Une espèce en voie de disparition, les journalistes (2)

Publié le par cc jung in effect

Encore une fois le bilan est catastrophique : l’année précédente a été la plus meurtrière pour les journalistes, signe que la liberté de la presse recule encore et toujours. Il est vrai que l’information se situe désormais au cœur de toutes les stratégies de communication et qu’elle aiguise les appétits pantagruéliques des grands industriels bien décidés à contrôler ce robinet de pensées qui alimente l’opinion publique. En France, le contrôle des médias de plus en plus évident et son usage à des fins partisanes de moins en moins occulté, laissent augurer d’une dérive inquiétante de la presse et des professionnels qui l’animent tandis qu’émergent de nouveaux médias alternatifs. Petit tour d’horizon de la presse d’après au moment où tout devient possible.
 
C’est une bien triste ritournelle qui est entonnée tous les ans par les médias à cette période de l’année, celle qui annonce lugubrement le nombre de journalistes tués dans l’exercice de leur fonction. Loin de s’améliorer, la situation des professionnels de l’information n’en finit pas en fait de se dégrader. Le bilan annuel annonce ainsi l’effarant chiffre de 110 tués, soit l’année la plus meurtrière enregistrée pour ceux qui risquent désormais leur vie à chaque endroit sensible de la planète (liens Le Monde – Nouvel Obs – Libération). Ainsi, les deux tiers des plumitifs assassinés ont péri en Irak, en Somalie, en Afghanistan, en RDC et au Sri Lanka. L’Irak où officient toujours les escouades ordinaires et mercenaires de l’Empire reste la zone la plus dangereuse puisque près de 250 journalistes ont donné leur vie depuis le début de l’occupation pour nous raconter cet enfer que la machine de communication impériale dépeint régulièrement comme un paradis démocratique en devenir (lire Irak : le mirage de la victoire se profile encore – Omegalpha). Autrefois épargné par les belligérants d’un conflit, celui qui informe est aujourd’hui devenu une cible prioritaire pour les bandes armées avides de rançons, pour les mercenaires aux méthodes douteuses et autres « terroristes » qui oeuvrent dans l’ombre et qui ne souhaitent pas le moindre éclairage révélateur.
 
Il est vrai que la donne a changé et que la nature des théâtres d’opérations ne ressemble en rien aux grandes épopées des reporters de guerre de l’époque. Les nouvelles guerres mêlent indistinctement les armées privées et parallèles, la troupe régulière, les barbouzes, les unités de contre-terrorisme, des rebelles et des terroristes, un sacré imbroglio en somme. Seul témoin objectif de ce jeu macabre de masques et de dupe, le journaliste fait figure désormais de potentiel grain de sable capable d’enrayer la machine propagandiste ou de soulever un coin du voile peu flatteur pour tel ou tel belligérant. Un bon journaliste ou un correspondant de guerre aguerri est un professionnel bien au chaud dans un luxueux hôtel surprotégé où il se contente d’être une courroie de transmission docile de la vérité officielle, un plumitif « embedded » qui sait coucher les mots qu’il faut pour décrire cette portion de la réalité que l’on a bien voulu lui montrer, bref, un rouage servile de la fameuse communication qui a complètement remplacé l’information brute et factuelle. Les exemples en Irak de Florence Aubenas (Nouvel Observateur), de Juliana Sgrena (Il Manifesto), de Jill Caroll (Christian Science Monitor) ont été interprétés comme un avertissement clair pour toute la profession : ceux qui ne sont pas clairement avec nous sont donc contre nous a dit l’Empire…
 
 

undefined

 



