Censure sans surprise

Publié le par cc jung in effect

Mezzo voce
 
Après le livre fantôme sur Cécilia S, l’actualité du jour nous révèle une nouveau cas de censure. La Sacem, qui s’apprête à sortir une compilation en collaboration avec les Inrocks, a rejeté un morceau parodiant Nicolas S. Bel exemple de futur démocratique au royaume de l' Empereur Sarkopak.
 
Ils sont à présent bien dressés les Français, dressés les uns contre les autres, dressés à stresser à propos d’insécurité et surtout dressés à se coucher. Plus besoin d’aboyer, de brandir la matraque et le Taser pour faire taire, de rudoyer, d’éructer des invectives, de sortir le Kärsher pour qu’ils aillent se cacher, d’envoyer les sbires et les cerbères casqués. Plus besoin même de matons pour les mater, les voilà domptés. La France d’en bas s’aplatit chaque jour un plus et gare à celui qui ne file pas droit, les radars le flasheront dare-dare et la maréchaussée le mettra sur le trottoir à coup d’amendes salées et de pruneaux.
 
La France d’en haut, l’élite, se félicite de cette poigne de fer dans un gant de boxeur, la seule capable d’envoyer dans les cordes, la horde sauvage qui ne voulait pas s’accorder de la situation. L’ordre règne à Paris, à Neuilly et à Raincy et les beaux quartiers sont à présent préservés de l’appétit glouton des fourmis affamées des réserves indigènes. C’est cela la rupture tant annoncée, surtout que rien ne bouge pour donner l’illusion du mouvement. Le train n’avance pas pour ceux qui sont restés à quai, c’est juste la première classe qui se déplace pour emporter plus loin le convoi des illusions.
 
 

La voix de son maître

Un pot-pourri, une belle gerbe
 
Ainsi donc la Sacem veille au grain et elle n’aime pas ce levain là, ce refrain là. Non pas qu’il soit faux mais il faut le couper. Lequel ? Mais, celui que les membres de Polémix voulaient entonner et même chantonner dans une compilation pour le compte du magazine Inrockuptibles. De quoi parle cette chansonnette ? Elle fait parler l’Empereur aux talonnettes en utilisant les bribes de son discours, les mots aimables qu’il a bien voulu déglutir et consentir à la plèbe, un bouquet de citations, un pot-pourri, une belle gerbe. « La Sacem affirme également que le ministre de l'Intérieur ne tolèrera pas de tels propos et menace les auteurs de lourdes condamnations. » (Lien).
 
Le ministre ne « toléra pas de tels propos » qui sont pourtant…les siens. Il ne tolère pas grand chose notre génial de l’Intérieur et surtout pas un bâton dans les roues… du carrosse, pas tant qu’il n’a pas le sceptre. Ensuite on connaît la musique, un peu d’entrain ou même vouloir pousser la chansonnette et ce sera la savonnette pour glisser vers les oubliettes. Les rossignols seront rossés à … bâtons rompus et les Guignols qui parlent de corrompus, auront le cou rompu. Seuls les corbeaux pourront faire chanter la douce musique du fouet avant la fosse et le violon, histoire de les faire déchanter. Le chef d’orchestre nous mène déjà à la baguette, il ne nous reste plus donc qu’à nous mettre au diapason, mezzo voce.
 
 
Liens :
 
 
 
Polémix & la Voix Off (site du groupe)
 
 
 
See U
 
Cc jUNG
 
 


 
 
 

Publié dans Omegactualité

Commenter cet article

Hasting 07/01/2006 20:21

A trop censurer, ne vat-il pas l'être lui-même ? A suivre, je note que le Figaro est de plus en plus critique... C'est un début.