Curieux...

Publié le par cc jung in effect

 

Fric-frac au « Figaro » et au « Point »

 
Les barbouzes sont de retour ! Comme au bon vieux temps des cabinets noirs et des coups tordus. On vient d’apprendre donc que des cambrioleurs très professionnels ont dérobé les ordinateurs de plusieurs journalistes du Figaro et du Point. Très mauvais signe.
 
Dans le tumulte des derniers évènements qui secouent la France entière, il y a des informations qui sont diffusées dans le flot des communiqués remerciant la Police pour ne pas avoir fait un carton sur les « sauvageons », remerciant Sarkozy pour son parler vrai, reconnaissant à Sarkozy pour l’ambiance actuelle, louant Sarkozy pour sa retenue, etc. Elles passent sans jamais repasser par le robinet informatif. Et c’est bien dommage. Car elles sont souvent très instructives.
 
On vient donc d’apprendre que les deux rédactions, celles du Figaro et du Point viennent de recevoir la visite de cambrioleurs plutôt étranges dans leur façon de faire. Ces joyeux drilles ne brûlaient pas d’impatience de découvrir, en avant-première, les « Unes » respectives. Il ne s’agissait pas de chasseurs ivres morts à la recherche de « canards » improbables, victimes d’un quiproquo terrible et d’un degré d’alcoolémie conséquent. Encore moins de « racailles » des banlieues.
 
 
 

Puzzle à reconstituer

 
 


là, il s’agissait visiblement de… professionnels. « Le ou les cambrioleurs sont très bien renseignés sur la configuration des lieux, ils agissent à visage découvert, avec beaucoup d'audace. La marque d'une officine privée, assure un connaisseur » nous apprend la dépêche. Les curieux visiteurs, des passionnés d’informatique sans doute, se sont attaqués aux ordinateurs de certains journalistes. Et là, c’est bien évidemment une coïncidence, ils ont « emprunté » l’ordinateur de François Malye (Le Point). C’est le deuxième cambriolage, à deux mois d’intervalle, qui s'intéresse à son PC. Pourquoi ce scribouillard en particulier ? Il se trouve que le monsieur en question est « spécialiste des questions de santé publique et auteur de livres sur le scandale de l'amiante ».
 
Vous savez, ce scandale incroyable de santé publique, ce poison que les industriels ont distillé dans nos maisons et les  édifices publiques alors que les chercheurs avaient, dès les années 60, mis en évidence le caractère extrêmement dangereux de l’amiante. Au nom des intérêts particuliers des uns et des autres, grâce à un habile lobbying auprès des hommes politiques, les marchands de la mort industrielle ont pu continuer leur commerce cancérigène, condamnant des centaines de milliers de gens à une mort programmée, rongés de l’intérieur.
 
Le deuxième cambriolage a eu lieu dans la rédaction du Figaro. Plusieurs ordinateurs ont été là aussi empruntés mais, ce qu’il y a là d’intéressant, c’est que parmi la liste des journalistes délestés de leur outil informatique, figure une journaliste un peu particulière puisqu’il s’agit de la compagne de… Nicolas Sarkozy. On aurait voulu brouiller les pistes que l’on ne s’y serait pris autrement. Le dernier mot revient, comme toujours à Nicolas, puisque la même dépêche nous apprend que l’enquête a été confiée… à la police judiciaire.
 
Article original :
 
 
 
 
See u
 

CC JuNg

Publié dans Omegactualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article