Une mutation forcée de la notion même du devoir d’information
 
 
Pire encore, les empêcheurs de tourner en rond subissent également les foudres des autorités locales qui n’acceptent plus cette ingérence plutôt délicate dans les affaires intérieures de nombre de pays en proie à la corruption, à la violence et à la dictature. On pense au franco-canadien Guy-André Kieffer disparu en 2004 alors qu’il enquêtait sur la très lucrative filière du cacao en Côte d’Ivoire, sa famille considère que la France a justement enterré l’affaire (Nouvel Obs) même si les coupables ont été clairement identifiés. Au nom de la realpolitik et du business (les grands groupes français sont très présents du côté de la perle des lagunes), le gouvernement français fait donc traîner les choses en dépit des promesses de bonimenteur de notre vibrionnant génial petit Timonier. On pourrait évoquer le sort des deux journalistes d’Arte qui risquent la peine de mort au Niger pour avoir pris contact avec la rébellion touarègue (liens Libération – 20 MN), l’enlèvement qui s’est heureusement bien fini de Gwen Le Gouil en Somalie ou bien encore, la triste garde à vue de Guillaume Dasquié (aux scoops parfois douteux – lien Voltaire) qui a eu lieu en…France pour qu’il livre le nom de son informateur (Nouvel Obs). On s’étonnera également de l’immense discrétion des médias à propos de l’arrestation de Jean-Paul Ney, un journaliste atypique et déroutant (un mythomane disent ses détracteurs), dans une sombre affaire de complot encore en Côte d’Ivoire. Le peu d’empressement des autorités françaises à médiatiser cette arrestation et le profil plutôt curieux du « reporter » spécialisé dans les affaires d’espionnage et de contre-espionnage (voir lien Google sur Ney, très instructif), laissent d’ailleurs songeur…
 
Voilà quelques soubresauts d’actualité qui décrivent assez bien la situation déliquescente de la liberté de la presse dans le monde et qui indiquent une mutation forcée de la notion même du devoir d’information et du statut de celui qui œuvre pour le mettre en pratique. On se gardera de jeter d’ailleurs la pierre à quiconque puisque le pays des droits de l’homme (un doux souvenir) est très loin de montrer l’exemple en la matière. A noter pourtant que le très objectif lobby de Reporters sans Frontières (liens Voltaire) se réjouit de l’amélioration de la liberté de la presse en France (qui gagne six places depuis l’année précédente, 31e au palmarès...). Enthousiaste, son emblématique porte-parole M.Ménard défend sur tous les plateaux de télévision, l’idée d’une presse française en parfaite santé et bien dans ses baskets américaines dans la France d’après de notre génial président. Le courant passe dans la sphère « néocons » (voir article Voltaire sur les aides financières de la CIA à l’ONG….indépendante) et la solidarité des uns avec les autres demeure sans faille, un gage de réussite... On peut effectivement se réjouir de la mise en conformité de la presse française selon les normes impériales et se satisfaire du « reformatage » de la profession qui a enfin compris l’intérêt de « diffuser des idées saines parce que les Français sont en train de crever avec des idées de gauche » selon le souhait émis par le grand patron…de presse et de canons, Serge Dassault (lien Wiki). Son journal, la Pravda de l’UMP, illustre à merveille ce leitmotiv rafraîchissant en atteignant chaque jour des sommets en matière de démagogie partisane et de flagornerie éhontée. De là à prétendre que tout va bien dans le meilleur des mondes mis en scène par notre plus illustre représentant, il y a un pas que l’on a bien du mal à franchir…
 
 

undefined

 

 
 
Marshall McLuhan : « le média est le message »
 
