ceux qui rongent leur frein et les sonnets n’ont guère impressionnés. Le Figaro (Lien), dans une de ses dernières livraisons, a bien tenté de convaincre la populace que l’heure était aux piques et à la Révolution (voir « ressources du site ») mais le pamphlet fielleux à l’odeur de rose a terminé au…pot. C’est que le maître des lieux, loin de s’affoler, mène sa barque parisienne qui tangue mais ne coule pas, même s’il fait couler beaucoup d’encre.
 
 

Heaven or Las Vegas...

 
 
Flibustiers coincés dans leur optimiste en carton-pâte
 
 
Il est vrai que les quatre prétendants à la couronne ne lui dressent pas de lauriers. Mieux, les lauréats fanfaronnent en attendant de prétendre. A dire vrai, il n’y a pas grand chose à entendre, pas de quoi en tout cas dresser l’oreille ou le sonotone si ce n’est les écouter médire encore et maudire. Françoise de Panafieu, Claude Goasguen, Pierre Lellouche et Jean Tiberi sont tous embarqués dans l’aventure parisienne mais ils semblent ramer à contre-courant de la scène. Drôle d’équipage pour mener le navire UMP à bon port avec le fourbe Tibéri en cale-sèche, le breton Goasguen qui voudrait être à la barre, Françoise qui ne fera sans doute pas long feu et Lellouche dont tout le monde se méfie.
 
« Haro sur la Mairie ! » crient les flibustiers coincés dans leur optimiste en carton-pâte en espérant une vague de mécontentement, un souffle d’espoir et un coup de pouce pour enfin avancer. Ils crient, ils prient, ils gesticulent, ils s’époumonent, ils se pomponnent, ils se répandent un peu partout en jurant, en crachant, en piaffant d’impatience mais le navire ne chavire guère les cœurs et un vent mauvais souffle dans les voiles éventrées. Hélas, nos fiers et marris marins n’ont jamais eu pied à Paris. Ils rêvaient d’abordage, de mutinerie, de féroce piratage mais les pièces rapportées et décousues ne sont prêtes que pour une "bataille de chiffonniers" comme le dit Anne Hidalgo, première adjointe du maire (Lien). Baissez les rideaux et sortez vos mouchoirs, la grande lessive n’a pas fini d’éclabousser. S’il y a bien une chose qu’ils savent faire à merveille, par contre, c’est se savonner la planche.
 
 
Liens :
 
 
 
Actualisation :
 
Portrait de Pierre Lellouche par Thomas Lebegue...
Un portait de Lellouche par Lebegue vaut forcément le coup d’œil…
 
Ressources du site :
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
See U
 
CC Jung
 
 
 
 
 
 

Publié dans Omegactualité

Commenter cet article

Hasting 31/01/2006 23:23

Curieux quattuor : une aristo mauvaise (dans tous les sens du terme), un ex-maire vieux roublard avec à ses basques corses de multiples casseroles et une femme qu'il cache aujourd'hui volontiers, un élu du XVIe ringard, petite pointure condamnée à le rester, et un franc-tireur aux convictions aléatoires, mais copain du big boss de l'UMP... Plus un outsider urologue et touche-à-tout inclassable, plus brillant à l'hôpital que dans ses mandats politiques. Delanoë peut dormir tranquille.

cc jung in effect 01/02/2006 09:40

Les pieds nickelés de l'UMP...