Le scandale qui touche Bush

Publié le par cc jung in effect

Ambush in the night

 
Le ciel s’est assombri au dessus de la tête nimbée de lumière du dernier empereur. De scandales en crises, de révélations en inculpations, l’administration Bush vacille en effet sous les coups de boutoir... de la réalité. Les lendemains de fête pétrolifère sont douloureux.
 
On attend avec une certaine jubilation, les explications rhétoriques et emberlificotées des lobbyistes qui sillonnent nos médias (pour répandre mensonges, raccourcis et désinformation) maintenant que le scandale irakien éclate. Les cautions intellectuelles françaises de la dévastation du monde par Bush et ses affidés vont devoir donc s’expliquer sur la crise de l’administration Bush qui les touche par ricochet et sur les inepties qu’ils défendent depuis plusieurs années.
 
Les mêmes imprécateurs qui, dans la lourde foulée de Powell, brandissaient des menaces très précises de collusion entre Saddam Hussein, Al Quaeda, les missiles balistiques truffés au nucléaire, les armes bactériologiques et tout l’arsenal de la peur pour justifier la barbare invasion des troupes US en Irak. Maintenant que le complot est éventé, que vont-ils nous pondre ? Comment vont-ils cacher hâtivement la poussière piquante sous le tapis des mots et des postures ?
 
 
 

Porn again...

 
 
 
 

Réalité désormais incontournable

 
L’armada des manipulateurs d’opinion, de Kouchner à Lellouche en passant par Adler et toute l’escouade complaisante est à présent démasquée. Quid des armes de destruction massive ? Quelle pseudo-pacification en Irak ? Quelle stabilisation du Moyen-Orient ? Quel remodelage ? Tout un édifice de communication qui reposait sur une montagne de mensonges et de propagande, vacille, craquèle sous le lourd poids d’une réalité désormais incontournable. La construction laborieuse des alibis branle comme une dénégation obstinée du réel avant de choir, un jour peut-être, lourdement, si l’exercice démocratique poursuit son œuvre.
 
 

Le dérapage de trop

 
Le « Plamegate » est une belle et simple histoire, celle d’un ambassadeur américain qui a refusé de cautionner une manipulation énorme et mal ficelée, bricolée devrait-on dire. C’est la fumeuse preuve d’achat d’uranium du Niger par l’Irak, avec des photocopies brandies en guise de preuves, de fausses signatures de ministres nigériens (qui n’étaient même pas en exercice à l’époque des faits !), un bidonnage d’amateurs. Le mépris à peine voilé des conspirateurs sûrs de leur force et des faiblesses des autres.
 
Un hâtif montage qui n’est pas sans rappeler un autre exercice pitoyable, le dossier de « preuves » présenté par Tony Blair devant ses pairs. En fait, le mémoire de fin d’études d’un… étudiant recopié à la virgule près, puis enrichi de superlatifs et de menaces imminentes, un mémo qui datait de…1991. Des informations de première main pour des manipulateurs qui s’y prennent comme… des pieds !
 
 
 

L'Empire du Bien

 
 
 
 

L’Empire du Bien est mis à nu

 
Que toute cette campagne soit une accumulation de faux n’est en rien une nouveauté, des fioles de Powell, aux laboratoires roulants en passant par les missiles nucléaires capables d’atteindre l’Europe, tout était bidon depuis le début. Le Dj CC Jung le savait alors, imaginez pour les services des pays concernés par cette affaire… Ce qui est nouveau en revanche, c’est que l’Empire du Bien est mis à nu aujourd’hui. Trop d’arrogance, trop de suffisance et trop de complaisance avec la réalité ne pouvait que fatalement conduire au fiasco. Les faits sont têtus et il n’est pas aisé de travestir sans cesse la réalité par des tours de passe-passe éculés.
 
 

Enfant kamikaze en Irak

 
Pour quel résultat ? Halliburton et KBR font des bénéfices records, tout va bien pour les contributeurs du clan Bush. En Irak ? D’élections truquées en parodie de tribunal pour le dictateur déchu, la mascarade démocratique ne fait pas taire le concert des bombes, des attaques permanentes de la guérilla et des bavures à répétition.
 