 
Il faudrait être aveugle ou d’une mauvaise foi absolue pour prétendre que les journalistes français se montrent exemplaires depuis le triomphe du grand communicateur à talonnettes. Quoi de plus normal déjà que la mainmise absolue des grands patrons d’industrie sur les médias en France (lire : « Les patrons de l'industrie présents dans les médias » Nouvel Obs) où la multiplicité des titres s’apparente à un leurre pour ceux qui se bercent encore d’illusions sur la démocratie, le quatrième pouvoir des rotatives et tout le halo imaginaire qui entoure le métier de journaliste. Cette voracité des grands patrons qui siègent au MEDEF pour la presse dit combien ces « décideurs » ont compris que le travail en profondeur de l’opinion (autre nom de la manipulation) passait par le contrôle de l’information et l’orientation permanente des esprits. L’information délivrée induit en effet la réflexion, nourrit l’opinion et formate celui qui la reçoit. Il suffit juste de « retravailler » l’information pour créer artificiellement de la communication avec la charge émotive adaptée au public concerné. Le théoricien de la communication, le sociologue canadien Herbert Marshall McLuhan a résumé avec pertinence cette doctrine dans une sentence célèbre : « le média est le message ». Celui qui possède les médias possède également les esprits, l’élection de Nicolas Sarkozy après des années de surexposition médiatique et complaisante en est l’illustration la plus signifiante.
 
Il faudrait être malhonnête et prendre les gens pour des imbéciles pour prétendre que les innombrables exemples de censure, de porosité entre le pouvoir et les médias, de complaisance et de connivence sont le signe évident…d’une amélioration de la liberté de la presse en France (Voir liens répertoriés dans la partie ORTF). Omniprésence du candidat Sarkozy puis du président Sarkozy, censures multiples, nomination des rédacteurs en chef par Nicolas Sarkozy, choix des journalistes par Nicolas Sarkozy (épisode Europe 1, voir ressources du site), implication partisane des rédactions dans un mouvement social (l’épisode des grèves et leur couverture hystérique), éditorialistes embrigadés par Nicolas Sarkozy dans une myriade de commissions gratifiantes (lien Voltaire), nominations des soutiens de Nicolas Sarkozy à des postes-clefs dans les grands médias, étalage insoutenable des frasques de l’empereur nouveau et de ses courtisanes, propagande éhontée aussi bien à la télévision que dans les journaux, les forums et les sites internet dits d’information, pelletée de reportages et articles à la gloire médiatique du sujet principal (L’Express rivalise avec le Point qui rivalise avec le Figaro qui se tire la bourre avec C dans l’air, Gala et Voici, etc), maintien d’émissions de journalistes partageant la vie de membres du gouvernement actuel (Christine Ockrent est l’exemple le plus évident), il n’y a rien en effet qui pourrait s’apparenter à une faute déontologique et à une dérive de type Berlusconi. Rien à redire vraiment ?
 

undefined

 

 
 

L’irruption de médias citoyens et de sources d’informations alternatives
 
 
Ce sont pourtant nos mêmes vertueux journalistes qui s’étonnent avec une ingénuité touchante de la profonde défiance du public à leur encontre, un auditoire plutôt lucide. Selon un récent sondage de LH2 pour Libération, pas moins de 62 % des Français estiment que les médias d’information sont «dépendants du pouvoir politique» tandis que 7% les jugent «totalement indépendants». On se demande encore sur quelle planète bleue habitent nos valeureux 7% de doux rêveurs. A coups d’éditoriaux lapidaires (liens le Monde), la corporation fustige le jugement sévère de leurs lecteurs et accuse dans un même temps, la blogosphère de récupérer à son compte cette insatisfaction chronique. Une blogosphère qui monte en dépit de son manque de…fiabilité et de déontologie. Sentence de maîtres aux élèves, les grands professionnels font la leçon aux apprentis… L’irruption de médias citoyens, de sources d’informations alternatives et la multiplication numérique des micro-rédactions rend en effet de plus en plus difficile le contrôle de la gigantesque machinerie de l’information et de la communication. Personne ici ne s’en plaindra.
 
