A l'ouvrage

Publié le par cc jung in effect

Lire et baiser

 
Par le biais de deux ouvrages sortis il y a peu, le DJ vous livre quelques secrets d’alcôve et d’encre plaintive.
 
 
Lire et baiser ? Non il ne s’agit pas du dernier titre de tel chanteur « à textes » ni du nouveau « programme minceur » tendance pour perdre quelques kilos sportivement et se muscler la tête, Mesdames. Il s’agit plus simplement de la collision de deux ouvrages parus il y a quelques semaines,  celui d’Alain Montandon (« Le baiser, le corps au bord des lèvres ») et du pamphlet de Gabriel Zaid (« Bien trop de livres ? »).
 

Bonne livraison

 
Savez-vous combien de livres sont publiés chaque année ? Plus d ‘un million d’ouvrages par an, des confidences aquatiques de Loana en passant par les digressions poétiques de Villepin sans oublier le très documenté livre sur « la mécanique des fluides en milieu rural et par temps de pluie au cours des années bissextiles », qui n’est pas un opus érotique sur des pratiques libidineuses chez les paysans normands mais un ouvrage très compliqué édité par le CNRS.
 
 
Un million de titres donc soit une explosion sans précédent dans l’édition, soit un chef d’œuvre toutes les 35 secondes ou presque. Les cinquante dernières années du siècle précédent ont été prolifiques avec plus de 36 millions de références au compteur. Un dernier chiffre pour étourdir l’assistance attentive à votre prochaine mondanité ? Il faudrait 250 000 années de lecture en continu pour parcourir la bibliothèque de l’humanité dans son ensemble. A défaut, quelques minutes de programmation de TF1 devraient faire l’affaire pour se remplir la caboche.
 
Toutes ces informations sont tirées de l’ouvrage du poète mexicain Gabriel Zaid (« Bien trop de livres ? ») qui s’interroge sur le bien-fondé d’une telle manne sachant que la plupart des classiques de la littérature ne sont même pas assimilés par une immense majorité de lecteurs. Ce trop-plein de littérature de pacotille (Harry Pother en tête de gondole, on nous mène en bateau, c’est sûr !) a tendance à énerver l’auteur qui propose comme solution radicale, « un gant de chasteté pour les écrivains incapables de se retenir ».
 
Sans doute réservé, le gant, à ceux qui ne peuvent pas s’empêcher d’écrire d’un jet, allez savoir… L’ultime paradoxe de « Bien trop de livres » (Editions Les belles Lettres) c’est que Gabriel Zaid participe à cette orgie graphomaniaque en y ajoutant, le sien, d’ouvrage. Un de plus !
 
 
 
 

Envie de baisers

 
 

Baiser dans tous les sens

 
Il est tendre, fougueux, humide, chaud, passionné, féroce, sensuel, troublant, appétissant, collant, étouffant, puissant ou salivaire, c’est le baiser. Cette gymnastique de la langue qui se tait tout en en disant beaucoup, met en action « 29 muscles dont 17 pour la langue, 9 milligrammes d’eau, 0,18 de substances organiques, 0,7 de matières grasses, 0,45 de sel, des centaines de bactéries et des millions de germes ». Un vrai repas de noces avec tout plein d’invités !
 
Le livre d’Alain Montandon (« Le baiser, le corps au bord des lèvres », Edition Autrement)) conte les mille manières de baiser, les milliers de sens que le verbe compte dans la langue française, de « baiser le marmot » qui signifie attendre (le marmot était le nom du heurtoir des portes d’époque), à « être baisé » qui signifiait, autrefois, être bien reçu…
 

Claire obscure

 
 

Le mot même demeure un mystère, baiser. Il découlerait de basium qui vient du grec badzo (« je parle ») ou de basko (« je murmure ») pour donner basia chez les romains, l’ancêtre étymologique du baiser. L’ouvrage fourmille d’anecdotes savoureuses, comme celle des Chinois, horrifiés par le baiser des occidentaux qu’ils assimilaient à du… cannibalisme.
 
Ou ces Esquimaux qui se baisent du nez pour mieux se flairer et sentir l’autre dans tous les sens du terme. Autre signifiant, une femme peut vendre son corps mais en aucun cas, elle n’embrasse, le baiser a donc un sens profond et presque sacré ou rituel (baiser de la mort, baiser du mariage, baiser d’allégeance, etc.). Un « mitakuku » polynésien aux plus fidèles lectrices du DJ.
 
See u
 

CC Jung

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Publié dans Omegactualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article