Pour un pays qui se dirige vers une démocratisation forcée, il y a mieux que des enfants kamikazes (Lien – « A 10 ans, il se fait exploser »), signe indéniable du chaos ambiant. Pour un pays pacifié par les gentils GI’s, il y a mieux que les terribles confessions d’un assassin ordinaire (Lien – « Confessions d’un Marine ») qui, comme à une fête foraine, fait le carton sur des manifestants, des civils irakiens. Un monde plus sûr ? Un monde désormais privé de la moindre parcelle de ce droit international né des horreurs de deux guerres mondiales, un monde où la CIA séquestre, enlève et torture n’importe qui, dans la plus totale impunité (Lien – « La CIA gérerait un réseau de prisons secrètes à l'étranger »).
 
 
 

Les valeurs humanistes de l'Empire

 
 
 
 
Pour la lutte contre le terrorisme ? Rigolons un peu ensemble quant on sait que le nombre d’attentats dans le monde a été multiplié par trois ou quatre depuis l’invasion irakienne, que la stratégie de lutte contre ce fléau est un échec sur toute la ligne (Lien – « La lutte contre le financement du terrorisme est un échec »).
 
Que l’opinion américaine se réveille enfin d’un long coma entretenu par la propagande des médias Outre-atlantique est un signe encourageant pour tous les démocrates et les pacifistes. (Lien « Etats-Unis: coup de force de l'opposition au Sénat sur l'Irak. »). Le devoir de transparence est devenu une nécessité dans un sac de nœuds mortifères où seul le terrorisme engrange les dividendes des mensonges permanents, des amalgames, des manipulations et des injustices flagrantes. Ceux qui nous ont vendu la guerre en Irak comme une nécessité bienfaisante dans le temps, malgré l’évidence du bidonnage, devraient également s’expliquer. Un jour où l’autre, ces lobbyistes du mensonge planétaire devront rendre des comptes.
 
 
 
LIENS :
 

Irak : A 10 ans, il se fait exploser

Un attentat suicide pas comme les autres vise un général dans la ville de Kirkouk.
 « Le garçon se serait lancé contre la voiture, avant de déclencher la charge contenue dans sa ceinture d'explosifs. Le kamikaze a perdu la vie dans cette opération suicide peu commune en Irak. »
 
 
 
 
AL-QAIDA - La lutte contre le financement du terrorisme est un échec
 
 
 
 
La CIA gérerait un réseau de prisons secrètes à l'étranger
 
 
 
Etats-Unis: coup de force de l'opposition au Sénat sur l'Irak
 
Les Américains "méritent une enquête complète et exigeante sur la façon dont l'administration de George W. Bush a mené ce pays en guerre, il faut des réponses à des questions essentielles, notamment sur la façon dont elle a constitué son dossier pour la guerre en Irak", a expliqué le chef de l'opposition Harry Reid.
"Comment des hauts responsables de l'administration Bush ont-ils manipulé ou fabriqué le renseignement présenté au Congrès ou au peuple américain ? ", a encore demandé M. Reid
 
 
 
"CONFESSIONS D'UN MARINE"
 
« J'ai inspiré profondément et, en expirant, j'ai ouvert doucement l'oeil droit et j'ai tiré. J'ai regardé les balles frapper le manifestant en pleine poitrine. Mes marines gueulaient : « Venez, fiottes ! Vous voulez vous battre ? »

J'ai tout de suite acquis une nouvelle cible, un manifestant à quatre pattes qui essayait de fuir le plus vite possible. Rapidement, je l'ai visé à la tête, j'ai inspiré profondément, expiré, et j'ai tiré à nouveau. Une tête : boum ! Une autre : boum ! Le centre d'une masse, dans le mille : boum ! Une autre : boum ! J'ai continué, jusqu'au moment où je n'ai plus perçu aucun mouvement chez les manifestants. Il n'y a pas eu de coups de feu en retour. J'ai dû tirer une douzaine de coups. Le tout n'a pas duré plus de deux minutes et demie. »
 
 
 
 
Bush: anniversaire plombé
 
 
"Ambush in the night"
 
 “They say what we know
Is just what they teach us
Thru political strategy
They keep us hungry
When you gonna get some food
Your brother got to be your enemy”
 
 
 
 
 
 
See U
 
CC JUNG
 

Publié dans L'Empire du Bien

Commenter cet article