Pour apporter un bémol à cette charge de la cavalerie légère contre la presse, on pourrait évoquer l’état catastrophique du marché de l’emploi dans ce secteur, la paupérisation des pigistes et la frilosité des rédactions soumises à des pressions permanentes qui ne disent pas leur nom. Le procédé se veut subtil et conduit bien souvent à une autocensure in fine : un titre qui ne passe pas, un article que l’on fait réécrire jusqu’à ce que le pauvre rédacteur réduise en bouillie son papier, un angle jugé flou ad nauseam, une négociation délicate pour un budget pub en cours qu’un article malvenu pourrait faire capoter, une source qu’il ne faut pas griller, une corporation qu’il convient de ne pas chatouiller, des procès qui vont tomber au pire des moments, un lobby menaçant, une puissante fédération, un sujet d’actualité réservé d’office à un « spécialiste » plus arrangeant, des élus à ne surtout pas froisser, un article mis sous le coude pour une hypothétique thématique à venir, des « ménages » qui tombent du ciel parfois pour changer les idées, des conseils distillés doucettement… Bref, de quoi refroidir le vaillant Don Quichotte et sa plume brandie comme un étendard. Splendeur et misères des journalistes ou Tintin reporter à l’ère de la communication…
 
On peut cependant s’interroger sur cette corporation qui donne des signes évidents de délitement, le premier étant cette absence de solidarité notoire qui fait généralement d’une profession exposée et fragile, une grande famille unie et attentive. Les maigres tentatives des syndicats de journalistes pour demander la révision du droit à propos de la protection des sources ou pour s’inquiéter de la toute puissance médiatique de notre président toujours à la hauteur, ne pèsent pas très lourds face à un symbole aussi fort que la récente parodie de conférence de presse donnée par notre derviche tourneur national. Nul ne pouvait ignorer après l’interview donnée au Nouvel Obs (lien « Sarkozy et la presse : une "lecture partisane" »  - Lien dans la partie Une autre information) que notre chef de l’Etat a une drôle de conception de la presse qu’il accuse de « gauchisme » avéré en dépit des innombrables marques d’allégeance et de révérence de cette dernière. Sa plus récente saillie a été l’occasion d’un one-man-show assez hallucinant (lien Le Monde) durant lequel le tribun, ivre de sa toute puissance et de la faible opposition en présence, s’est illustré encore une fois. Le « Sarko–show » (lien Le Monde) du Guy Bedos de la droite (lien Marianne) a ressemblé à un exercice de bizutage tout azimut pour la presse française transformée en une assemblée de courtisans veules et lâches, un bon public en somme pour les pitreries grimaçantes du prodige à la Rolex.
 

undefined

 

 
 
Une profession visiblement en panne d’imagination et de perspicacité
 
 
Comme le résume Marianne (qui affiche en couverture cette semaine….Nicolas Sarkozy), la conférence de presse avec les professionnels qui avaient tellement de questions à poser à propos de la conduite pour le moins cavalière du premier beauf à la tête de l’Etat, s’est transformée en un « rendez-vous des fayots et des maladroits » (lien Marianne) durant lequel le barbu rédacteur en chef de Libération a servi de bouc sacrificiel (lien Nouvel Obs). Les rires, la connivence, la pommade des faibles interpellations et la complaisance ont d’ailleurs choqué nombre des journalistes étrangers présents, ahuris par le spectacle donné, celui d'une comédie sociale digne de la cour des Rois de France d’antan. Une cérémonie des vœux à la presse qui n’a pas follement amusé les téléspectateurs en dépit du talent du bretteur (liens Le monde - AP) mais que les rédacteurs contorsionnistes appliqués du Figaro ont présenté avec beaucoup d’ingéniosité comme une…réussite bien sûr (liens Figaro sur les sondages). Du grand art ! A nos intrépides commentateurs des passions juvéniles et clinquantes du grand leader, Omagalpha conseille de jeter un œil sur les liens regroupés sous l’appellation « Des sujets à propos du Roi ».
 
