Dans l'optique de 2006

Publié le par cc jung in effect

 

La consommation des rêves est aussi facturée 

  

A l’heure joyeuse des fêtes de fin d’année, Le DJ  a pris quelques bonnes résolutions pour ce blog et son évolution future. En attendant, dans les papiers cadeaux du jour, la médiocrité répétitive et compulsive, des murs d’indifférence et des marques d’affection qui nous sont chères.

 

 

 

Constance de l’effort

 

Des voix pour se faire entendre, tel pourrait bien être le slogan futur du Collectif qui vient d’être créé pour inciter les maures moribonds et les noirs obscurs à glisser leur bulletin dans les urnes tricolores. Les nombreux parrains du collectif « Devoir de mémoire » (Bacri, Debbouze, Thuram, Joey Starr) ont lancé leur campagne citoyenne depuis la ville électrique de Clichy sous bois, exhortant chacun à prendre sa carte d’électeur et ses responsabilités. Une initiative citoyenne qu’il convient de saluer après le déluge de dérapages verbaux des élus UMP qui volent désormais la vedette aux pires militants du Front National. Le devoir de mémoire, c’est aussi de ne pas oublier ces envolées lyriques aux prochaines élections pour les faire déchanter.   

 

  

Un acte de civilité et de civisme qui a été également salué comme il se doit par le maire de Raincy, Eric Raoult. Pour cet élu exemplaire, cette opération de sensibilisation montre « une certaine dérive show biz, qui ne doit pas faire oublier les réels problèmes de sécurité et de citoyenneté ». Comment peut-on oublier les problèmes sécuritaires et dérivatifs face à ces obsessionnels compulsifs et l’omniprésence des gyrophares en banlieue transformée en vraie discothèque la nuit ? Sans doute mécontent du raout médiatique à deux pas de son royaume sans qu’il en soit l’incontestable vedette, l’élu a cru bon d’ajouter que "venir une après-midi à Clichy-sous-Bois, c'est bien, mais la confondre avec Cannes, le Festival et la Croisette serait regrettable". Confondre Clichy et Cannes s’avère un exercice difficile même pour les plus imaginatifs mais on a aucun mal à penser que l’habile du labial est à lui seul, un festival bouffon sans fin.

 

 

  

Murmures de mur

  

Il y a des recettes qui marchent, toujours les mêmes dans l’infernal chaudron des démocraties en perte de vitesse et de sens. L’immigration, les sans-papiers, l’invasion des hordes de pauvres immigrés nous sont des thèmes familiers, des sujets de diversion que George Bush a repris à son compte pour faire oublier deux ou trois dossiers qui fâchent, un classique de la politique politicienne.

   

Les Républicains viennent en effet de proposer la construction d’une clôture, d’un mur le long de la frontière sud avec le Mexique, lieu d’infiltration des clandestins qui font le bonheur et les bénéfices de nombre d’entrepreneurs américains. Mille kilomètres de mur, tel est le projet délirant des amis de Bush, une proposition déjà approuvée la semaine dernière par la Chambre des représentants. Après la chute du mur de Berlin, beaucoup pensaient qu’un pan d’oppression et d’exclusion venait de s’effondrer. Depuis, Israël a bâti le mur de la honte dans l’indifférence générale. C’est au tour des USA d’envisager de s’emmurer dans l’indifférence et la paranoïa. Terribles symboles bétonnés des prisons de la pensée et du cœur. 

  

Destruction massive

 

   

Les marques de l’esclavage sont invisibles  

 

 

« Nike, soucieux de redorer son image, a créé, en partenariat avec la Banque Mondiale, une institution prétendument "indépendante" pour étudier les conditions de travail chez ses sous-traitants. Chez Nike, au Salvador, la semaine de travail s'élève à 60 heures par semaine. Les femmes sont soumises à un test obligatoire pour vérifier qu'elles ne sont pas enceintes. Si le test s'avère positif, elles sont refusées. ». Bienvenue dans l’univers magique des « marques », celles qui nous servent, pense-t-on, à nous démarquer. Belle contradiction sémantique pour des produits manufacturés et écoulés à des millions d’exemplaires. Voici donc le revers de la médaille des équipementiers sportifs, celui que l’on ne montre pas dans les chatoyantes publicités.

 

Etrange monde que le notre où la majeure partie du monde, tel un immense atelier clandestin empli d’esclaves, s’échine à produire nos rêves consuméristes en masse, pour le plus grand bonheur boursier des grands groupes industriels. Inconsciente minorité des consommateurs du rêve capitaliste qui se gave jusqu’à la nausée de produits aussi inutiles que futiles comme un ogre obèse et obscène pendant que des milliards de forçats suent eau et sang pour soutenir le rythme du saccage planétaire des industries. Impensable manège tourbillonnant comme une ivresse tragique sur fond d’apocalypse climatique, socio-économique et politique. Quelque chose ne tourne effectivement pas rond dans cette histoire d’hommes et de planète.

   

  

Liens :

   

 

Joey Starr et Jamel Debbouze exhortent les jeunes à s'inscrire sur les listes électorales

   

 

http://fr.news.yahoo.com/20122005/5/joey-starr-et-jamel-debbouze-exhortent-les-jeunes-s-inscrire.html

   

 

Le Mexique furieux face à la proposition américaine de construire un mur le long de sa frontière sud

   

 

http://fr.news.yahoo.com/20122005/5/le-mexique-furieux-face-la-proposition-americaine-de-construire-un.html

 

  

 

Les esclaves cachés qui font la fortune des "grandes marques"

  

http://www.lariposte.com/12/les_esclaves_caches_qui_font_la_.html

  

 

 

 

 

La France des citoyens rebuts ( "Libération", excellent article)

 

 

http://www.liberation.fr/page.php?Article=346428

 

 

 

 

 

 

Ressources du site :

   

Les bons conseils d'Eric Raoult

 

 

  

Eclairage public

 

 

 Pêche aux voix

 

 

 Communiquez les !

  

Tout va bien 

   

Morosité croissante

   

En grandes pompes

 

Economie d'âme

  

 See u

  

DJ Yin-Jung Chen Yu

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans Omegactualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Hasting 21/12/2005 18:37

Ce que tu te mettras dans le gosier ne sera sans doute pas concerné par ton papier... si je peux dire.

Hasting 21/12/2005 14:57

J"ai bien aimé aussi l'initiative de Debbouze et consorts, et suis d'accord que Raoult a du pain sur la planche s'il veut faire oublier ses propos "sarkozyiens"...
Bush imite Sharon, à une échelle qui me donne le tournis...
Quant à cette "colonisation" nouvelle formule, elle est aussi abjecte que l'autre dans un monde sensé avoir évolué sur le plan des droits de l'homme (au moins dans les démocraties, premières sources de consommation)...

cc jung in effect 21/12/2005 18:08

Triste constat en effet à la veille de ces libations, ce qui ne devrait pourtant pas m'empêcher de faire bombance...