A cette profession visiblement en panne d’imagination et de perspicacité, on pourrait susurrer l’affaire Clearstream qui cache l'énorme scandale étouffé des frégates, l’appartement de Neuilly de Nicolas, le salaire de ministre versé au Président, le grave dérapage présidentiel sur les Musulmans lors d’un sommet européen, la bouffonnerie de l’actuel CSA, les bidonnages permanents en matière de violence, les errements pitoyables de notre docteur diplomate et enfiévré, les affaires de Laporte, le très démocratique procédé pour nous imposer le traité européen à peine réécrit, les municipales, les innombrables clignotants rouges en matière d’économie, les dérives sécuritaires, les dérapages des élus UMP (saillies de Marianni, investiture de Vanneste, etc), les atteintes à la liberté individuelle, le flicage informatique, la délation qui revient comme au bon vieux temps, le scandale des centres de rétention et des sans-papiers, la surpopulation carcérale, la précarité qui gagne les couches moyennes et autant de dossiers (liens « Des sujets à propos du Roi ») enfouis sous une pile d’hebdos, de Gala, de Voici et de quotidiens nationaux englués dans la dernière sirupeuse péripétie amoureuse de notre imposteur suprême. Tout n’est qu’une question de choix éditorial finalement. 

undefined

 
         
      Journaliste, un métier à risques :

 
2007, année la plus meurtrière pour les journalistes 17.12 à 15h27 (Nouvel Obs) - 2007, année la plus meurtrière pour la presse depuis 13 ans (Reuters – Libération) - Information et guerre, la liberté de presse n’habite plus ici (Bellaciao) - La famille Kieffer se sent "lâchée" par la France (Nouvel Obs) - Deux reporters français travaillant pour Arte arrêtés au Niger (Libération) - Ils risquent la peine de mort au Niger, leur comité de soutien appelle à manifester (20 MN) - Libération du journaliste enlevé en Somalie (Figaro) - Guillaume Dasquié : la détention ou un nom (Nouvel Obs) - Intox : le Hezbollah formé en Corée du Nord ! (Voltaire) - Jean-Paul Ney, journaliste français arrêté à Abidjan ... (Grioo.com) – Jean Paul ney sur Google - L’Erythrée en dernière position pour la première fois ;les membres du G8 regagnent du terrain, sauf la Russie (RSF) - Quand Reporters sans frontières légitime la torture (Voltaire) - Les mensonges de Reporters sans frontières (Voltaire) - Quand Reporters Sans Frontières couvre la CIA (Voltaire) - Le financement de Reporters sans frontières par la NED/CIA (Voltaire) – Serge Dassault (Wiki)

 
ORTF :
Les patrons de l'industrie présents dans les médias (Nouvel Obs) - Au CSA, la parole de Nicolas Sarkozy ne compte pasOmniprésence chiffrée du clan Sarkozy dans les journaux télévisés de l’été 2007 (Acrimed) - Médias: les petits coups de ciseaux de Bernard Arnault (Rue 89) - Sarkozy annonce aux Echos le nom de leur patron (Rue 89) - Georges-Marc Benamou, commis de Lagardère devenu scribe de Sarkozy (Acrimed) - Nicolas Sarkozy corrompt publiquement de grands éditorialistes (Voltaire) - Nicolas Beytout quitte "Le Figaro" pour diriger le pôle médias de LVMH (Le Monde) - L'omniprésence de Nicolas Sarkozy (Nouvel Obs) - Les JT cassent la grève (Libération) - Marc-Olivier Fogiel, avocat du gouvernement et des usagers très en colère (Acrimed) -L'Express célèbre les Sarkozy comme « famille recomposée » modèle (Marianne) - La vie privée des Sarkozy (Blog l’Express - Barbier) - Divorce des Sarkozy: les médias chauffés à blanc (Rue 89) - La France "prise en otage" par le divorce des Sarkozy, selon la presse internationale (Le Monde) - Lagardère offre à son ami Sarkozy 16 pages de publi-reportage dans « Paris-Match » (Voltaire) - L’Elysée veut télécommander Carolis (Libération) - Un journaliste nommé porte-parole de l'Intérieur (Nouvel Obs) - « Touche pas à BHL », par Ruquier et Finkielkraut (Acrimed) - Nicolas et Carla, ou le triomphe de la "pipolitique" (Canoe – Courrier International) - Bruni-Sarkozy: Paris Match ménage la future première dame (Rue 89) - Le SNJ du Parisien critique la Une de mardi (Nouvel Obs) - Commentaire "Le barnum des Sarkozy", par J.-M. Bouguereau (Nouvel Obs) - L'embarras des journalistes de "Paris Match" face au reportage sur Nicolas Sarkozy et Carla Bruni (Le Monde) - Premier scoop de 2008: Dassault revient en une du Figaro ! - Petites madeleines sarkozystes à la une du Figaro (Marianne) - Laurent Delahousse - Michel Drucker : France 2 en état de mort cérébrale – (Marianne) - La direction du Monde démissionne en bloc (Libération) -Le Monde : Lagardère et Prisa prêts à monter dans le capital (Figaro) - Arnaud Lagardère au centre du scandale AirbusAlain Minc quitte le conseil de surveillance du Monde (Libération) - Le JDD planque son scoop : la gauche en tête aux municipales! (Marianne) - Fabius dénonce un système "berluskozyien" (Nouvel Obs) - «Je reçois des coups de fil menaçants, je ne peux pas dire de qui» (20 MN) - TF1, son univers pitoyable (Libération) - Cécilia fait le bonheur des éditeurs (Libération) - Christine Ockrent, ministre de la propagande et de la pédagogie - Christine Ockrent et Bernard Kouchner avec Sarkozy (20 MN)  - Haro sur les médias ! (Le Monde) - La presse surveillée (Le Monde) (Monde Diplomatique) - (Libération) - 224 fois : nombre d'apparitions de Nicolas Sarkozy dans les JT entre le 1er mai et le 31 août (Le Monde) - Nicolas Sarkozy reste la personnalité la plus présente dans les journaux télévisés (Le Monde) -  
 
 
Une autre information :
 
 
 
Des sujets à propos du Roi :
 
La télé publique perd sa pub et le moral (Libération) - Chouette, Sarkozy va faire revivre l’ORTF ! (Bakchich) - Bagnoles brûlées : culture du chiffre ou de l'embrouille ? (Marianne) - 172%, la véritable augmentation de SarkozySarkozy veut-il enterrer les affaires ? (2) L'appartement de Sarkozy (Marianne) - Les députés s'interrogent sur les dépenses de l'intérieur en 2006 - Sarkozy et les musulmans (Coulisses de Bruxelles - Jean Quatremer) - Le banquier suisse que Sarkozy voudrait oublier (Libération) - Le Maghreb vénère contre Kouchner (Bakchich) - Les pieds nickelés à l’oeuvre au Liban (Bakchich) - Les malheurs de Bernard Kouchner en Inde (Bakchich) - Kouchner et le camouflet pakistanais (Bakchich) - Les emportements du chef de la diplomatie Bernard Kouchner "nerveux le petit monsieur !!!!!Étienne Chouard : les traités européens servent les intérêts de ceux qui les écrivent- Les préfets doivent diffuser les voeux présidentiels aux fonctionnaires8.830 postes de profs en moins en 2008 (20 MN) - France: le déficit de l'Etat s'élève à 54,70 milliards d'euros fin novembre (AFP) - Sécurité : l'appel à la délation généralisée ? (Marianne) - Les services secrets auront bientôt accès aux dossiers fiscaux (Spyworld) - Fichiers policiers version 2008 : STIC et JUDEX donnent naissance à ARIANE et snobent la CNIL(Agoravox) - Bientôt des mouchards de police sur les ordinateurs (Figaro) - La science contre la vie privée: le top 10 de l'intrusion - Trente mille Allemands s'opposent à une loi sur le stockage des donnéesLa LDH dénonce les "déviances" de la police (Nouvel Observateur) - En 2005, les RG prévoyaient le retour des flammes - Sans-papiers: les soutiens sur "écoute informatique"?Des policiers auraient frappé un sans-papiers 19.12 à 12h14 (Nouvel Obs) - Des policiers américains tabassent un expulsé (Rue 89) - Ficher les étrangers à expulser? (20 MN) - En France, la délation gagne du terrain (Rue 89) - Défense : vers un Pentagone à la française62.000 détenus recensés en France en novembre 18.12 à 21h19 (Nouvel Obs) – (Le Figaro) - (Rue 89) - - (Le Monde) - Vanneste, condamné pour homophobie, adoubé par l’UMP aux municipales (Libération) - (Voltaire) (Bellaciao) - (Libération) - Sarkozy considère qu'il a eu la "vocation" de devenir président -
 
Ressources du site :
 
Une espèce en voie de disparition, les journalistes - Un petit flash-back impérial... La presse lorraine est hardieCommuniquez les ! - Le journalisme de "guerre" ou... -   Presse : l'indépendance d'esprit à l'honneur -   Recul notable des libertés - Passions danoises et regards anglés -  L'assassinat ciblé des droits de l'homme - Actualité sponsorisée - La plume trempée dans le sang - Futures élections : Prisma s'empresse - Nicolas est l'ami de tout le Monde - Canal plus de connivence - Europe 1 avec Nicolas 1er, normal - - Sauce à l'italienne - La berlucination enchantée - La Berlucination empirique - Hallucinations historiques - La Berlue encore et toujours - La berlue (suite) - Ballon dégonflé - Figurez-vous que le Figaro... Le Figaro, la désinformation au quotidien - Nous sommes donc des capitulards (Figaro) - La propagande philosophique du Figaro -Quand le Figaro rime avec Guantanamo - Dassault système -  Breton : le visionnaire (selon le Figaro) - Un éclairage philosophique...sur l'Iran - Paris Hilton ou le dérapage de l'actualité - Gare du Nord : tout est une question d'aiguillage... - La Biométrie ou la biomatrix ?
 
See U
 
DJ CC Jung

Publié dans Omegactualité

Commenter cet article

Stéphan 15/01/2008 18:48

"Un bon journaliste ou un correspondant de guerre aguerri est un professionnel bien au chaud dans un luxueux hôtel surprotégé où il se contente d’être une courroie de transmission docile de la vérité officielle, un plumitif « embedded » qui sait coucher les mots qu’il faut pour décrire cette portion de la réalité que l’on a bien voulu lui montrer, bref, un rouage servile de la fameuse communication qui a complètement remplacé l’information brute et factuelle."  ---> une pure analyse ! a quand le reportage d'un journaliste devant un 'écran bleu" a Paris ou tu rajouterais le paysage local ou dévasté derriere (qui sait si c'est pas déjà le cas !)

Stéphan 15/01/2008 18:46

Encore une régalade que ton article ! La presse et la television, pour l'essentiel ca ne touche plus que les plus soumis ou léthargique de la population. Pour ma part, j'ai droit a quelques vues de la Tv quand je rentre dans ma famille, ou a chaque JT, tu entends forcement les mots "Sakosy", "terrorisme" et ou tu peux sentir le ton du présentateur, comme celui un papi pantouflard dans notre douillette petite france, qui ferait les gros yeux, les mains sur les hanches, face a la moindre petite nouvelle de gréve à droite à gauche ou pour parler actuellement des "virulents" corses ( je ne partage pas forcement leur prise de position, mais c'est un peuple dans lequel tu as encore un bon paquet de gens qui ne se laissent pas mettre comme ca !) etc...

cc jung in effect 21/01/2008 09:58

Merci pour les encouragements !